Cotation du 20/10/2018 à 00h00 Pétrole Brent +0,62% 79,780$
  • LCO - XC0009677409

Iran : Trump fait flamber le pétrole au plus haut depuis plus de 3 ans

Iran : Trump fait flamber le pétrole au plus haut depuis plus de 3 ans

Le pétrole a flambé ces dernières semaines sur fond de spéculations sur la sortie probable des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Les cours ont réagi fortement, mardi, à la confirmation de cette information par Donald Trump...

Iran : Trump fait flamber le pétrole au plus haut depuis plus de 3 ans
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le pétrole a vécu une journée agitée, mardi, dans l'attente puis dans la foulée des annonces de Donald Trump concernant l'Iran. Le baril de brut léger américain WTI, qui avait franchi lundi les 70$, a d'abord fait l'objet de prises de bénéfices appuyées avant de repartir à hausse après les annonces du président américain, frôlant à nouveau les 70$ dans la nuit de mardi à mercredi et accélérant ses gains en Asie ce matin. Le baril de light sweet crude (WTI), pour livraison en juin, gagne ainsi 1,5$ à 70,60$ dans les échanges électroniques et le baril de Brent pour livraison en juillet prend 1,8$ à 76,66$.

Le cours du baril WTI avait pourtant perdu jusqu'à 4,5% mardi en séance avant de finir la journée en recul plus modéré de 2,36%, à 69,06$ pour le contrat à terme de juin sur le Nymex. Le Brent de la Mer du nord a baissé de 1,73% à 74,85$ le baril. Toutefois, après l'intervention de Trump, le pétrole est reparti à la hausse pour flirter avec ses plus hauts niveaux depuis près de 3 ans et demi, en novembre 2014... Les investisseurs craignent en effet que le retour des sanctions américaines n'entraîne une réduction des exportations iraniennes, qui ont plus que doublé depuis la levée des sanctions en janvier 2016.

Les valeurs pétrolières en nette hausse à Wall Street

Cette réduction potentielle de l'offre intervient alors que les cours sont déjà soutenus par l'Opep et ses alliés (dont la Russie) qui ont mis en oeuvre avec efficacité depuis janvier 2017 un accord de réduction de leur production. Cette discipline de production a permis d'éponger en partie les excédents mondiaux de brut, qui avaient fait chuter les cours du pétrole sous la barre des 30 dollars le baril en 2016...

A la Bourse de New York, les actions des valeurs énergétiques ont fortement progressé ces derniers mois, profitant de la flambée des cours du pétrole. Mardi, le titre de Chevron a gagné 1,3%, et il prend 10% en trois mois, ConocoPhillips a gagné mardi 1,45% (+ 22% en trois mois), Transocean a avancé de 1,3% (+28% en trois mois) et Devon Energy a pris 3% (+6% en trois mois). Halliburton a reculé mardi de 0,3% (+4,4% en trois mois) et ExxonMobil a pris 0,45% mardi et gagné seulement 1,5% en trois mois,

Les exportations pétrolières de l'Iran ont plus que doublé grâce à l'accord de 2015

Les exportations de pétrole iranien étaient tombées en 2015 à 1 million de barils par jour sous l'effet des sanctions américaines et européennes (contre 2,5 millions de barils par jour avant les sanctions).

A la faveur de l'accord international de 2015, les exportations de brut de Téhéran ont pu reprendre à partir du 1er janvier 2016 et ont progressivement retrouvé un rythme supérieur à 2 mbj.

Le retour des sanctions américaines contre l'Iran pourrait donc remettre en cause une partie de ces exportations pétrolières (bien que l'Iran n'exporte pas vers les Etats-Unis). Au-delà, l'effet déstabilisateur des annonces de Donald Trump sur les fragiles équilibres au Moyen-Orient font craindre aux marchés d'autres possibles perturbations de la production pétrolière dans les mois à venir.

L'Europe et l'Iran souhaitent le maintien de l'accord

L'accord international sur le nucléaire iranien, signé en 2015 par l'Iran et les 5 membres permanents du Conseil de Sécurité plus l'Allemagne, avait permis la levée partielle des sanctions économiques contre l'Iran, en échange du gel et de la mise sous contrôle international du programme nucléaire iranien pour au moins dix ans...

Mardi soir, les pays européens signataires (France, Royaume-Uni et Allemagne) espéraient encore sauver l'accord, sans la participation des Etats-Unis : "Ensemble, nous soulignons notre engagement continu en faveur (de l'accord "JCPOA"). Nous appelons toutes les parties à continuer de souscrire à sa pleine mise en oeuvre, et à agir dans un esprit de responsabilité", ont indiqué le président français, la chancelière allemande et la Première ministre britannique dans un communiqué.

L'Iran sur la défensive

De son côté, le président iranien Hassan Rohani a affirmé mardi soir qu'il n'entendait pas se retirer de l'accord sur le nucléaire."Si nous atteignons les objectifs de l'accord en coopération avec les autres parties prenantes de cet accord, il restera en vigueur (...). En sortant de l'accord, l'Amérique a officiellement sabordé son engagement concernant un traité international", a déclaré le président iranien dans une allocution télévisée.

©2018,

Partenaires de Boursier.com