Cotation du 12/04/2021 à 09h09 Pétrole Brent -0,51% 62,630$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : l'Opep+ ouvrira progressivement ses vannes à partir de mai

Pétrole : l'Opep+ ouvrira progressivement ses vannes à partir de mai

Les cours du brut ont grimpé jeudi malgré la décision surprise de l'Opep+ de produire un peu plus à partir de mai, à un rythme modeste. Le groupe de pays producteurs affiche ainsi une confiance prudente sur la reprise, grâce à la vaccination.

Pétrole : l'Opep+ ouvrira progressivement ses vannes à partir de mai
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole sont repartis en nette hausse jeudi, malgré la décision surprise de l'Opep+ de relever progressivement sa production à partir du mois de mai. Le contrat à terme de mai sur le baril de pétrole brut WTI a grimpé de 3,9% à 61,45$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent d'échéance mai a gagné 3,4% à 64,86$.

Très volatils ces dernières semaines, les cours du pétrole ont corrigé d'environ 4% au mois de mars, mais ils ont tout de même bondi de plus de 20% au premier trimestre 2021, dans l'anticipation d'une reprise économique mondiale grâce aux campagnes de vaccination contre le coronavirus.

Alors que les marchés tablaient plutôt sur un statu quo en mai, compte-tenu de la 3e vague de Covid en Europe, l'Opep et ses alliés, dont la Russie, ont donc décidé jeudi de réduire l'ampleur de la baisse de leur production de 350.000 barils par jour en mai, de 350.000 bpj en juin et de 441.000 bpj le mois suivant.

Optimisme prudent sur la reprise économique mondiale

En outre, le ministre saoudien de l'Energie le prince Abdoulaziz ben Salman, a indiqué après la réunion que Riyad réduirait graduellement les coupes supplémentaires de 1 million de bpj mises en place unilatéralement depuis janvier, au rythme de 250.000 bpj en mai, 350.000 bpj en juin et 400.000 bpj en juillet.

L'Opep+ a réduit depuis l'an dernier ses pompages de près de sept millions de barils par jour (bpj) pour soutenir les cours. Avec les mesures annoncées jeudi, la baisse de production devrait être légèrement supérieure à 6,5 millions de bpj en mai contre un peu moins de 7 millions en avril, estime l'agence 'Reuters'.

Dans un communiqué publié jeudi soir, l'Opep+ a dit constater "des améliorations du marché soutenues par les programmes de vaccination" contre le coronavirus dans le monde, et "les politiques de relance dans les économies clés", tout en notant la "prudence" nécessaire face à "la volatilité observée ces dernières semaines".

Malgré les incertitudes liées à la crise sanitaire, l'Opep+ semble donc suffisamment optimiste sur la reprise de la demande mondiale cette année pour rouvrir les vannes, mais à un rythme suffisamment modeste pour maintenir une situation d'offre serrée. Les experts du secteur estiment que sauf dégradation surprise de la conjoncture, la demande devrait excéder l'offre à partir de la mi-2021, entraînant une réduction des stocks mondiaux, qui devraient revenir pendant l'été à leur moyenne historique.

Entretien ministériel entre Riyad et Washington

Certains observateurs font le lien entre la décision surprise de l'Opep+ de relever sa production dès mai avec un échange survenu mercredi entre le ministre saoudien de l'Energie le prince Abdoulaziz ben Salman, et la ministre américaine de l'Energie Jennifer Granholm. Non membres de l'accord Opep+, les Etats-Unis sont les premiers producteurs du brut au monde avec 11 millions de barils produits chaque jour.

"Nous réaffirmons l'importance de la coopération internationale pour garantir des sources énergétiques abordables et fiables pour les consommateurs", a tweeté Jennifer Granholm après cet entretien, ce qui a été interprété comme appel des Etats-Unis pour que les prix de l'énergie demeurent abordables.

Le prince Abdoulaziz ben Salman a de son côté déclaré que la décision de jeudi n'avait pas été influencée par de quelconques discussions avec des représentants américains ou d'autres pays consommateurs. Selon lui, les annonces de jeudi sont une "mesure très conservatrice", ajoutant que les niveaux de production pourraient encore être ajustés lors de la prochaine réunion, programmée le 28 avril.

Hausse du nombre de forages actifs aux Etats-Unis

La tâche de pilotage des marchés entreprise par l'Opep+ est toutefois délicate, alors que les Etats-Unis continuent d'augmenter leur production à la faveur de la hausse des prix. La firme parapétrolière américaine Baker Hughes a ainsi annoncé jeudi (au lieu de vendredi, férié en raison de Pâques) que le nombre forages en activité aux Etats-Unis avait bondi de 13 cette semaine, pour monter à 337.

Il reste cependant encore loin de ses niveaux de la fin 2019, autour de 700 puits actifs. A l'été 2020, le nombre de puits en activité était tombé à un plus bas de l'ordre de 170, sous l'effet de la crise sanitaire.

©2021,