Cotation du 29/11/2021 à 18h32 Pétrole Brent +3,11% 74,980$
  • LCO - XC0009677409

Pétrole (+1%) : Joe Biden attendu mardi sur le déblocage des réserves

Pétrole (+1%) : Joe Biden attendu mardi sur le déblocage des réserves

Le président américain Joe Biden pourrait annoncer mardi une action concertée avec la Chine, le Japon, l'Inde et la Corée du sud pour faire baisser les cours du brut, selon Bloomberg. L'Opep+ pourrait répliquer en refermant ses propres robinets...

Pétrole (+1%) : Joe Biden attendu mardi sur le déblocage des réserves
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole ont fait du yo-yo lundi, au gré des rumeurs concernant une possible annonce mardi d'un déblocage concerté des réserves pétrolières des Etats-Unis et d'autres pays, dont la Chine, pour faire chuter les cours et freiner l'inflation. La 5e vague de coronavirus, qui frappe l'Europe, complique aussi la tâche des investisseurs pour anticiper l'offre et la demande.

Après une chute de l'ordre de 3% vendredi et un début de séance en recul, les cours du pétrole sont repartis à la hausse lundi soir. Le baril de WTI a repris 1,1% à 76,75$ (contrat à terme de janvier sur le Nymex) tandis que le Brent de Mer du nord a regagné 1,03% à 79,70$ (contrat de janvier).

Des annonces de Joe Biden attendues mardi

Selon des sources citées lundi par 'Bloomberg', Joe Biden s'apprêterait à annoncer mardi un plan concerté des grands pays consommateurs de pétrole pour puiser dans leurs réserves stratégiques afin de faire baisser les cours. La Chine, le Japon, l'Inde et la Corée du Sud participeraient à cette alliance, selon des sources citées par l'agence d'information financière. La situation pourrait encore évoluer, mais Washington envisagerait à lui seul de relâcher plus de 35 millions de barils sur une période à déterminer.

Le bras de fer pourrait n'être qu'à ses débuts selon d'autres sources, évoquant une réaction de l'Opep+, qui envisagerait de répliquer en cessant d'augmenter sa propre production. Début novembre, l'Opep et ses alliés, dont la Russie, avaient déjà refusé les demandes des Etats-Unis d'augmenter leur production de décembre au-delà des 400.000 barils par jour supplémentaires prévus de longue date.

L'Opep+ prête à geler sa production en janvier ?

En cas de déblocage des réserves stratégiques, le cartel, qui tiendra sa prochaine réunion mensuelle le 2 décembre, pourrait décider de geler sa production en janvier au lieu de poursuivre l'augmentation prévue au rythme de 400.000 bj, selon des sources citées par Bloomberg. Les membres de l'Opep+, menés par l'Arabie saoudite, estiment qu'une hausse de l'offre n'est pas justifiée par les conditions actuelles de marché.

Après un gain de plus de 65% depuis le début de l'année, les cours du brut ont atteint fin octobre leurs plus hauts depuis plus de trois ans, mais ont ensuite ont entamé une correction, de plus de 9% pour le WTI et d'environ 7% pour le Brent. Les cours ont été affectés par des pressions croissantes des Etats-Unis, inquiets de l'envolée des cours du pétrole et de l'inflation en général.

Juguler la flambée des prix , "priorité absolue " de Biden

Le 10 novembre, l'annonce d'une accélération de la hausse des prix aux Etats-Unis en octobre (+6,2% sur un an), a accentué la pression sur le président Joe Biden pour qu'il agisse sur les cours du pétrole. Le président démocrate a alors assuré que freiner la hausse des prix, et notamment la flambée des prix à la pompe, était devenu une "priorité absolue", à l'approche des fêtes de fin d'année, une période propice aux déplacements pour les Américains.

Pour le président américain, l'annonce d'une action concertée notamment avec la Chine, pour faire baisser les cours de l'énergie, serait une victoire diplomatique, même si cela entraînerait de nouvelles tensions dans la relation compliquée qu'entretiennent les Etats-Unis et l'Arabie saoudite, le leader de l'Opep. Biden a discuté d'un recours aux réserves stratégiques avec son homologue chinois Xi Jinping lors de leur sommet virtuel la semaine dernière.

©2021