Cotation du 12/06/2021 à 00h00 Pétrole Brent +0,23% 72,690$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : le Brent franchit les 70$, l'Opep+ confirme la réouverture progressive des vannes

Pétrole : le Brent franchit les 70$, l'Opep+ confirme la réouverture progressive des vannes

L'Opep+ s'en tient à son calendrier établi en avril pour relever progressivement sa production. Le groupe de pays producteurs de pétrole voit des "signes clairs d'amélioration de la demande mondiale" de brut, alors que la pandémie reflue.

Pétrole : le Brent franchit les 70$, l'Opep+ confirme la réouverture progressive des vannes
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole ont progressé mardi après la réunion mensuelle de l'Opep+, qui a confirmé la poursuite de la hausse de sa production sur les prochains mois, afin d'accompagner la reprise économique mondiale.

Le baril de brut léger américain WTI a gagné 2,1% à 67,72$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juillet, tandis que le Brent a pris 1,3% à 70,25$ (contrat d'août). Le WTI a ainsi fini à son plus haut niveau depuis plus de deux ans et demi, en octobre 2018, tandis que le Brent a fini au plus haut depuis deux ans, en mai 2019.

Les investisseurs ont été soulagés que les pays producteurs n'accélèrent pas le rythme de la réouverture des vannes, malgré une reprise économique mondiale solide face au reflux de la pandémie de Covid-19. Mardi soir, dans son communiqué, l'Opep+ a dit avoir noté "la poursuite du renforcement des fondamentaux du marché", et a relevé des "signes clairs d'amélioration de la demande mondiale de pétrole, ainsi qu'une baisse des stocks de brut de l'OCDE à la faveur de la poursuite de la reprise économique dans la plupart des régions du monde, alors que les programmes de vaccinations accélèrent" contre la pandémie.

2 millions de barils supplémentaires d'ici à la fin juillet

L'Opep+ a donc confirmé son calendrier établi le 1er avril dernier, à savoir une réduction de l'ampleur de ses baisses de production de plus de 2 million de barils entre mai et la fin juillet. Le cartel et ses alliés, dont la Russie, avaient décidé de remettre sur le marché 350.000 barils par jour de plus en mai, puis 350.000 bpj en juin et 441.000 bpj en juillet. En outre, l'Arabie saoudite réduit graduellement ses coupes supplémentaires de 1 million de bpj mises en place unilatéralement depuis janvier, au rythme de 250.000 bpj en mai, 350.000 bpj en juin et 400.000 bpj en juillet.

L'Opep+ n'a pas pris de décision mardi concernant l'évolution de son niveau de production en août, qui sera décidé lors de la prochaine réunion mensuelle, prévue le 1er juillet.

Face à la crise du coronavirus, l'Opep+ avait réduit en 2020 ses pompages de près de sept millions de barils par jour (bpj) pour soutenir les cours du pétrole. Depuis un an, les cours du brut ont vivement rebondi, de plus de 80%, à la faveur de la discipline de production de l'Opep+ et de la reprise économique mondiale, malgré les risques liés à des résurgences localisées de la pandémie de Covid-19, notamment en Inde et dans d'autres pays d'Asie.

La question iranienne pas encore abordée

Les pays producteurs de pétrole n'ont en revanche pas abordé mardi un sujet qui fâche, à savoir le possible retour de la production iranienne sur les marchés mondiaux, en cas d'accord avec les Etats-Unis sur un rétablissement de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien. Téhéran est engagé dans des négociations indirectes avec les Etats-Unis à Vienne, par l'entremise des Européens, afin de ressusciter cet accord encadrant son programme nucléaire.

Si les pourparlers aboutissent, cela ouvrirait la voie à la levée d'un certain nombre de sanctions économiques, dont l'embargo sur le pétrole en vigueur depuis 2018... Ce qui correspondrait potentiellement à un apport de 1,5 million de barils supplémentaire par jour (environ 1,5% de la production mondiale), si l'on compare le niveau actuel de Téhéran à celui d'il y a trois ans.

©2021,