Cotation du 18/04/2019 à 11h30 Once d'Or +0,03% 1 276,50$
  • FIXAM - QS0010039905

Les Banques centrales se sont ruées sur l'or en 2018

Les Banques centrales se sont ruées sur l'or en 2018

Les Banques centrales n'avaient plus acheté autant de métal depuis près de 50 ans...

Les Banques centrales se sont ruées sur l'or en 2018
Crédit photo © CPoR

(Boursier.com) — Les Banques centrales se sont ruées sur l'or l'an dernier. Selon le dernier rapport du World Gold Council, elles ont ajouté 651,5 tonnes de métal à leurs réserves officielles en 2018, soit 74% de plus qu'en 2017 ! Il s'agit du deuxième total annuel le plus élevé jamais enregistré et le plus élevé depuis la dissolution des accords de Bretton Woods en 1971. La Russie, la Turquie et le Kazakhstan ont été les principaux acheteurs.

Hors banques centrales, la consommation d'or dans la joaillerie est restée globalement stable en 2018 (à 2.200 tonnes), la demande de lingots et de pièces a progressé de 4% (à 1.090 tonnes), la demande d'or utilisé dans l'industrie technologique a augmenté d'un petit pourcent (à 334,6 tonnes), mais les investissements dans l'or (via les ETF) se sont effondrés de 67% (à 68,9 tonnes).

Cette situation a toutefois changé au cours du dernier trimestre 2018, l'incertitude concernant l'économie en Chine et ailleurs ayant eu un impact sur le marché. Les derniers mois de l'année ont ainsi vu une diminution de la demande d'or pour l'industrie électronique et pour la joaillerie, en raison d'une baisse des dépenses des consommateurs, et à l'inverse un rebond de la demande des investisseurs et une hausse des entrées nettes dans les fonds ETF.

Au global, la demande de métal jaune a progressé de 4% l'an dernier, à 4.345 tonnes.

Alistair Hewitt, directeur au sein du 'World Gold Council', affirme : "La demande d'or a augmenté en 2018 et, bien que le prix de l'or en dollars américains a baissé de 1% par rapport à l'année précédente, il a surperformé de nombreux autres actifs financiers. Les inquiétudes au sujet d'un ralentissement de la croissance mondiale, les tensions géopolitiques accrues et la volatilité des marchés financiers ont entrainé la hausse de la demande des banques centrales à son plus haut niveau depuis que Nixon a fermé la fenêtre de l'or en 1971, les volumes d'or sur les ETF européens ont atteint un niveau record et la demande annuelle de pièces a bondi de 26%. Mais certains de ces facteurs peuvent s'avérer être des vents contraires pour certaines parties du marché. La demande dans la joaillerie et la technologie a ralenti au quatrième trimestre, la confiance des consommateurs s'étant affaiblie dans de nombreux pays. Je ne vois aucun des risques que les investisseurs et les banques centrales craignent s'estomper rapidement et je m'attends à ce que l'or demeure une couverture attrayante en 2019".

©2019,

Partenaires de Boursier.com