Cotation du 15/04/2021 à 00h00 Pétrole Brent +4,57% 66,580$
  • LCO - XC0009677409

Le pétrole perd plus de 4%, craintes sur la demande

Le pétrole perd plus de 4%, craintes sur la demande

Rouge vif sur le marché pétrolier ! Le baril pointe en forte baisse ce mardi, plombé par les craintes pesant sur la demande avec les nouvelles mesures...

Le pétrole perd plus de 4%, craintes sur la demande
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Rouge vif sur le marché pétrolier ! Le baril pointe en forte baisse ce mardi, plombé par les craintes pesant sur la demande avec les nouvelles mesures mises en place pour faire face à la pandémie de coronavirus en Europe, la lenteur de la campagne de vaccination et l'envolée des nouveaux cas en Inde. La vigueur du dollar tend également à peser sur les cours de l'or noir. Le baril de brut léger américain pour livraison mai recule actuellement de 4,1% à 59 dollars sur le Nymex tandis que le baril de Brent de la mer du Nord de même échéance rend 4,2% à 61,9$ à Londres.

L'Allemagne va étendre ses restrictions et imposer un confinement de 5 jours pour le long week-end de Pâques, tandis qu'aux États-Unis, le maire de la ville de New York a demandé une pause dans la réouverture de l'économie. "L'Europe continentale renforce les mesures relatives au coronavirus et restreint ainsi davantage la mobilité", note la Commerzbank. "Cela devrait avoir un impact négatif correspondant sur la demande de pétrole".

L'OPEP+, qui a récemment prolongé ses réductions de production pour soutenir les prix, pourrait rester prudente quant à toute augmentation future de son offre lors de sa prochaine réunion si les prix restent autant sous pression. "La route vers la reprise de la demande de pétrole semble être pleine d'obstacles", explique à 'Bloomberg' Bjornar Tonhaugen, responsable des marchés pétroliers chez Rystad Energy. "La profondeur de la correction est surprenante d'une certaine manière, alors que nous sommes à une semaine de la prochaine réunion ministérielle de l'OPEP+, le 1er avril, et que les mesures de relance budgétaire américaines sont censées renforcer la confiance du marché".

Outre cet accès de faiblesse du côté des fondamentaux, des facteurs plus techniques semblent également exercer une pression sur les prix. Sur le Brent, le contrat à terme le plus proche se négocie avec une décote par rapport au mois suivant pour la première fois depuis janvier (un phénomène connu sous le nom de contango qui indique une offre excédentaire). La faiblesse de la partie la plus proche de la courbe des contrats à terme s'explique par le fait que les stocks constitués l'année dernière sont en train d'être résorbés, selon le consultant Energy Aspects. Dans le même temps, le WTI est tombé sous sa moyenne mobile de 50 jours pour la première fois depuis novembre.

©2021,