Cotation du 25/09/2021 à 00h00 Pétrole Brent +1,09% 78,090$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : l'Opep+ poursuit l'ouverture progressive de ses vannes

Pétrole : l'Opep+ poursuit l'ouverture progressive de ses vannes

L'alliance Opep+ produira 400.000 barils de pétrole supplémentaires en octobre et les mois suivants. Une stratégie qui permettrait de retrouver en septembre 2022 un niveau d'offre comparable à celui précédant la pandémie de Covid-19.

Pétrole : l'Opep+ poursuit l'ouverture progressive de ses vannes
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole ont fluctué mercredi en réaction aux annonces de l'Opep+ qui, sans grande surprise, a décidé de continuer à augmenter progressivement sa production pétrolière dans les prochains mois, pour tenir compte des incertitudes sur la demande liées à la propagation du variant delta du Covid-19.

Après une chute initiale de l'ordre de 2% jusqu'à 67,12$, le baril de brut léger américain (WTI) a fini en légère hausse de 0,1% à 68,59$ sur le Nymex (contrat à terme d'octobre), tandis que le baril de Brent d'échéance novembre a fini à 71,47$ (-0,2%). En août, le cours du WTI avait chuté de 7,4%, sa première baisse mensuelle depuis mars et son pire mois depuis octobre 2020, le variant delta ayant pesé sur le demande mondiale de pétrole.

Ce mercredi, le recul des cours a été tempéré par l'annonce d'une forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis. Ces stocks ont fondu de 7,2 millions de barils la semaine passée, alors que les analystes tablaient sur un retrait de 2,5 mb.

+400.000 barils/jour par mois jusqu'à l'automne 2022

Mercredi, l'Opep et ses alliés, dont la Russie, réunis en visioconférence, ont donc décidé de poursuivre l'augmentation graduelle de leur production de pétrole avec la mise sur le marché de 400.000 barils supplémentaires en octobre et les mois suivants, et ce jusqu'en septembre 2022. Cette stratégie permettra de revenir à un niveau d'offre comparable à celui qui précédait la pandémie de coronavirus.

L'alliance avait décidé le 18 juillet dernier d'une augmentation mensuelle de l'ordre de 400.000 bj "jusqu'à l'élimination progressive" des réductions faites en mars 2020 face au Covid, soit à l'automne 2022 à ce rythme. "Si les effets de la pandémie de Covid-19 continuent de susciter une certaine incertitude, les fondamentaux du marché se sont renforcés", a précisé mercredi l'Opep+ dans son communiqué, en ajoutant que sa prochaine réunion se déroulerait le 4 octobre.

Les Etats-Unis mécontents des prix trop élevés

Malgré leur correction du mois d'août, les cours du brut affichent toujours une hausse de l'ordre de 50% depuis le début de l'année, contribuant à la hausse de l'inflation et entraînant des critiques, notamment des Etats-Unis (non membres de l'Opep+).

Le 11 août dernier, le conseiller américain à la Sécurité nationale Jake Sullivan avait estimé que le cartel n'en faisait "pas assez" pour doper la production de pétrole, au risque de menacer le redressement économique mondial en renchérissant les prix de l'énergie.

Cependant, malgré les pressions, l'alliance de 23 pays producteurs a choisi de ne pas accélérer le rythme de ses hausses de production, préférant la voie de la prudence face aux risques persistants sur la demande liés à la propagation du variant delta.

Mercredi, la seule voix un peu dissonante au sein de l'Opep+ est venue de la Russie, qui a laissé entendre qu'elle était en mesure d'accélérer plus rapidement sa production... Le vice-Premier ministre russe Alexandre Novak, dont le portefeuille comprend toujours l'énergie, a déclaré à l'agence Interfax que "les compagnies (pétrolières russes : ndlr) rétablissent en douceur leur production en respectant leurs obligations, mais elles disent aussi qu'elles peuvent le faire plus vite et en plus grande quantité".

©2021