Accueil
»
Introductions
»
Conseil Ecoslops

Conseil sur l'introduction en Bourse de Ecoslops

10/02/2015 à 16h50

Introduction sur Alternext

(Boursier.com) -- Slops. Les rejets en mer des résidus pétroliers sont interdits. Une vraie problématique de gestion de ces 100 millions de tonnes de " slops " a donc vu le jour, d'autant que les ports sont désormais obligés de collecter ces résidus sans grand débouchés... Créée et dirigée par Michel Pingeot, ancien PDG de Heurtey-Petrochem, bien connu des boursiers, Ecoslops recycle les résidus pétroliers maritimes et les transforme en carburant marin vendu 3 à 4 fois plus cher que les produits issus des techniques actuelles de collecte et traitement. Côté approvisionnement, la société se dit en position de force, de par l'obligation de collecte et de l'absence de débouchés pour les slops. Un premier contrat d'approvisionnement a été signé auprès du croisiériste MSC en janvier 2014. D'autres devraient suivre. De l'autre côté de la chaîne, la société revendra le carburant marin, et ce dès la fin du mois de mars, au prix de marché. Certes chahuté par la chute du baril de pétrole, mais Ecoslops a de la marge, expliquant que son point mort pour l'EBITDA se situe à environ 35 Dollars le baril, à quoi correspond une tonne de carburant marin à 300$. Le prix moyen moyen a été de 480$ la tonne pour le mois janvier.

Sites de production. Entre l'approvisionnement et la vente, la transformation : tout l'enjeu de la levée de fonds que réalise la société. Ecoslops vise ainsi quatre unités de production d'ici à 2017. La première implantation industrielle, sur le port de Sinès, au Portugal est maintenant opérationnelle et va monter en charge en 2015. On peut tabler, une fois à plein régime sur une production de plus de 25.000 tonnes de carburants et combustibles, soit un chiffre d'affaires estimé par l'analyste suivant l'introduction à environ 14 ME, pour une rentabilité significative, puisque l'Ebitda estimé ressort à 4 ME. Le tout pour un investissement réalisé de 17,7 ME. Le décollage devrait être rapide, pour Ecoslops qui ne réalise qu'environ 2 ME de chiffre d'affaires jusqu'à présent.

Pétrolière. La levée de fonds de 15 ME va aussi donner une bouffée d'oxygène à la société dont la trésorerie actuelle ne lui suffirait que pour 6 mois. Mais les revenus issus de la vente de carburant, associés à la levée de fonds lui donnent désormais une autre perspective... A un peu plus de 50 ME, la valorisation n'est pas inabordable eu égard aux perspectives de développement d'Ecoslops et de son marché. Bien que les investisseurs délaissent les valeurs pétrolières, le profil particulier d'Ecoslops et ses perspectives, pourraient bien séduire... L'accueil exceptionnel réservé aux récentes introductions en Bourse milite aussi pour une réussite de l'opération, bien qu'elle ne fût pas une " biotech "...

Souscrire.

Arnaud Bivès — ©2015-2020, Boursier.com