Cotation du 12/06/2021 à 00h00 Pétrole Brent +0,23% 72,690$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole : 3e baisse, le pétrole iranien bientôt de retour ?

Pétrole : 3e baisse, le pétrole iranien bientôt de retour ?

Téhéran et Washington auraient fait des "progrès tangibles" dans leurs discussions sur le nucléaire iranien... En cas d'accord, l'Iran pourrait à nouveau exporter son pétrole, ce qui a déprimé les cours.

Pétrole : 3e baisse, le pétrole iranien bientôt de retour ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole, qui pointaient encore mardi matin près de leurs plus hauts niveaux depuis deux ans, ont subi depuis une vive correction, abandonnant plus de 6% en trois séances.

Le baril de brut léger américain WTI a encore cédé jeudi soir 2,2% à 61,94$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juillet, tandis que le Brent a corrigé de 2,3% à 65,11$ (contrat de juillet). Mardi matin, le Brent avait pourtant franchi la barre des 70$ pour la première depuis le 8 mars, et avait presque retrouvé ses niveaux de janvier 2019...

Après des gains de plus de 35% depuis le début de l'année, sous l'impulsion de la reprise économique, une correction sur les cours du brut ne paraît pas illogique. Ces derniers jours, plusieurs événements ont donné aux investisseurs des prétextes pour prendre des bénéfices.

"Progrès tangibles" vers un accord sur le nucléaire iranien

Pour commencer, le marché est agité depuis 48h par des rumeurs d'avancées vers un accord entre l'Iran et les Etats-Unis pour remettre en place l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien. Un tel accord ouvrirait la voie à la levée des sanctions américaines et à un retour des exportations pétrolières iraniennes sur le marché mondial, un facteur baissier pour les cours du brut.

Les négociateurs, qui ont bouclé mercredi à Vienne une nouvelle session de pourparlers pour faire revenir Téhéran et Washington sur les rails, ont fait état de "progrès tangibles", disant voir un accord se dessiner. "Nous avons bien avancé. Un accord prend forme", a ainsi déclaré à l'issue de la rencontre le diplomate européen Enrique Mora, qui chapeaute les discussions.

Les investisseurs craignent également que la reprise de la demande asiatique de pétrole ne soit freinée par le regain de vigueur de la pandémie de coronavirus, essentiellement en Inde mais également à Taïwan et en Malaisie. Enfin, le marché s'est ému de l'annonce, mercredi, d'une forte hausse de 1,3 million de barils des stocks commerciaux de brut aux Etats-Unis la semaine dernière.

©2021,