Cotation du 28/02/2020 à 23h06 Dow Jones Industrial -1,39% 25 409,36
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : sur de nouveaux sommets

Wall Street : sur de nouveaux sommets
Wall Street : sur de nouveaux sommets
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street évolue sur de nouveaux sommets en début de séance, rassurée par la réactivité des autorités chinoises face à la propagation continue d'un nouveau coronavirus dans le pays. L'indice Dow Jones grimpe actuellement de 0,30% à 29.283 points, tandis que l'indice large S&P 500 avance de 0,42% à 3.335 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, gagne 0,64% à 9.431 pts.

En dépit de l'épidémie, qui aurait déjà fait 17 morts, les investisseurs semblent confortés par la transparence de Pékin sur le développement du coronavirus, une attitude qui contraste avec la gestion de l'épidémie de Sras en 2002 et 2003, qui avait fait près de 800 morts. Outre cette inquiétude sanitaire, les investisseurs restent attentifs aux dernières déclarations de Donald Trump depuis Davos. Le président américain a une nouvelle fois menacé d'imposer des droits de douane de 25% sur les automobiles importées de l'UE en cas d'absence d'accord de part et d'autre de l'Atlantique.

Sur le front macroéconomique, les derniers indicateurs de conjoncture ont confirmé la très bonne santé du marché du logement aux Etats-Unis. D'après la National Association of Realtors (NAR) américaine, les reventes de logements existants ont en effet progressé de 3,6% en décembre, à 5,54 millions d'unités, contre 5,43 millions de consensus. Il s'agit du rythme le plus rapide depuis près de deux ans.

Enfin, les publications trimestrielles se poursuivent à bon rythme à Wall Street avec des résultats solides pour Netflix et IBM, qui contrastent avec ceux décevants de Johnson & Johnson. Les prévisions jugées prudentes du géant du streaming pèsent toutefois sur le titre. Tesla a de son côté franchi la barre des 100 Mds$ de capitalisation.

Les valeurs

* Tesla bondit de 5,6% et pèse désormais plus de 100 milliards de dollars en bourse, deux fois plus que la capitalisation de GM ou trois fois celle de Ford... Le groupe californien n'est désormais plus devancé que par Toyota dans le secteur automobile, reléguant Volkswagen en troisième position.

* IBM (+3,7%) a publié des comptes trimestriels qui ont agréablement surpris les analystes, grâce à une accélération dans le "cloud computing". En outre, le géant américain des services informatiques a fait des prévisions supérieures aux attentes pour l'exercice 2020, dont il attend un retour de la croissance de ses ventes. Mardi soir après la clôture de Wall Street, le géant des services numériques a publié un bénéfice net de 3,67 milliards de dollars en forte hausse de 88% par rapport à la même période de 2018 (1,95 Md$). Le bénéfice par action (ajusté des éléments exceptionnels) a atteint 4,71$ au 4e trimestre, contre 4,69$ attendu par le consensus compilé par le cabinet Factset. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 21,78 Mds$ au 4e trimestre, en très légère hausse par rapport à la même période de 2018 (21,76 Mds$). Les analystes tablaient sur un léger recul du chiffre d'affaires à 21,64 Mds$. Il s'agit de la première hausse des ventes du groupe après cinq trimestres de baisse consécutive.

* United Airlines (-0,3%) a publié pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice de 641 millions de dollars soit 2,53$ par action, contre 461 millions de dollars et 1,69$ par titre un an auparavant. Le bénéfice ajusté trimestriel est ressorti quant à lui à 676 millions de dollars, 2,67$ par titre, alors que le consensus n'était que de 2,65$ à Wall Street. Un an avant, le bpa ajusté se situait à 2,40$ par titre. La compagnie aérienne américaine a réalisé par ailleurs des revenus trimestriels de 10,9 milliards de dollars, contre 10,5 milliards de dollars un an plus tôt et 10,9 milliards de dollars de consensus.

* Johnson & Johnson (-1%), géant pharmaceutique et médical américain, a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice de 4,01 milliards de dollars et 1,50$ par titre, contre 3,04 milliards de dollars et 1,12$ par action un an auparavant. Le bénéfice ajusté hors éléments non récurrents s'est établi quant à lui à 1,88$, en croissance de 5% en glissement annuel, à comparer à un consensus de place de 1,87$ à Wall Street. Les revenus trimestriels se sont appréciés de 2% en comparaison de l'an dernier, à 20,75 milliards de dollars, alors que le consensus était logé à 20,80 milliards de dollars. Les ventes pharmaceutiques ont grimpé de 3,5% à 10,55 Mds$, contre 10,4 Mds$ de consensus. Les ventes d'appareils médicaux se sont repliées à 6,63 Mds$ (-0,5%). Pour l'exercice 2020, J&J table sur des recettes allant de 85,4 à 86,2 Mds$, contre 85,5 Mds$ de consensus.

* Netflix (-1,5%), le géant américain de la vidéo en streaming par abonnement (SVOD) a publié mardi soir des résultats trimestriels bien meilleurs qu'attendu, tout en faisant des prévisions prudentes, dans un environnement marqué par une concurrence accrue dans la SVOD. Si le nombre d'abonnés grimpe fortement à l'étranger, la croissance ralentit en revanche aux Etats-Unis en raison d'une légère hausse du taux de résiliation. Au 4e trimestre, le bénéfice net de Netflix a atteint 587 millions de dollars (1,30$ par action) contre 134 M$ (30 cents par action) sur la même période de 2018. A noter que la compagnie a profité d'une ristourne fiscale de 438 M$ au 4e trimestre 2019. Les revenus ont bondi de 30% pour atteindre 5,47 milliards de dollars contre 4,2 Mds$ un an plus tôt. Les analystes s'attendaient à un bpa de 53 cents pour des ventes de 5,45 Mds$.

Netflix a notamment profité du succès de 'The Irishman', qui a suscité les éloges de la critique et du grand public. 'El Camino : A Breaking Bad Movie' et '6 Underground' ont également dopé le recrutement d'abonnés par la firme californienne. Le nombre d'abonnés payants a ainsi bondi de 8,76 millions au 4e trimestre pour atteindre 167 millions, dépassant largement les attentes qui étaient logées à 7,9 millions. Mais aux Etats-Unis, les nouveaux abonnés n'ont augmenté que de 550.000, alors que le consensus tablait sur un gain de plus de 600.000.

* Boeing (-1,3%) et son Boeing 737 MAX continuent à faire couler beaucoup d'encre. Le géant de l'aéronautique a indiqué dans un communiqué publié mardi soir sur son site internet qu'il"estime actuellement que le retour en vol du 737 MAX pourrait avoir lieu à la mi-2020. "Cette mise à jour de nos estimations est liée à notre expérience de l'évolution du processus de certification", a ajouté le groupe. Boeing répète qu'il est "confiant" que le 737 MAX sera remis en service, précisant qu'il s'agit de sa "priorité numéro 1". Le groupe apportera des "éléments supplémentaires sur ses efforts pour remettre en service le 737 MAX lors de la publication de ses résultats financiers prévus la semaine prochaine".

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com