Cotation du 28/10/2020 à 13h26 Pétrole Brent -3,83% 39,620$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : le baril décroche, le Brent retombe sous 40$ !

Pétrole : le baril décroche, le Brent retombe sous 40$ !

Les inquiétudes sur la demande mondiale d'or noir sont de retour. Les deux variétés de pétrole, le WTI et le Brent, sont désormais retombées sous le seuil des 40$ le baril, au plus bas depuis juin.

Pétrole : le baril décroche, le Brent retombe sous 40$ !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le mouvement de consolidation s'est accéléré mardi sur les places boursières, mais également sur le marché pétrolier. Le baril de brut léger américain (WTI) pour livraison octobre a ainsi décroché de 7,6% à 36,76 dollars sur le Nymex, au plus bas depuis juin dernier. Le Brent échéance novembre a reculé de son côté de 5,3% à 39,78$ à Londres, revenant sous le seuil des 40$.

Les inquiétudes autour de la demande d'or noir sont de retour avec la multiplication des nouvelles infections au coronavirus et les craintes d'une reprise moins marquée qu'anticipé de la croissance mondiale. Après Saudi Aramco lundi, Abu Dhabi National Oil Co a annoncé une baisse de ses prix de vente officiels en Asie pour le pétrole dont la livraison est prévue pour octobre, en réponse à la faiblesse de la demande de la plus grande région consommatrice de brut au monde.

"La principale préoccupation du marché reste la demande", affirme à 'Bloomberg' Warren Patterson, responsable de la stratégie matières premières chez ING. "La Chine s'étant réapprovisionnée au cours des mois précédents, les achats chinois frais et importants semblent être absents du marché pour le moment".

"La combinaison de la fin de la haute saison de conduite aux États-Unis, qui est un facteur saisonnier, a recentré l'attention du marché sur la question de savoir si la reprise de la demande est suffisamment forte - et il y a clairement des doutes, comme l'a démontré l'évolution des prix d'Aramco", note pour sa part Lachlan Shaw, responsable de la recherche matières premières à la 'National Australia Bank'.

Conjuguées aux inquiétudes concernant la reprise de la demande chinoise, les tensions s'accentuent entre les États-Unis et le premier importateur mondial. Le président Donald Trump a déclaré qu'il avait l'intention de freiner les relations économiques entre les deux pays en menaçant de punir toute entreprise américaine qui créerait des emplois à l'étranger et d'interdire à celles qui font des affaires en Chine de remporter des contrats fédéraux. "Nous perdons des milliards de dollars et si nous ne faisions pas d'affaires avec eux (ndlr, les Chinois), nous ne perdrions pas des milliards de dollars. Ça s'appelle le découplage, donc on va commencer à y penser", a déclaré le locataire de la Maison-Blanche.

"Nous allons faire de l'Amérique la superpuissance industrielle du monde et mettre fin à notre dépendance à la Chine une bonne fois pour toutes. Que ce soit par un découplage ou en instaurant des droits de douane massifs comme je l'ai déjà fait, nous allons mettre fin à notre dépendance à la Chine car on ne peut pas se fier à la Chine", a également affirmé le président américain, qui accuse Pékin d'être responsable de la pandémie due au nouveau coronavirus.

©2020,