Cotation du 21/10/2020 à 23h09 Dow Jones Industrial -0,35% 28 210,82
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : vers une 3e séance de hausse consécutive

Wall Street : vers une 3e séance de hausse consécutive
Wall Street : vers une 3e séance de hausse consécutive

(Boursier.com) — La Bourse de New York s'oriente vers une 3e séance positive d'affilée, vendredi, les marchés continuant de tabler sur l'adoption d'un nouveau plan de soutien budgétaire à l'économie américaine, malgré des négociations compliquées et pleines de rebondissements. Les valeurs technologiques font partie des plus fortes hausses, sur fond d'opérations capitalistiques : IBM (-2,5%) va se scinder en deux pour se concentrer sur le "cloud", tandis qu'Advanced Micro Devices (AMD, -4%) serait sur le point de racheter Xilinx (+14%) selon le 'Wall Street Journal'.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones gagne 0,59% à 28.594 points, tandis que l'indice large S&P 500 prend 0,90% à 3.477 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, avance de 1,28% à 11.567 pts.

Huit des 11 indices sectoriels du S&P 500 s'affichent dans le vert, à commencer par les biens de consommation discrétionnaires (+1,6%), les technologiques (+1,3%) et les biens de consommation de base (+1%). L'énergie (-1,2%) et les "utilities" (-0,3%) corrigent, après avoir grimpé la veille.

A moins de 4 semaines de l'élection présidentielle du 3 novembre aux Etats-Unis, les marchés restent suspendus aux rebondissements de la campagne électorale, et aux aléas des négociations entre la Maison Blanche et le Congrès en vue d'un nouveau plan de soutien à l'économie, pour pallier les effets récessionnistes de la crise du coronavirus.

Joe Biden prend de l'avance dans les sondages

La semaine a été riche en rebondissements, à commencer par le retour de Donald Trump à la Maison Blanche après 3 jours passés dans un hôpital militaire pour être traité contre le coronavirus. Le président républicain est apparu plus combatif que jamais à son retour, mais il a perdu du terrain dans les sondages face à son adversaire démocrate Joe Biden.

Les marchés financiers, qui craignent par dessus tout une élection trop serrée débouchant sur des contestations judiciaires et une instabilité politique, sont plutôt soulagés de voir que l'écart se creuse, même si une victoire de Trump serait a priori plus favorable aux marchés que l'élection de Joe Biden, qui prévoit notamment de relever le niveau de certains impôts.

Mardi, Trump a provoqué un coup de théâtre, en mettant fin aux discussions sur un plan de relance de 2.200 milliards de dollars soutenu par les Démocrates, et en annonçant le report d'un tel plan au-delà des élections... Quelques heures plus tard, le président a toutefois fait volte-face et a relancé les discussions, mais cette fois sur la base des propositions faites par son administration.

La Maison Blanche d'accord sur 1.800 Mds$ de soutien budgétaire?

Vendredi, la chaîne télévisée 'CNBC' affirme que la Maison Blanche serait prête à accepter un plan de 1.800 milliards de dollars, un montant supérieur aux précédentes propositions, qui oscillaient entre 1.200 et 1.600 Mds$. Reste à savoir si un compromis sera possible avant les élections entre les Démocrates (qui dominent la Chambre des représentants) et le Sénat (contrôlé par les Républicains). Le président du Sénat, Mitch McConnell a ainsi jugé improbable vendredi matin les chances d'un accord avant le 3 novembre.

Jeudi, Donald Trump s'était dit prêt à soutenir une série de textes de loi ciblés, notamment sur les PME (135 milliards de dollars pour la prise en charge du chômage technique) et les compagnies aériennes (25 Mds$ d'aides). Il s'était aussi dit favorable à l'attribution de nouveaux chèques d'aide directe aux Américains, d'un montant pouvant atteindre 1.200$ par personne.

L'or termine la semaine en beauté

Le pétrole corrige vendredi, le contrat de novembre sur le baril de brut léger américain (WTI) cédant 1,4% à 40,58$ sur le Nymex, tandis que le contrat sur le Brent pour livraison en décembre recule de 1,3% à 42,78$.

Les deux variétés de pétrole progressent cependant de plus de 9% sur la semaine, profitant des espoirs de plan de relance aux Etats-Unis, mais aussi de l'ouragan Delta dans le Golfe du Mexique et d'une grève sur des gisements pétroliers en Norvège. Selon les autorités américaines, 91,53% de la production pétrolière du Golfe du Mexique et 61,82% de la production de gaz naturel sont à l'arrêt depuis mercredi soir en raison de l'ouragan Delta.

