Cotation du 29/11/2021 à 17h54 Pétrole Brent +3,16% 75,020$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : fin de semaine bien rouge

Pétrole : fin de semaine bien rouge

Fin de semaine dans le rouge pour le pétrole qui souffre de la vigueur du dollar et de la nouvelle révision à la baisse, jeudi, des prévisions de...

Pétrole : fin de semaine bien rouge
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Fin de semaine dans le rouge pour le pétrole qui souffre de la vigueur du dollar et de la nouvelle révision à la baisse, jeudi, des prévisions de demande de l'Opep. Le baril de brut léger américain perd actuellement 1,8% à 80,1$ (contrat à terme de décembre sur le Nymex), tandis que le Brent cède 1,6% à 81,5$ (contrat de janvier).

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole a réduit jeudi ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour le quatrième trimestre de 330.000 barils par jour par rapport à ses estimations du mois dernier, les prix élevés de l'énergie entravant la reprise. "Un ralentissement du rythme de la reprise au quatrième trimestre 2021 est maintenant supposé en raison des prix élevés de l'énergie", affirme l'Opep dans son rapport mensuel, citant également le ralentissement de la demande en Chine et en Inde.

L'Opep estime que la consommation mondiale dépassera la barre des 100 millions de bpj au troisième trimestre 2022, soit trois mois plus tard que prévu le mois dernier. Le cartel cite la trajectoire incertaine de la demande comme l'une des principales raisons pour lesquelles il n'augmentera pas son offre pour satisfaire les appels en provenance des États-Unis, notamment.

La semaine dernière, le groupe de pays producteurs a opté pour le maintien de sa politique très progressive de l'augmentation de sa production (+400.000 bpj chaque mois), qui reste inférieure de 4 millions de barils par jour par rapport à la période précédant la pandémie de coronavirus

Alors que l'accélération de l'inflation se fait de plus en plus sentir, Joe Biden a indiqué mercredi qu'il avait demandé au Conseil Economique National (NEC) de trouver des moyens de réduire les coûts de l'énergie et à la Commission fédérale du commerce (FTC) de lutter contre les manipulations de marché dans le secteur énergétique.

"Il y a, sans aucun doute, plus de pression sur l'administration après les chiffres de l'inflation (ndlr : aux USA)", a déclaré à 'Reuters' Phil Flynn, analyste principal chez Price Futures Group. "On craint de plus en plus que la Fed ne doive revenir à une action plus agressive en matière de hausse des taux, ce qui accroit l'intérêt pour le dollar".

©2021