Accueil
»
Introductions
»
Conseil Kerlink

Conseil sur l'introduction en Bourse de Kerlink

11/05/2016 à 14h10

Introduction sur Alternext

(Boursier.com) — Objets connectés. L'Internet des Objets peut-il devenir un secteur recherché par les investisseurs en Bourse ? Les résultats de l'introduction de Kerlink en diront un peu plus... L'explosion de ce marché doit aboutir à un nombre considérable d'objets connectés. Les perspectives, compliquées à établir, évoquent, selon les études, de 15 à 200 milliards d'entités connectées en 2020. Dès cette année, 5,5 millions de nouveaux objets sont connectés chaque jour selon Gartner ! Le marché est effectivement en plein décollage et nécessite le déploiement de réseaux de connexions. Des plans de déploiement nationaux sont lancés avec notamment Orange, Bouygues en France, Swisscom en Suisse, KPN aux Pays-Bas... D'autres sont en projet : sur le seul segment des télécoms une cinquantaine de pilotes ou de déploiements sont en cours associant directement du matériel de la société.

LoRa En effet, au sein de cet écosystème en construction, Kerlink se veut équipementier et fournisseur de solutions réseaux intégrées (hardware + software + services), avec une expertise multi-technologies, mais une appétence pour la technologie LoRa qu'elle maîtrise en globalité. La société a été fondée par une équipe issue du centre de recherche et développement de l'équipementier télécom Wavecom, un nom qui rappellera des souvenirs à certains boursiers puisque Wavecom était coté jusqu'en 2009. L' offre de Kerlink lui permet aujourd'hui de revendiquer 120 clients, dont beaucoup d'opérateurs télécoms, ainsi que des fabricants d'objets connectés.

Rentabilité? En 2015, la société a réalisé un chiffre d'affaires de 7,4 ME pour un EBITDA en légère pertes. La société est avant tout une société de croissance : +40% en moyenne depuis 2014. Elle explique que sa forte croissance de chiffre d'affaires doit lui permettre d'atteindre le point mort. A quelle date ? Dès 2017 selon l'analyste ayant oeuvré pour l'opération. Il attend un ROC de 0,93 ME et un RN de 0,74 ME pour un chiffre d'affaires de 21,08 ME, soit près du triple de celui de 2015 ! Entre temps, l'étape 2016 pourrait voir une amplification des pertes d'exploitation étant donné les investissements commerciaux nécessaires pour justement atteindre l'envolée du chiffre d'affaires... L'introduction, avec une levée de fonds d'au moins 10 ME, doit lui en donner les moyens, mais doit aussi la libérer d'une obligation fort onéreuse (le résultat financier est passé de -42 KE à -349 KE entre 2014 et 2015...), que les détenteurs se sont engagés à convertir en actions lors de cette introduction... De notre point de vue, même s'il est bien positionné sur un marché en vive croissance, le dossier nous paraît encore fragile et la valorisation de 40 ME, en milieu de fourchette, soit 3 fois l'estimation du chiffre d'affaires 2016 de l'analyste, n'incite pas à l'achat fort, dans un contexte difficile pour les introductions actuellement...

Ne pas souscrire.

Arnaud Bivès — ©2016-2020, Boursier.com