Cotation du 17/11/2017 à 22h52 Dow Jones Industrial -0,43% 23 358,24
  • DJIND - US2605661048

Wall Street tente un sursaut, malgré Cisco et Trump

Wall Street tente un sursaut, malgré Cisco et Trump
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après sa lourde chute de la veille, la cote américaine tente un léger sursaut technique ce jeudi. Cisco, dont les prévisions ont déçu, pèse sur les valeurs technologiques. Alibaba fléchit également. Par contre, le leader de la grande distribution, Wal-Mart, bénéficie de publications solides... Le DJIA s'adjuge désormais 0,19% à 20.645 pts, alors que le Nasdaq prend 0,58% à 6.046 pts. Le S&P500 avance de 0,27% à 2.364 pts.

Chasse aux sorcières

Les marchés demeurent préoccupés par les 'affaires' du président Donald Trump, qui s'indigne aujourd'hui sur le réseau social Twitter de "la pire chasse aux sorcières visant un homme politique dans l'histoire de l'Amérique". Trump dénonce également, sur Twitter, "les actes illégaux" qui se seraient produits durant la campagne Clinton et sous l'administration Obama, et qui n'ont pas débouché, souligne le président américain, sur la nomination d'un 'procureur spécial'...

Un procureur de renom

Le Département américain de Justice a en effet nommé un procureur spécial, afin d'enquêter sur l'ingérence possible de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016. Le procureur étudiera également la possible collusion entre l'équipe de campagne de Trump et Moscou. Le procureur en question est Robert Mueller, directeur du FBI de 2001 à 2013, sous Bush et Obama. Trump se dit impatient de la conclusion de l'enquête, et affirme qu'il n'y a eu aucune collusion entre son équipe et une quelconque entité étrangère durant la campagne...

Possibles pressions...

Mardi soir, la presse américaine a révélé que le président américain aurait tenté de faire pression sur James Comey, l'ex-directeur du FBI qu'il limogé le 9 mai dernier, en lui suggérant d'interrompre une enquête sur son ex-conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn. L'ancien directeur du FBI a ainsi livré au 'New York Times' la retranscription d'une conversation pendant laquelle Donald Trump l'aurait encouragé à abandonner son enquête sur Flynn en lui disant : "c'est quelqu'un de bien. J'espère que vous pourrez laisser tomber".

Ces propos, bien qu'assez peu directifs, pourraient être interprétés comme une tentative d'entrave à une enquête du FBI, ce qui est une infraction grave. La Maison-Blanche a catégoriquement contesté cette version des faits, mais la position de Donald Trump paraît de plus en plus fragilisée.

Top secret

En début de semaine, Trump avait déjà créé un choc dans la classe politique américaine en divulguant des informations classifiées au ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov lors de leur rencontre le 10 mai dernier. Le président s'est justifié sur Twitter en estimant qu'il avait le droit de partager avec la Russie des informations concernant les risques terroristes.

Ces controverses font craindre aux marchés que la multiplication des incidents géopolitiques ne détourne l'équipe Trump de ses projets en matière économique... D'autant que des voix s'élèvent désormais pour réclamer l'"impeachment" (destitution) du président américain...

Statistiques solides

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont reculé de 4.000 la semaine passée à 232.000. Un chiffre meilleur qu'attendu puisque le consensus tablait sur 240.000.

La moyenne à quatre semaines atteint 240.750 pour la période terminant le 13 mai. Un chiffre en repli de 2.750 par rapport à la semaine précédente.

Le taux de chômage indemnisé lors de la semaine close le 6 mai atteint 1,4%, inchangé par rapport à la semaine précédente. Le nombre de chômeurs indemnisés sur la même période s'établit à 1,898 million, en diminution de 22.000 par rapport à la semaine précédente.

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Philadelphie pour le mois de mai 2017 est ressorti à très haut niveau, à +38,8, contre un consensus de 19,6 et un niveau de 22 un mois auparavant. L'indicateur traduit une très forte accélération de l'activité manufacturière dans la région considérée.

L'indice des indicateurs économiques avancés américains mesuré par le Conference Board pour le mois d'avril 2017 est ressorti en croissance de 0,3% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus de place.

Série de trimestriels dominée par Cisco

Du côté des publications financières trimestrielles, Cisco est orienté en forte baisse à Wall Street, au lendemain de prévisions décevantes... Alibaba, Ralph Lauren, Stage Stores et Wal-Mart, ont également publié leurs comptes avant bourse ce jeudi.

Applied Materials, Autodesk, Gap, McKesson, Salesforce.com et Ross Stores, annonceront après la clôture de la place américaine.

VALEURS DU JOUR

Cisco Systems (-7%). Confronté aux changements en cours dans l'industrie, le géant des équipements de réseaux a indiqué qu'il pourrait essuyer une baisse de son chiffre d'affaires de 6% au cours de son dernier trimestre fiscal, soit entre 11,88 et 12,13 milliards de dollars, là où les analystes anticipaient en moyenne des revenus de 12,51 Mds$.

Cisco a vu ses ventes reculer au cours des six derniers trimestres, conséquence notamment de la faiblesse de la demande de routeurs, son coeur de métier historique. Cisco, comme d'autres grands acteurs de la première heure du secteur technologique, cherche à renforcer ses activités sur des marchés à plus forte croissance, comme la sécurité, les centres de données et l'informatique dématérialisée.

