Cotation du 16/10/2018 à 17h18 Dow Jones Industrial +1,45% 25 616,68
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : une fin de semaine en chute libre

Wall Street : une fin de semaine en chute libre
Wall Street : une fin de semaine en chute libre
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street poursuit sa chute ce vendredi soir à trois heures de la clôture, avec notamment un nouveau plongeon pour le Nasdaq, alors que "10 ans" américain grimpe encore, sur les 3,23%, dopé par la solidité de l'économie US qui devrait pousser la Fed à poursuivre à bon rythme son resserrement monétaire. La séance a été marquée par la publication d'un rapport très contrasté de l'emploi. Les créations de postes de septembre s'affichent sous les attentes, mais le taux de chômage s'enfonce sur des niveaux plus revus depuis 50 ans outre-Atlantique... Le DJIA perd encore 0,95% à 26.374 pts, le Nasdaq plonge encore de 1,65% à 7.749 pts, et le S&P500 fléchit de 0,81% à 2.878 pts.

Les créations d'emplois non-agricoles aux États-Unis pour le mois de septembre 2018 sont ressorties très décevantes, au nombre de 134.000, contre un consensus de place voisin de 180.000. Le taux de chômage américain, en revanche, est ressorti en retrait à 3,7% contre 3,9% un mois auparavant, alors que le consensus de place se situait à 3,8%. Le taux de chômage américain n'a jamais été aussi bas depuis 1969 ! Les créations de postes du mois de juillet 2018 ont été révisées de 147.000 à 165.000. Par ailleurs, les créations du mois d'août ont été ajustées en forte hausse à 270.000, contre 201.000 précédemment évalué. Le salaire horaire moyen, mesure désormais très suivie de l'inflation salariale, a progressé de 2,8% en glissement annuel pour le mois de septembre 2018. Sa hausse ressort à +0,3% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus de place, après un gain révisé à +0,3% pour le mois d'août.

Le déficit commercial américain pour le mois d'août 2018 est ressorti à 53,2 milliards de dollars, contre 53,7 Mds$ de consensus de place et 50 Mds$ pour le mois de juillet 2018.

Les valeurs à suivre

Tesla (-6%). Elon Musk, inénarrable patron du groupe, a une fois de plus perdu son sang-froid en s'attaquant à la SEC, gendarme du marché boursier américain, et aux vendeurs à découvert, ses ennemis jurés ! Le patron de Tesla a qualifié l'autorité de marché de 'Shortseller Enrichment Commission', autrement dit de Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert. "Juste pour dire que la Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert fait un travail formidable. Et ce changement de nom lui va si bien", s'est amusé Musk, 47 ans, sur Twitter. Effectivement, l'acronyme est le même, mais il n'est pas certain que la Commission apprécie vraiment, surtout quelques jours après avoir accepté un arrangement plutôt favorable à Musk dans l'ensemble (même si telle ne semble pas être sa perception de la chose). Hier, une juge fédérale américaine avait laissé à Musk et à la SEC une semaine pour argumenter et justifier leur fameux accord du 29 septembre prévoyant que Tesla et son patron payent chacun une amende de 20 millions de dollars, que Musk abandonne son fauteuil de président, que le groupe nomme des administrateurs indépendants et... qu'il contrôle mieux les interventions de son leader - en particulier sur les médias sociaux (visiblement la partie de l'accord la mieux respectée !). L'accord mettait un terme à l'enquête de la SEC pour fraude. Alison Nathan, la juge en question, qui officie au tribunal fédéral de Manhattan, a indiqué qu'il était habituel dans ce genre d'affaires que les parties lui remettent une lettre commune expliquant en quoi l'arrangement est équitable et ne nuira pas à l'intérêt général, précise l'agence Reuters. Elle attend donc une réponse au plus tard le 11 octobre.

Costco Wholesale (-5%) a publié ses résultats du quatrième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 1,04 Md$ (2,36$ par action), contre 919 M$ (2,08$ par action) un an avant. Les ventes ressortent à 43,4 Mds$, contre 41,4 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,36$, pour des ventes de 44,2 Mds$. A magasins comparables, les ventes sont en croissance de 9,5%... En outre, le groupe a prévenu d'une faiblesse matérielle de ses contrôles internes liée à des mesures 'IT' générales soutenant son processus de reporting financier. Le groupe ne semble pas envisager néanmoins, pour l'instant, de réviser ses comptes.

Nike (-1%) et Electronic Arts (-2%), sponsors du footballeur Cristiano Ronaldo, ont exprimé leur inquiétude suite aux accusations de viol contre la 'star' de la Juventus de Turin. Une plainte pour agression sexuelle a été déposée dans le Nevada par une femme, Kathryn Mayorga, qui l'accuse de l'avoir violée en 2009 dans un hôtel de Las Vegas. "Nous sommes profondément préoccupés par ces accusations inquiétantes et nous allons continuer de suivre de près la situation", a déclaré Nike. Sponsor de Ronaldo depuis 2003, la firme américaine a annoncé en 2016 avoir conclu avec le footballeur un contrat à vie. Un privilège réservé à seulement quelques-uns des plus grands sportifs de la planète, puisque seuls Michael Jordan et LeBron James ont un accord du même type. Le contrat liant CR7 à la marque à la virgule est évalué à un milliard de dollars.

Snap (-2%). Le directeur général du groupe, Evan Spiegel, a affirmé à ses employés, dans un message interne relayé notamment par CNBC, que la compagnie était concentrée sur l'atteinte de la rentabilité en 2019.

Gap (+1%) a annoncé qu'Amy Bohutinsky, COO de Zillow Group Inc., John Fisher, co-fondateur de Sansome Partners, et Lexi Reese, COO de Gusto, allaient rejoindre le conseil d'administration du groupe à partir du 1er novembre 2018.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com