»
»
Conseil Innoveox

Conseil sur l'introduction en Bourse de Innoveox

25/04/2014 à 12h15

Introduction sur Alternext

(Boursier.com) -- Oxydation hydrothermale supercritique. Voilà un dossier parmi les plus intéressants qu'aient connu les investisseurs français depuis bien longtemps! Un dossier alliant une technologie révolutionnaire, applicable sur un marché sans solution à ce jour, le tout sans être concurrencé par de véritables challengers et dont le résultat est bénéfique pour la planète! En l'occurrence, il s'agit de détruire les déchets liquides les plus toxiques, à ce jour enfouis ou incinérés, tout en produisant de l'eau et de l'énergie! C'est cette prouesse-la que réalise donc la jeune société française Innoveox, via le procédé, développé par le CNRS et dont elle est propriétaire : l'oxydation hydrothermale supercritique. Une solution qui parait finalement assez simple : on détruit les déchets par oxydation, mais sous certaines conditions de température et de pression. Et Innoveox, lors de l'opération, produit de l'eau, parfaitement propre, ainsi que de l'énergie. Deux éléments qu'elle peut valoriser et vendre.

Premier contrat. Que les investisseurs se rassurent : le procédé n'a plus rien à prouver, il fonctionne. Mieux : Innoveox se présente en Bourse après la signature d'un premier contrat, tout frais : 6 ME pour le traitement de déchets toxiques sur l'Ile de la Réunion pendant 5 ans. Les prochains mois devraient être rythmés par la conclusion de nouveaux accords. La direction indique des discussions auprès de 50 prospects, notamment dans la Chimie, le Pétrole et la Santé... La société a aussi signé un partenariat technologique et commercial avec Air Liquide à qui elle achète l'oxygène nécessaire au procédé et on imagine que cela pourrait ouvrir des portes vers de nouveaux clients... En outre, en 2013, Innoveox a entériné un contrat de qualification industriel avec Total E&P pour le traitement de résidus complexes...

Objectifs financiers clairs. Au total, Innoveox vise entre 40 et 50 ME de chiffre d'affaires en 2018, sachant que l'équilibre, toujours selon elle, serait atteint lors de l'exercice 2016. Innoveox n'est concurrencé par aucune autre technologie sur le marché, hormis peut-être celle d'un américain, General Atomics, mais qui reste sur une niche confidentielle, celle de la destruction des armes chimiques de l'armée US. Et ce potentiel concurrent ne produit ni eau, ni énergie... A Innoveox donc de convaincre ses prospects d'abandonner l'enfouissement, l'incinération ou le stockage de déchets... "Nous ne changeons pas les habitudes du client et lui proposons un service 'clefs en main' avec pour prestation principale la destruction, définitive, de ses déchets dangereux. Nous lui évitons le coût et la dangerosité des transports de déchets", expliquait à Boursier.com, mi-avril, Jean-Christophe Lepine, le PDG. Les fonds levés, de 12 à 16 ME, doivent permettre la réalisation de nouvelles machines, les 50 prospects ayant pour vocation à se transformer en clients... En conclusion, et alors que la plupart des dossiers présentés aux investisseurs depuis le début d'année relèvent du domaine des "biotechs" et des "medtechs", la valorisation d'Innoveox, 42 ME en milieu de fourchette, permet de mettre en portefeuille, pour bien moins cher qu'une "biotech", une société dont le procédé innovant est déjà commercialisé, sur un marché tout aussi considérable que ceux visés par les candidats médicaments, en l'occurrence 6 MdsE. On a envie de croire au développement de cette société dont la technologie semble promise à un bel avenir...

Souscrire.

Arnaud Bivès — ©2014-2019, Boursier.com

Partenaires de Boursier.com