Accueil
Introductions
Conseil Aramis

Conseil sur l'introduction en Bourse de Aramis

10/06/2021 à 16h49

Introduction d'Aramis sur Euronext Paris

(Boursier.com) — Quel accueil? PHE a échoué, Believe est entré par la petite porte et affiche une 1ère séance boursière catastrophique... Qu'en sera t-il d'Aramis? On ne boude pas notre plaisir de voir des entreprises de taille importante tenter leur chance en Bourse de Paris! Mais force est de constater que l'accueil est pour le moment assez rude! Aramis fait partie de cette catégorie, avec un chiffre d'affaires 2020, pro forma, c'est à dire tenant compte de l'acquisition du site britannique carsupermarket.com, de 1,08 Milliard d'Euros. De la belle ETI donc! La marge d'EBITDA ressort à 4,4%. Depuis 2001, le parcours d'Aramis est assez impressionnant avec près de 600 ME de chiffre d'affaires désormais pour le seul site éponyme, auxquels s'ajoutent donc plus de 400 ME provenant de sites rachetés, en Belgique, Espagne et donc plus récemment en Grande Bretagne. "Aramis Group a réussi en 20 ans et en plaçant la technologie et la data au coeur de l'expérience d'achat, à construire une plateforme efficace et entièrement intégrée, capable de proposer à ses clients des véhicules d'occasion de qualité au meilleur prix", résume Guillaume Paoli dans une interview publiée par Boursier.com.

Prévisions. Les investisseurs sont suffisamment critiques envers les dirigeants d'entreprises ne donnant aucune perspective chiffrée pour ne pas goûter au plaisir de celles que formule Aramis qui est disposé à en afficher jusqu'en... 2030! En l'occurrence, 6 milliards d'euros et une marge d'EBITDA ajusté organique située entre 8% et 9%. Difficile de juger de la pertinence d'une telle prévision pour dans 9 ans... On prendra plus en considération celle concernant l'exercice clos le 30 septembre prochain et qui met en évidence un chiffre d'affaires organique supérieur à 1,25 milliard d'euros et une marge d'EBITDA ajustée comprise entre 2,7 et 2,9%. A moyen terme, soit 2025, la barre des 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires doit être franchie sur une base organique selon la prévision de la société.

Stellantis. Le schéma actionnarial de la société est connu avec Stellantis (Peugeot et Fiat) détenant 70% depuis l'acquisition de Peugeot en 2016 et des fondateurs pointant encore à plus de 27%. Ces derniers cèdent pour plus de 110 ME de titres et pourraient tomber sous les 15%. Jamais un bon signal, même si, évidemment, il faut bien que les fondateurs matérialisent une partie de la valeur créée depuis les débuts de la société. Stellantis ne cède pas de titre pour sa part. Mais le contexte entourant l'introduction pose toutefois question : l'abandon en rase campagne de PHE, le spécialiste des pièces détachées, qui pensait séduire les investisseurs en une petite semaine, puis les débuts extrêmement difficiles de Believe (bas de fourchette puis 1ère séance à -15% pour le titre), nous démontrent que les gros dossiers peuvent connaître de grandes difficultés à se faire une place en Bourse de Paris en ce moment. Ces échecs auxquels on peut aussi ajouter celui d'Ekwateur, nous poussent à la prudence sur Aramis qui ne vient pas, en plus, sur des bases de valorisation particulièrement attractives (entre 1,9 et 2,3 milliards). On passera donc notre tour et on observera le résultat, quitte à se positionner sur le titre en cas de débuts boursiers "discount"...

Ne pas souscrire.

Arnaud Bivès — ©2021, Boursier.com