Cotation du 19/10/2021 à 17h33 Pétrole Brent +0,82% 85,020$
  • LCO - XC0009677409

Le pétrole marque une pause, mais Poutine souffle sur les braises

Le pétrole marque une pause, mais Poutine souffle sur les braises

Le président russe a pointé le sous-investissement chronique dans le secteur pétrolier qui, selon lui, est le résultat de choix politiques erronés de la part des pays occidentaux.

Le pétrole marque une pause, mais Poutine souffle sur les braises
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le président russe Vladimir Poutine s'est exprimé mercredi sur la crise mondiale de l'énergie, en estimant probable que les cours du pétrole atteindront à nouveau 100$ le baril pour la première fois depuis 2014.

Mercredi, les cours du pétrole ont certes fait une petite pause, mais le WTI reste très proche de son plus haut depuis 7 ans, tandis que le Brent est près de ses sommets de 3 ans. Le baril de brut léger américain WTI a cédé mercredi 0,3% à 80,44$ pour le contrat à terme de novembre sur le Nymex, tandis que le Brent de la Mer du Nord a fléchi de 0,3% à 83,18$ (contrat de décembre).

Lors d'une conférence sur l'énergie à Moscou, le président russe a averti mercredi qu'une hausse du pétrole à 100$ le baril était "tout à fait possible", en raison du sous-investissement passé dans le secteur qui, selon lui, est le résultat de choix politiques erronés de la part des pays occidentaux.

L'AIE s'inquiète du manque d'investissement dans toutes les sources d'énergie

Ses commentaires font écho à l'avertissement lancé plus tôt dans la journée par l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui a déclaré dans son rapport annuel sur les perspectives énergétiques mondiales que le monde n'investit pas suffisamment dans les combustibles fossiles pour éviter une répétition des perturbations du marché de cette année.

L'AIE s'est montrée tout aussi préoccupée par le fait que les industriels n'investissent pas non plus suffisamment dans les énergies renouvelables. A deux semaines de l'ouverture de la COP26 de l'ONU à Glasgow, l'AIE a ainsi averti que "la transition est trop lente". Si le monde n'investit pas plus massivement et rapidement dans les énergies propres, il subira le réchauffement climatique, ainsi que des "turbulences" en matière d'approvisionnement, a-t-elle prévenu.

Les prix du gaz repartent en hausse, Poutine se dit prêt à livrer si l'Europe le demande

Vladimir Poutine a aussi assuré que la Russie était prête à fournir davantage de gaz naturel à l'Europe, si elle en faisait la demande. Il a aussi exhorté les pays de l'Union européenne à signer davantage de contrats à long terme avec la compagnie russe Gazprom plutôt que de dépendre des marchés au comptant ("spot"), où les cours ont flambé ces derniers mois. Le président russe a une nouvelle fois rejeté catégoriquement l'idée que Moscou limitait les livraisons au continent pour des raisons politiques.

Après avoir atteint des records la semaine dernière, à plus de 160$ par megawattheure, les cours du gaz sont revenus sous 90$ en Europe, mais ils ont rebondi mercredi de 9% pour finir à 93,36$ pour le cours européen de référence, le TTF néerlandais. Ainsi, les prix du gaz en Europe ont presque quintuplé depuis le début de l'année, où ils pointaient autour de 19 euros par Mwh.

Le Kremlin a nié à plusieurs reprises que la Russie limitait délibérément ses approvisionnements afin de faire pression pour obtenir l'approbation pour le nouveau gazoduc Nord Stream 2, qui traverse la mer Baltique en acheminant du gaz naturel russe vers l'Allemagne.

©2021