Dans ce contexte, le groupe va renforcer son plan de restructuration, avec 1.100 nouvelles réductions de postes, après les 5.500 suppressions d'emplois annoncés l'été dernier.

Sur les trois mois clos fin avril, la firme californienne a malgré tout dévoilé des résultats globalement en ligne avec les attentes avec un bénéfice net de 2,52 milliards de dollars, soit un bpa de 50 cents, contre un profit de 2,35 Mds$ ou 46 cents par action un an auparavant. Hors exceptionnels, le bpa a atteint 60 cents contre 58 cents de consensus. Les revenus ont reculé de 0,5% à 11,94 milliards de dollars, contre 11,9 Mds$ attendus par le marché.

Wal-Mart (+2%), le colosse de l'Arkansas, a annoncé pour son premier trimestre fiscal un bénéfice net de 3,04 Mds$ soit 1$ par titre, contre 3,08 Mds$ et 98 cents par action un an plus tôt. Le consensus était logé à 96 cents de bénéfice par action. Les revenus ont totalisé quant à eux 117,5 Mds$, contre 115,9 Mds$ un an auparavant et 117,8 Mds$ de consensus. Les ventes à comparable de Walmart US ont augmenté de 1,4%, alors que les revenus digitaux domestiques américains ont grimpé de plus de 60% en glissement annuel.

Pour le second trimestre fiscal, le groupe de Bentonville prévoit un bpa allant de 1 à 1,08$, hors bénéfice estimé de 5 cents pour la cession mexicaine Suburbia. La croissance de Walmart US à comparable et hors essence est anticipée entre 1,5 et 2%.

Alibaba (-1%), le leader chinois du e-commerce, désormais coté à Wall Street, a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice net de 1,55 Md$ soit 60 cents par titre, ainsi qu'un bpa ajusté de 63 cents à comparer à un consensus de 65 cents. Les revenus du groupe ont totalisé un peu plus de 5,6 Mds$ sur la période, alors que le consensus était voisin de 5,2 Mds$. Sur ce trimestre clos fin mars 2017, le bénéfice net a tout de même pratiquement doublé, alors que les revenus se sont envolés de 60%. Par ailleurs, Alibaba a annoncé séparément le lancement d'un nouveau programme de rachat d'actions de 6 Mds$, afin de compenser la dilution des programmes de compensation en actions.

General Motors (stable), le géant automobile de Detroit, poursuit son recentrage sur les marchés les plus rentables. Le groupe va ainsi arrêter de commercialiser des véhicules en Inde, et procèdera par ailleurs à la cession de ses activités en Afrique du Sud. Une charge de 500 millions de dollars sera enregistrée au deuxième trimestre, relative à ces actions.

Pandora Media (+5%) grimpe ce jeudi à Wall Street, avec les spéculations. Selon le 'New York Post', souvent bien renseigné, Sirius XM mènerait des discussions actives en vue d'une offre potentielle pour l'acquisition de Pandora, acteur du marché de la radio 'online'.

Halliburton (stable) a nommé Jeff Miller en tant que nouveau directeur général (CEO). Miller est un ancien du groupe de services pétroliers, qu'il avait rejoint en 1997. Il prendra ses nouvelles fonctions le 1er juin. L'actuel CEO, Dave Lesar, également vétéran du groupe avec près d'un quart de siècle de bons et loyaux services, poursuivra aux fonctions de président exécutif.

L Brands (+4%), la maison-mère de Victoria's Secret, a publié pour le trimestre clos des revenus 'en ligne' avec les attentes, ainsi qu'un bénéfice par action supérieur de 4 cents au consensus. Les prévisions financières 2017 ont été rehaussées. Pour le 1er trimestre fiscal 2017, le groupe de Columbus a réalisé un bénéfice net de 94 M$ soit 33 cents par titre, alors que le consensus était de 29 cents par action. Les revenus trimestriels ont totalisé 2,44 Mds$. L Brands table désormais, pour l'ensemble de l'exercice, sur un bénéfice par action allant de 3,10 à 3,40$.

Ralph Lauren (-1%) a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes du marché, bien que toujours négatifs. La célèbre marque américaine de vêtements a essuyé sur son quatrième trimestre fiscal une perte nette de 204 millions de dollars ou 2,48$ par titre contre un profit de 41,3 M$ ou 49 cents par action un an plus tôt. En base ajustée, le bpa ressort à 89 cents contre 78 cents de consensus. Les revenus ont reculé 16,3% à 1,57 Md$. Le groupe est parvenu à réduire ses promotions et ses stocks dans le but d'augmenter ses marges. Ralph Lauren anticipe un repli de ses revenus de 1% à 5% sur le trimestre en cours.

L'entreprise a par ailleurs annoncé hier la nomination du Français Patrice Louvet en tant que nouveau directeur général. Il succède au Suédois Stefan Larsson qui sera resté seulement 16 mois à la tête de la société en raison de désaccords avec le fondateur de RL sur la stratégie à adopter.

©2017,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Wall Street tente un sursaut, malgré Cisco et Trump

Partenaires de Boursier.com