L'or s'offre une belle fin de semaine, bondissant vendredi de 1,6% à 1.926,20$ l'once pour le contrat à terme de décembre sur le Comex. Le métal jaune a gagné 1% sur la semaine, ce qui porte son avancée à 26% depuis le début de l'année, grâce aux incertitudes économiques et à la crise sanitaire.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises) recule vendredi de 0,6% à 93,05 points, tandis que l'euro s'affiche en hausse de 0,57% à 1,1824$. Du côté des taux souverains, le rendement de l'obligation d'Etat américaine (T-Bond) à 10 ans est stable à 0,76%.

VALEURS A SUIVRE

Advanced Micro Devices (-4%) serait en négociations avancées pour racheter son concurrent Xilinx (+14%!) dans le cadre d'un accord qui pourrait être évalué à plus de 30 milliards de dollars. Selon les sources du 'Wall Street Journal', la transaction, qui consoliderait encore un peu plus l'industrie américaine des semi-conducteurs, pourrait être officialisée la semaine prochaine.

Elle permettrait à AMD de davantage concurrencer Intel (-1,1%) et Nvidia (-0,9%, qui a annoncé récemment le rachat du britannique Arm) sur le très lucratif marché des composants informatiques pour centres de données. L'acquisition de Xilinx, qui fabrique des puces programmables pour les réseaux sans fil, aiderait également AMD à se développer sur un nouveau marché, alors que les opérateurs télécoms dépensent des milliards pour construire des réseaux de cinquième génération (5G).

L'industrie des semi-conducteurs étant stratégique aux Etats-Unis compte tenu du poids de plus en plus important de la Chine dans le secteur, Washington surveillera de très près cette potentielle opération.

NXP Semiconductor (+3,5%). Outre la spéculation sectorielle, le fabricant de semi-conducteurs est dopé par le relèvement de sa prévision de chiffre d'affaires trimestriel. "Nous avons constaté une amélioration sensible de la demande sur tous les marchés finaux, mais en particulier sur les marchés de l'automobile et de la téléphonie mobile", a déclaré le directeur général, Kurt Sievers.

IBM redonne 2,5%, au lendemain d'un bond de 5,9%, après l'annonce d'une scission de sa branche de gestion d'infrastructures IT, qui va devenir une nouvelle société cotée en Bourse en 2021. Le géant américain des services informatiques entend ainsi se concentrer sur le "cloud computing", l'activité apportant les plus fortes marges bénéficiaires.

Walt Disney (+1,6%). Le prochain Pixar, "Soul", sortira finalement directement sur Disney+ TV le jour de Noël. Le géant américain du divertissement avait jusqu'ici annoncé une sortie du film dans les salles de cinéma le 20 novembre.

AT&T (-1,2%). Selon le 'Wall Street Journal', WarnerMedia, propriétaire de HBO, TBS et d'autres chaînes de télévision, pourrait supprimer des milliers d'emplois alors que la filiale de l'opérateur télécoms cherche à réduire ses coûts de 20%. WarnerMedia n'a pas confirmé ces chiffres, mais le groupe a indiqué qu'il mettait en oeuvre une restructuration en réponse à l'impact de la pandémie de Covid-19 sur ses activités. La firme new-yorkaise doit en effet faire face à la chute des recettes issues de la vente de tickets de cinéma, mais également des abonnements au câble et des publicités télévisées.

Boeing (stable). Ryanair s'attend à ce que le 737 MAX soit à nouveau autorisé à voler aux Etats-Unis dans "environ un mois". Eddie Wilson, directeur général de Ryanair, a déclaré à la radio irlandaise 'Newstalk', qu'il espérait ainsi recevoir le premier de ses 200 737 MAX commandés au tout début de l'année 2021. "Nous espérons voir arriver la première de ces (commandes) au tout début de 2021. La FAA a terminé ses vols d'essai la semaine dernière et il semble que l'avion va reprendre du service aux États-Unis dans un mois environ. L'AESA, l'agence européenne, (et la FAA) travaillent en étroite collaboration". Le 737 Max est interdit de vol dans le monde depuis mars 2019, à la suite de deux catastrophes aériennes qui ont fait 346 morts, en Indonésie fin 2018 et en Ethiopie en mars 2019. L'enquête a mis en lumière un défaut du système informatique anti-décrochage, et de nombreux autres dysfonctionnements chez Boeing, obligeant le groupe à procéder à des modifications importantes sur l'appareil.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !