Cotation du 24/10/2020 à 00h00 Pétrole Brent -1,63% 41,770$
  • LCO - XC0009677409

Le pétrole poursuit son rebond grâce à l'Opep+

Le pétrole poursuit son rebond grâce à l'Opep+

Les pays de l'Opep et leurs alliés sont convenus jeudi de prolonger jusqu'à la fin décembre leur accord de maîtrise de la production de brut, afin de soutenir les cours, qui restent déprimés par la crise liée à la pandémie de coronavirus.

Le pétrole poursuit son rebond grâce à l'Opep+
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole ont rebondi jeudi pour la 3e séance consécutive, soutenus par les pays de l'Opep et leurs alliés. Le groupe Opep+, réuni ce jeudi en visioconférence, a ainsi demandé à ses membres de prolonger de trois mois, de la fin septembre à la fin décembre, ses engagements en matière de réduction de production afin de soutenir les cours.

Le baril de brut léger américain (WTI) a grimpé jeudi soir de 2% à 40,97$ (après un gain de près de 8% les 2 jours précédents), pour le contrat à terme d'octobre sur le Nymex. Le Brent de la mer du nord d'échéance novembre a pris encore 2,6% jeudi, à 43,30$.

L'ouragan Sally qui frappe le Golfe du Mexique, et la publication mercredi d'une baisse surprise des stocks hebdomadaires de pétrole aux Etats-Unis ont aussi contribué au rebond du brut ces dernières 48h.

Lors d'une réunion virtuelle, les membres de l'Opep+ ont fait le point jeudi sur les quotas instaurés en avril pour stopper l'effondrement des prix de l'or noir engendré par la pandémie de Covid-19. Cette dernière a fait chuter la consommation mondiale d'or noir dans des proportions sans précédent. L'Opep+ a souligné jeudi l'importance de respecter intégralement les engagements de réduction de sa production, ce qui a rassuré les investisseurs.

Les 23 pays brident leur production, ensemble, à hauteur de 7,7 millions de barils par jour actuellement, soit environ 8% de l'offre mondiale. Ces restrictions seront donc prolongées jusqu'à la fin de l'année, et plusieurs pays, dont l'Iraq, se sont engagés à réduire leurs pompages en septembre pour compenser leur dépassements de production en début d'annnée.

Ces derniers jours, l'Opep ainsi que l'agence internationale de l'Energie (AIE) ont réduit leurs prévisions de demande de pétrole, en raison des incertitudes liées à la crise sanitraire.

©2020,