Cotation du 14/06/2019 à 23h14 Dow Jones Industrial -0,07% 26 089,61
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : tendance encore déprimée...

Wall Street : tendance encore déprimée...
Wall Street : tendance encore déprimée...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après une fin de séance délicate hier soir, la tendance reste déprimée à Wall Street ce mercredi, en recul de 0,6% sur le DJ à 25.200 pts, alors que le Nasdaq perd 0,4% à 7.575 pts et que le S&P recule de 0,4% à 2.790 pts, face aux craintes persistantes d'escalade de la guerre commerciale internationale. Les investisseurs continuent de se réfugier sur des placements jugés moins risqués, à commencer par les obligations, entraînant une nouvelle inversion inquiétante de la courbe des taux d'intérêt...
Pékin n'a pas tardé à répliquer aux déclarations de Donald Trump affirmant qu'il n'était "pas encore prêt" à conclure un accord commercial avec la Chine : la presse officielle locale rapporte en effet que la Chine est quant à elle disposée à user de sa position dominante sur le marché des terres rares comme arme dans les négociations commerciales avec les Etats-Unis...

ECO ET DEVISES

Sur le marché des changes, le dollar se renforce encore, tandis que l'euro revient sur les 1,1150$.
Les obligations souveraines américaines restent recherchées comme valeurs-refuge, ce qui a entraîné la plus importante inversion de la courbe des taux depuis la crise des "subprimes" de 2007. Le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans, qui a cédé 6 points de base mardi à 2,2675%, recule encore de 3 pts de base, à 2,238%, à un plus bas de 20 mois. Il évolue ainsi en dessous du rendement des obligations à 3 mois, qui ressort à 2,357%.

L'administration Trump a déclaré que les politiques de changes de 9 pays partenaires, dont la Chine, nécessitaient de rester sous étroite surveillance...
Pékin se prépare donc de son côté à utiliser sa position dominante sur les terres rares pour riposter dans la guerre commerciale avec Washington... Une rafale d'articles a été publiée ces dernières heures dans les médias chinois, y compris dans le journal phare du Parti communiste, évoquant l'hypothèse que la Chine réduise les exportations de ces produits essentiels à la défense, à l'énergie, à l'électronique et à l'automobile.
Dans une tribune intitulée "Etats-Unis, ne sous-estimez pas la faculté de la Chine à riposter", le 'Quotidien du Peuple' souligne la dépendance "gênante" des Etats-Unis vis-à-vis des exportations de terres rares chinoises... "Les terres rares vont-elles devenir une arme de riposte pour la Chine face aux pressions exercées sans raison par les Etats-Unis ? La réponse ne fait pas mystère", écrit l'organe de presse officiel du Comité central du Parti communiste chinois...

La Banque centrale européenne estime de son côté dans sa Revue de stabilité financière semestrielle que la dégradation de la croissance dans la zone euro contribue à la montée des risques pour la stabilité financière. Parmi les sources de vulnérabilité, elle évoque notamment le risque de bulles immobilières, l'endettement des Etats ou encore le Brexit...
Les cours du pétrole rechutent, de retour nettement sous les 70$ le brent à 68,10$.

VALEURS A SUIVRE

Technologiques : la baisse l'emporte encore, alors que le groupe chinois de télécoms Huawei réclame un jugement en référé aux Etats-Unis sur la procédure qu'il a engagée contre les autorités américaines pour dénoncer les sanctions prises à son encontre. Dans sa requête déposée mardi soir, qui amende sa plainte déposée en mars, Huawei demande à un tribunal fédéral du Texas de déclarer "anticonstitutionnelle" la loi sur la défense nationale adoptée l'an dernier aux Etats-Unis, que Pékin dénonce comme un texte ciblant les activités chinoises... Cisco perd 0,8%, IBM recule de 0,4%, en revanche Apple remonte de 0,3%.
Cette loi, le National Defense Authorization Act (NDAA), interdit de manière générale aux administrations fédérales et à leurs sous-traitants d'utiliser les équipements de Huawei pour des raisons de sécurité nationale.
"Huawei est un instrument du gouvernement chinois", a réaffirmé mercredi le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo. "Ils sont profondément connectés, c'est une chose difficile à comprendre pour les Américains", a poursuivi le chef de la diplomatie américaine sur Fox Business Network...
"Nos entreprises coopèrent avec le gouvernement des Etats-Unis. C'est-à-dire qu'elles se conforment à nos lois. Mais aucun président ne contrôle une entreprise américaine privée. C'est très différent en Chine, ils opèrent simplement selon un ensemble de règles différent", a-t-il ajouté avant la nouvelle procédure engagée par Huawei.
L'entreprise chinoise a constamment démenti tout contrôle du gouvernement, de l'armée ou des services de renseignement chinois sur ses activités. Outre ses équipements télécoms, les téléphones mobiles et les tablettes de Huawei sont également dans le viseur des Etats-Unis. Le groupe a été placé le 16 mai dernier sur une liste noire l'empêchant de se fournir auprès d'industriels américains, une décision qui a entraîné la défection de certains de ses fournisseurs et perturbé l'ensemble du secteur technologique.

