Cotation du 24/06/2021 à 11h11 Pétrole Brent +0,55% 75,600$
  • LCO - XC0009677409

Le pétrole grimpe encore, le WTI franchit les 66$

Le pétrole grimpe encore, le WTI franchit les 66$

Les cours du pétrole sont restés très bien orientés en cette fin de semaine, le baril de brut léger américain venant de franchir la barre des 66 dollars pour la première fois depuis la mi-2019.

Le pétrole grimpe encore, le WTI franchit les 66$
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les cours du pétrole sont restés très bien orientés en cette fin de semaine, le baril de brut léger américain WTI venant de franchir la barre des 66 dollars pour la première fois depuis avril 2019. L'Opep+ a positivement surpris jeudi en décidant de maintenir l'essentiel de ses coupes de production au-delà du 1er avril, alors que les marchés s'attendaient à une hausse sensible de l'exploitation du groupe.

Vendredi, le contrat à terme d'avril sur le baril de pétrole brut WTI a encore gagné 3,5% à 66,09$ sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance mai a pris 3,9% à 69,36$. Les deux variétés de pétrole ont bondi de plus de 7% cette semaine, et ils ont désormais repris plus de 35% depuis le début 2021, retrouvant leurs plus hauts niveaux depuis avril 2019 pour le WTI et mai 2019 pour le Brent.

L'Arabie saoudite retiendra encore 1 mbj en avril

Les vingt-trois membres de l'Opep+, qui représentent environ la moitié de la capacité mondiale de production de brut, tenaient leur réunion mensuelle pour statuer sur leur niveau de production pour avril. Ils ont donc décidé de ne pas rouvrir largement les vannes, compte-tenu des incertitudes pesant encore sur le rythme de la reprise économique mondiale.

L'Arabie saoudite a finalement opté pour le statu quo pour un mois supplémentaire, prolongeant ses coupes unilatérales de 1 million de barils par jour appliquées en février et mars. La Russie, qui réclamait un hausse de production, est autorisée à pomper 130.000 barils par jour supplémentaires en avril, et le Kazakhstan aura droit à 20.000 bj de plus, ces deux pays ayant besoin de répondre à leur demande intérieure.

Au final, l'Opep+ continuera ainsi de produire environ 8 mbj de moins qu'avant la crise du coronavirus, contribuant à soutenir les cours dans un environnement où la demande redémarre progressivement en 2021 à la faveur des campagnes de vaccination. Pour JP Morgan Chase & Co, l'issue de cette réunion peut être considérée comme "le résultat le plus haussier que nous aurions pu attendre".

Les stratégistes revoient leurs prévisions de prix à la hausse pour 2021

Prenant acte de cette annonce, plusieurs établissements de Wall Street ont relevé leurs prévisions sur le marché pétrolier. Goldman Sachs a ainsi rehaussé son estimation sur le Brent de 5 dollars et voit maintenant le prix de référence du brut mondial à 80 dollars au troisième trimestre. JP Morgan a augmenté ses prévisions de 2 à 3 dollars et Australia & New Zealand Banking Group a porté son objectif à trois mois à 70 dollars.

Citigroup estime de son côté que le Brent pourrait dépasser les 70 dollars avant la fin du mois. Reste qu'une hausse des cours à ces niveaux devrait augmenter les tensions au sein de l'Opep+, certains membres voudront en effet pomper davantage pour soulager leurs économies sous pression avec la crise, avertit la banque. Les principaux pays importateurs tels que la Chine et l'Inde ne seraient pas non plus satisfaits, et l'alliance changera probablement de cap lors de sa prochaine réunion, selon Citi.

©2021,