Cotation du 12/06/2021 à 00h00 Pétrole Brent +0,23% 72,690$
  • LCO - XC0009677409

Le pétrole reste ferme avant la réunion de l'Opep+

Le pétrole reste ferme avant la réunion de l'Opep+

L'Opep et ses alliés se réunissent mardi et devraient, sauf coup de théâtre, poursuivre leur programme de hausse progressive de leur production entamée en mai.

Le pétrole reste ferme avant la réunion de l'Opep+
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole ont progressé lundi, dans un marché calme, à la veille de la réunion mensuelle de l'Opep+, qui devrait confirmer ce mardi la poursuite de la hausse de sa production sur les prochains mois, afin d'accompagner la reprise économique mondiale.

Le baril de brut léger américain WTI a gagné lundi 0,9% à 66,91$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juillet, tandis que le Brent a pris 0,87% à 69,32$ (contrat d'août).

Le cartel rassemblant 13 pays exportateurs de pétrole, dominé par l'Arabie saoudite, et ses 10 alliés (dont la Russie) se réunissent donc ce mardi pour faire le point sur le marché du brut. Selon Helima Croft, analyste de RBC, l'Opep+ "s'en tiendra au calendrier prudent convenu en avril", même si la Russie "cherchera probablement à accélérer le rythme" de la hausse de production, comme elle l'a fait depuis le début de l'année.

L'Arabie saoudite devrait cependant prôner la prudence, en insistant sur les risques posés à la croissance par la résurgence actuelle des contaminations de Covid-19 en Asie, notamment en Inde, en Thaïlande, à Taïwan et à Singapour.

La question iranienne au centre des débats

La question iranienne risque d'animer les débats, alors que Téhéran négocie indirectement avec les Etats-Unis à Vienne, par l'entremise des Européens, afin de ressusciter l'accord de 2015 encadrant son programme nucléaire. Un retour à cet accord ouvrirait la voie à la levée d'un certain nombre de sanctions économiques, dont l'embargo sur le pétrole en vigueur depuis 2018... Ce qui correspondrait potentiellement à un apport de 1,5 million de barils par jour (environ 1,5% de la production mondiale), si l'on compare le niveau actuel de Téhéran à celui d'il y a trois ans.

Le 1er avril dernier, l'Opep+ avait décidé de réduire l'ampleur de la baisse de sa production de 350.000 barils par jour en mai, de 350.000 bpj en juin et de 441.000 bpj le mois suivant. En outre, l'Arabie saoudite avait indiqué qu'elle réduirait graduellement ses coupes supplémentaires de 1 million de bpj mises en place unilatéralement depuis janvier, au rythme de 250.000 bpj en mai, 350.000 bpj en juin et 400.000 bpj en juillet.

Depuis l'an dernier, l'Opep+ a réduit ses pompages de près de sept millions de barils par jour (bpj) pour soutenir les cours du pétrole. Depuis un an, les cours du brut ont vivement rebondi, de plus de 80%, à la faveur de la discipline de production de l'Opep+ et de la reprise économique mondiale, malgré les risque liés à des résurgences localisées de la pandémie de Covid-19.

©2021,