Cotation du 18/05/2019 à 00h00 Pétrole Brent -0,56% 72,210$
  • LCO - XC0009677409

Le marché pétrolier se resserre mais de grosses incertitudes planent sur la demande

Le marché pétrolier se resserre mais de grosses incertitudes planent sur la demande

Le marché mondial pétrolier se resserre mais les nuages pesant sur la demande sont nombreux à l'horizon...

Le marché pétrolier se resserre mais de grosses incertitudes planent sur la demande
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le marché mondial pétrolier se resserre mais les nuages pesant sur la demande sont nombreux à l'horizon. Dans son rapport mensuel, l'Agence internationale de l'énergie explique ainsi que les stocks de brut devraient diminuer pour le reste de l'année alors que l'Arabie saoudite et ses partenaires freinent leur production, tandis que les exportations du Venezuela et de l'Iran sont comprimées par les crises économiques et politiques. "L'augmentation considérable de la production pétrolière que nous avons constatée au second semestre de 2018 s'est inversée à la suite de la mise en oeuvre du nouvel accord de Vienne et de l'efficacité croissante des sanctions contre l'Iran et le Venezuela".

"Le marché pétrolier montre des signes de resserrement à l'approche du deuxième trimestre 2019, mais les perspectives de la demande sont mitigées", souligne l'agence basée à Paris. Les risques liés à la demande sont "actuellement orientés à la baisse".

Si l'IAE a, pour le moment, laissé ses estimations de croissance de la consommation mondiale de brut pour 2019 inchangées (+1,4%), elle avertit sur le fait que les menaces qui pèsent sur l'économie mondiale, de l'Europe aux marchés émergents, pourraient avoir un impact sur la consommation d'or noir.

La demande des pays développés a baissé au quatrième trimestre pour la première fois depuis 2014. En outre, les inquiétudes persistent au sujet du différend commercial entre les États-Unis et la Chine, la reprise de la demande au Moyen-Orient demeure modérée et la faiblesse des pays européens pourrait être exacerbée si la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne venait à être "désordonnée", affirme l'AIE. D'autres vents contraires pourraient également provenir de la remontée des prix (avec un baril à 70 dollars), qui "sont moins confortables pour les consommateurs qu'ils ne l'étaient au début de l'année".

©2019,

Partenaires de Boursier.com