Abercrombie & Fitch s'effondre de près de 25%, lourdement sanctionné après avoir fait état de ventes décevantes au premier trimestre. Le titre du groupe de prêt-à-porter n'avait pas enregistré une telle chute boursière depuis près de 20 ans ! Abercrombie a pourtant réduit ses pertes sur les trois premiers mois de l'année, essuyant un déficit net de 19,2 M$ ou 29 cents par titre, contre une perte de 42,5 M$ ou un bpa de -62 cents un an auparavant. Mais les investisseurs retiennent avant tout la progression limitée à 1% des ventes à magasins comparables, là où le consensus était positionné à 1,3%. Au deuxième trimestre, Abercrombie anticipe une hausse comprise entre 0 et 2% de son chiffre d'affaires net, soit en deçà de la croissance de 2,8% attendue par les analystes. Les ventes à magasins comparables devraient être stables sur la période et en hausse de 1 à 4% sur l'année.
Preuve de la passe difficile que traverse la société, elle a également annoncé la fermeture de trois autres de ses magasins phares - une boutique Hollister dans le quartier SoHo à New York, un commerce Abercrombie à Fukuoka au Japon et un magasin Abercrombie à Milan, portant ainsi à 5 le nombre total de ses points de vente phares fermés depuis 2017.

Allergan (-3%) a annoncé le retrait du marché canadien de ses implants mammaires texturés Biocell après la suspension des licences accordées par les autorités nationales de santé publique en raison d'un risque de cancer.

DowDuPont résiste, quasiment stable ce mercredi à Wall Street à 30,85$, alors que le groupe compte passer une charge de 800 M$ à 1,3 milliard de dollars dans ses comptes du deuxième trimestre afin d'intégrer le changement de valorisation de certains actifs à la suite de la baisse des prix de l'éthanol et de la faiblesse de la demande pour ses biomatériaux.
DowDuPont avait déjà souffert au premier trimestre des graves inondations dans le Midwest américain qui avaient perturbé l'activité de sa filiale d'agrochimie en mars dernier... DowDuPont avait publié début mai un bénéfice ajusté au premier trimestre en baisse de 28%, en raison de la vigueur du dollar et d'une baisse des prix et des volumes. Le bénéfice net ajusté est ressorti à 1,89 milliard de dollars, soit 84 cents par action sur les trois premiers mois de l'année, contre 2,63 milliards de dollars un an plus tôt. Les ventes nettes ont quant à elle baissé de 9% à 19,65 milliards de dollars.

Devon Energy (stable) après avoir annoncé la cession de ses actifs canadiens à Canadian Natural Resources pour 2,8 milliards de dollars.

General Mills baisse de 5% après l'abaissement de la recommandation de Goldman Sachs qui est passé à "vendre" sur le dossier...

eBay (-0,5%) Scout24 est intéressé par l'acquisition des petites annonces immobilières et automobiles d'eBay, a déclaré le président du directoire du groupe allemand. "Nous opérons dans un marché où les opportunités de rachat sont rares... Mais nous nous concentrerons sur les marchés et les pays où nous sommes déjà présents", a expliqué Tobias Hartmann à l'agence Reuters.
Rappelons que le groupe américain d'enchères en ligne, sous la pression du fonds activiste Elliott, envisage de vendre certains actifs comme 'eBay Classifieds'. "Nous ignorons si, quand et comment le processus de vente sur eBay se déroulera", a poursuivi Hartmann, ajoutant que Scout24 ne s'intéresserait qu'aux entreprises de petites annonces de voitures et de biens immobiliers...
En Allemagne, eBay possède mobile.de, premier site de petites annonces automobiles, tandis qu'AutoScout, filiale de Scout24, est le numéro un du secteur en Europe.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com