Cotation du 25/01/2021 à 18h48 Pétrole Brent +0,31% 55,580$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : le baril s'envole après un accord inattendu à Alger !

Pétrole : le baril s'envole après un accord inattendu à Alger !

L'or noir a bondi de plus de 5% mercredi soir à New York. Selon des ministres participant aux négociations d'Alger, l'Opep va réduire sa production de pétrole.

Pétrole : le baril s'envole après un accord inattendu à Alger !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La réunion informelle de l'Opep à Alger a finalement débouché sur un accord ! Selon plusieurs ministres participants, cités mercredi soir par les agences de presse, les membres de l'Opep ont approuvé le principe d'une baisse de 750.000 barils par jour de leur production de pétrole afin de soutenir les cours. Une annonce inespérée, alors que les négociateurs se montraient ces derniers jours pessimistes sur la conclusion d'un compromis...

Suite à ces informations, le baril de brut WTI a bondi jusqu'à 6% à 47,27$ à New York sur le Nymex (contrat à terme de novembre), avant de finir à 47,05$ (+5,3%). Le Brent bondissait de plus de 6% à 48,79$ à Londres sur le marché ICE Futures Europe.

Selon des sources au sein de l'Opep, le cartel pétrolier a décidé de limiter sa production à 32,5 millions de barils par jour, alors qu'il en produit actuellement environ 33,24 millions, soit une baisse de l'ordre de 750.000 barils par jour. Il s'agit de la première réduction de production annoncée par le cartel pétrolier depuis 8 ans !

Les niveaux de production précis pour chaque pays membre seront déterminés lors de la prochaine réunion officielle de l'Opep en novembre. En outre, une fois qu'il aura atteint son objectif de production, le cartel fera appel aux producteurs hors-Opep en vue d'obtenir leur coopération.

Les rivalités entre l'Arabie saoudite et l'Iran surmontées ?

Avant l'annonce de cet accord, on apprenait que l'Algérie avait rédigé un projet de réduction de la production de l'Opep de 796.000 barils par jour, selon un document qu'a pu consulter l'agence 'Bloomberg'. La proposition algérienne prévoyait ainsi que les membres de l'Opep (sauf l'Iran, la Libye et le Nigéria en raison de leurs situations spéciales) réduiraient leur production de 1,6% par rapport au niveau moyen de la période janvier-août 2016.

L'Iran serait autorisé à accroître sa production jusqu'à 3,7 mbj, un chiffre qui correspond à sa production moyenne entre 2001 et 2011. On ignore encore si Téhéran a accepté cette proposition : jusqu'à présent l'Iran a toujours affirmé qu'il visait le retour à 4 mbj, qu'il considère comme le niveau précédant l'embargo international qui a été levé cette année.

En attendant de connaître les détails de l'accord évoqué à Alger, il semble donc que malgré les tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran, l'Opep ait voulu montrer aux investisseurs que ses membres étaient capables de coopérer en vue d'une limitation de la production, afin de tirer les cours du brut de l'ornière dans laquelle ils sont tombés depuis la mi-2014.

©2016-2021,