Cotation du 29/11/2021 à 18h41 Pétrole Brent +3,20% 75,050$
  • LCO - XC0009677409

Le pétrole poursuit son ascension, le Brent finit au-dessus de 85$

Le pétrole poursuit son ascension, le Brent finit au-dessus de 85$

Selon des sources citées par 'Bloomberg', la Russie aurait clairement fait savoir à l'Europe qu'elle augmenterait ses livraisons de gaz, mais seulement à condition que le gazoduc Nord Stream 2 soit mis en service.

Le pétrole poursuit son ascension, le Brent finit au-dessus de 85$
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après une séance de pause, lundi, les marchés pétroliers sont repartis à la hausse mardi, toujours sur fond de déficit d'offre pour alimenter la reprise économique mondiale en énergie en cette période de sortie de la pandémie de Covid-19.

Le baril de brut léger américain WTI a gagné 0,6% à 82,96$ pour le contrat à terme de novembre sur le Nymex, tandis que le Brent de la Mer du Nord a avancé de 0,9% à 85,09$ (contrat de décembre). Par ailleurs, le gaz naturel a gagné 1,3% à 5,06$ par million de BTU (British Thermal Unit) sur le Nymex, alors qu'en Europe, le gaz a reculé de 0,8% à 93,55 euro le mégawattheure. Après l'avertissement de Moscou, le prix du gaz en Europe, est d'abord passé brièvement de 93 à 96 euros/MWh avant de retomber.

Le cours du pétrole léger américain (WTI ou light sweet crude) est à son plus haut niveau depuis octobre 2014, tandis que le Brent est sur des sommets de trois ans. Les experts sont de plus en plus nombreux a prévoir que le pétrole franchira ces prochains mois les 100$ le baril pour la première fois depuis 2014, compte-tenu du déficit d'offre d'énergie à l'approche de l'hiver dans l'hémisphère nord.

Les variables du gaz russe et du pétrole iranien

Selon des sources citées par 'Bloomberg', la Russie aurait clairement fait savoir à l'Europe qu'elle augmenterait ses livraisons de gaz, mais seulement à condition que les régulateurs allemands et européens autorisent la mise en service du nouveau gazoduc controversé Nord Stream 2, qui relie la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique.

"Nous ne pouvons pas sauter à la rescousse pour corriger les erreurs que nous n'avons pas commises", a déclaré Konstantin Kosachyov, un député russe influent, dans une interview à Bloomberg. "Nous respectons tous nos contrats, toutes nos obligations. Tout ce qui vient s'ajouter à cela est soumis à des accords volontaires supplémentaires qui sont bénéfiques pour les deux parties", a-t-il ajouté.

Ces dernières années, la construction du gazoduc Nord Stream 2, qui relie la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique (au grand dam de l'Ukraine) a été l'objet de vives tensions diplomatiques entre l'Europe, l'Ukraine, la Russie et les Etats-Unis, qui ont retardé le projet en sanctionnant les entreprises qui collaboraient avec la Russie à la fabrication du nouveau gazoduc. "Nord Stream 2" a été finalement achevé début septembre, mais il n'est pas encore opérationnel.

L'or noir a aussi reçu mardi du soutien de rumeurs affirmant que les négociations entre les inspecteurs occidentaux et l'Iran seraient dans l'impasse. Un échec de ces discussions sur le nucléaire iranien compromettrait la levée des sanctions américaines qui empêchent Téhéran d'exporter son pétrole à souhait.

©2021