Cotation du 20/09/2019 à 22h20 Dow Jones Industrial -0,59% 26 935,07
  • DJIND - US2605661048

Wall Street tutoie les sommets, après les mauvais chiffres de l'emploi

Wall Street tutoie les sommets, après les mauvais chiffres de l'emploi
Wall Street tutoie les sommets, après les mauvais chiffres de l'emploi
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Dopée hier par la perspective de la reprise des négociations commerciales entre Washington et Pékin, la cote américaine poursuit sur sa lancée avant bourse ce vendredi et pointe encore dans le vert. Le S&P500 et le DJIA gagnent ainsi 0,4%, alors que le Nasdaq prend 0,3% avant bourse. Le raisonnement voulant que les mauvais chiffres de l'emploi américain publiés ce jour plaident pour une politique monétaire plus souple semble séduire certains investisseurs. Sur le marché des changes, l'indice dollar recule actuellement de 0,1% à 98,3 face à un panier de devises de référence. Sur le Nymex, le baril de brut WTI abandonne 1,5% à 55,4$.

D'après le Département américain au travail ce vendredi, les créations de postes non-agricoles du mois d'août 2019 aux Etats-Unis sont ressorties au nombre de 130.000, contre un consensus de place logé à 163.000 et un niveau de 159.000 pour le mois antérieur. Le taux de chômage est quant à lui ressorti à 3,7%, en ligne avec le consensus de place et le niveau du mois antérieur.

Les créations de postes du mois de juillet, initialement estimées à 164.000, ont donc été revues à 159.000.

Les créations de postes dans le privé au mois d'août sont ressorties très décevantes à 96.000, contre 150.000 de consensus et 131.000 un mois auparavant. Ces chiffres sont en contradiction avec ceux, solides, du rapport d'ADP publié hier sur la question.

Le taux de participation à la force de travail s'est établi à 63,2% au mois d'août 2019, contre 62,9% de consensus. Le salaire horaire moyen a grimpé de 3,2% en glissement annuel, contre +3,1% de consensus.

Le président de la Fed, Jerome Powell, s'exprimera par ailleurs ce jour en Suisse, à Zurich, à propos des perspectives économiques et de la politique monétaire.

Deux échéances majeures se rapprochent pour les amateurs de politique monétaire ultra-accommodante. Les réunions de la BCE et de la Fed seront comme souvent déterminantes les 12 et 18 septembre (17 et 18 en fait pour la Federal Reserve). Rappelons que l'hypothèse d'une baisse de 20 points de base des taux de la Banque centrale européenne est désormais envisagée comme la plus probable, ce qui traduirait un bel assouplissement. Il semblerait par ailleurs que les responsables de la Banque centrale européenne optent pour un package assez complet de mesures de soutien comprenant baisse des taux, détermination plus claire à maintenir des taux bas sur la durée, et compensation des effets des taux négatifs sur les banques. C'est du moins ce qu'indiquait cette semaine l'agence Reuters, citant ses sources bien informées.

Mieux encore, de nombreuses personnes au sein de l'institut d'émission seraient favorables à une reprise des rachats d'actifs. L'opposition de certains pays d'Europe du Nord constituerait toutefois un frein sur ce dernier point. Les rachats pourraient donc ne pas se concrétiser dans l'immédiat.

Concernant la Fed cette fois, l'outil FedWatch du CME Group donne une probabilité de 91,2% d'une baisse des taux d'un quart de point sur les fed funds, la fourchette devant ainsi être ramenée entre 1,75 et 2% (contre 2-2,25% actuellement). La probabilité d'une baisse d'un demi-point, encore envisagée il y a quelques jours, est désormais nulle selon FedWatch. Elle a disparu des radars suite aux dernières nouvelles un peu plus engageantes concernant la reprise des négociations commerciales sino-américaines - reprise prévue début octobre à Washington. La probabilité d'un statu quo est quant à elle réapparue et se situe à 8,8%. Rappelons que Trump maintient toujours la pression sur la Fed afin qu'elle se montre encore plus souple, et baisse ses taux d'un point entier tout en reprenant les assouplissements quantitatifs...

La Banque populaire de Chine (BPC) vient pour sa part d'annoncer ce jour une nouvelle réduction du taux de réserves obligatoires des banques, troisième baisse depuis le début de l'année. Elle permettrait de dégager 900 milliards de yuans, un peu plus de 126 milliards de dollars, afin de soutenir l'économie chinoise. Cette décision prendra effet dès le 16 septembre. La baisse représentera 50 points de base pour la plupart des banques et atteindra même 100 points en deux étapes (le 15 octobre et le 15 novembre) pour certains établissements. La BPC a minoré le taux de ces réserves obligatoires (liquidités que les banques doivent obligatoirement garder en réserve) par sept fois en un peu moins de deux ans.

En Europe, les chiffres du jour sont plus que mitigés. La croissance du PIB de la zone euro a été confirmée à 0,2% pour le deuxième trimestre, contre 0,4% sur les trois premiers mois de l'année et +0,2% de consensus. Sur un an, la croissance du deuxième trimestre a été révisée à 1,2% contre une précédent estimation de 1,1%. Le commerce a ralenti au deuxième trimestre, aussi bien les importations que les exportations... La production industrielle allemande a baissé quant à elle en juillet, contrairement aux attentes, un signe supplémentaire de la faiblesse de l'activité manufacturière, qui pourrait faire basculer la première économie d'Europe dans la récession. La production industrielle est en repli de 0,6% sur un mois, selon les données de l'Office fédéral de la statistique publiées vendredi. La baisse s'explique surtout par celle de la production de biens d'équipement. Les données de juin ont été révisées pour afficher un recul de 1,1% au lieu d'un repli de 1,5% annoncé initialement.

Les valeurs

Alibaba a scellé une alliance avec son compatriote chinois NetEase en se portant acquéreur pour 2 milliards de dollars de sa division spécialisée dans la vente de produits de luxe importés et en rachetant une participation dans son service de musique en streaming. L'unité Koala propose en ligne des produits de Gucci, Shisheido ou Burberry...

Alphabet et Facebook restent surveillées ce jour. Certains États américains ouvrent en effet des enquêtes antitrust sur les géants du Web, croit savoir le bien renseigné Wall Street Journal ce vendredi. Le procureur général du Texas entendrait lancer des investigations sur l'impact de Google dans la publicité digitale. Des procureurs généraux de plusieurs Etats américains se sont par ailleurs ligués afin de lancer une enquête commune concernant Facebook, accusé d'entraver la concurrence, a confirmé ce jour l'Attorney general new-yorkais.

Lululemon Athletica, la référence des vêtements de yoga, a dopé hier soir ses prévisions financières annuelles, en marge d'une publication trimestrielle par ailleurs supérieure aux attentes de marché. Les brokers saluent la nouvelle ce jour à Wall Street, où le groupe canadien est coté.

General Motors. Les ouvriers syndiqués sud-coréens vont faire grève trois jours durant la semaine prochaine, affichant leurs revendications salariales. Les employés craignent par ailleurs la fermeture d'une usine, ont indiqué des délégués syndicaux vendredi, cités par Reuters. C'est la première action de ce style depuis que le constructeur a acquis des usines en Corée du Sud il y a 17 ans.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com