Cotation du 17/12/2018 à 18h44 Dow Jones Industrial -0,87% 23 889,80
  • DJIND - US2605661048

Wall Street se stabilise après la purge, Trump dézingue Macron

Wall Street se stabilise après la purge, Trump dézingue Macron
Wall Street se stabilise après la purge, Trump dézingue Macron
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street est attendu en légère hausse avant bourse ce mardi, le S&P500 s'adjugeant 0,3% et le Nasdaq 0,5%. Il s'agit d'un maigre rebond, après une purge brutale intervenue hier lundi avec les grandes valeurs technologiques (-2,32% sur le DJIA et -2,78% pour le Nasdaq - avec une chute de plus de 5% d'Apple).

L'actualité économique et financière sera encore relativement limitée ce mardi, au lendemain du jour férié du 'Veteran's Day' aux Etats-Unis.

4ème hausse des taux 2018 en décembre

Sur le marché des changes, le billet vert s'affiche en léger repli ce jour (-0,2%), après avoir atteint hier un plus haut de 16 mois contre un panier de devises, dans l'anticipation d'une poursuite de la hausse des taux de la Fed. Le dernier tour de vis de l'année - d'un quart de point - est attendu le 19 décembre. La Banque centrale américaine devrait ainsi porter le taux des 'fed funds' entre 2,25 et 2,50% (probabilité de 75,8% selon l'outil FedWatch du CME Group). Il s'agirait de la quatrième et dernière hausse de taux cette année.

Le pétrole rate son rebond, pressions de Trump

Sur le Nymex, le baril de brut WTI (contrat de décembre) trébuche encore de 1,5% à 59$ ce jour, alors que le baril de Brent perd 1,4% à 69,2$. Les prix du pétrole avaient tenté hier sans succès un rebond technique, après une chute de 20% environ des cours du brut intervenue depuis le début du mois d'octobre (avec les augmentations des offres des USA, de l'Arabie ou de la Russie).

L'Arabie saoudite, exportateur pétrolier majeur et leader de l'OPEP, a annoncé une réduction programmée de sa production pétrolière pour le mois de décembre. Le Ministre saoudien de l'énergie (Khaled al-Faleh) a ainsi annoncé qu'il prévoyait de réduire de 500.000 barils / jour son offre de pétrole aux marchés mondiaux au mois de décembre. L'Irak et le Koweït - également membres de l'OPEP -, ainsi que d'autres exportateurs, pourraient aussi considérer des réductions de leurs offres l'an prochain.

Suite à la réunion JMMC (Joint Ministerial Monitoring Committee) OPEP / non-OPEP d'Abou Dabi, l'Arabie a également expliqué que les analyses montraient le besoin d'une réduction de production chiffrée à 1 million de barils / jour. La Russie a demandé en revanche à l'OPEP et à ses partenaires de réagir avec modération. Les autorités russes mettent ainsi en garde contre des décisions trop hâtives.

"Espérons que l'Arabie saoudite et l'OPEP ne réduiront pas leurs productions de pétrole. Les prix du pétrole devraient être beaucoup plus bas au regard de l'offre!", a pour sa part affirmé hier soir Donald Trump sur Twitter.

Fed et budget au programme

Les opérateurs suivront ce mardi, à 20h, la balance budgétaire américaine (112 Mds$ de déficit attendu en octobre). Plusieurs responsables de la Fed s'exprimeront par ailleurs aujourd'hui, dont notamment Neel Kashkari (président de la Fed de Minneapolis), Lael Brainard (gouverneure de la Fed), Patrick Harker (président de la Fed de Philadelphie), ou encore Mary Daly (Fed de San Francisco).

Demain mercredi, les investisseurs prendront connaissance de l'indice américain des prix à la consommation du mois d'octobre (consensus +0,3% en comparaison du mois antérieur et +2,5% en glissement annuel), ainsi que d'une intervention du Président de la Fed Jerome Powell à Dallas (avec le Président de la Fed de Dallas Robert Kaplan).

Trump tacle ses alliés sur le commerce et la protection militaire

De retour de France, le Président américain Donald Trump n'a pas manqué hier l'occasion de critiquer ses partenaires, attaqués sur les questions commerciales et militaires. "Je viens de rentrer de France où beaucoup a été accompli lors de mes réunions avec les Dirigeants Mondiaux. Il n'est jamais facile d'évoquer le fait que les États-Unis doivent être traités équitablement, ce qui n'a pas été le cas, tant dans les domaines Militaire que Commercial. Nous payons pour de GRANDES portions de la protection militaire d'autres pays, des centaines de milliards de dollars, pour le grand privilège de perdre des centaines de milliards de dollars avec ces mêmes pays sur le plan commecial", s'est ému Trump sur Twitter.

"Je leur ai dit que cette situation ne pouvait pas continuer - C'est, et cela a toujours été, ridiculement injuste pour les États-Unis. Des montants massifs dépensés pour la protection d'autres pays, et nous ne recevons rien que des Déficits Commerciaux et des Pertes. Il est temps que ces pays très riches payent les États-Unis pour leur grande protection militaire, ou se protègent... et le Commerce doit être rendu LIBRE et JUSTE!", a asséné le Président américain.

Macron particulièrement visé

Trump a encore attaqué Emmanuel Macron il y a quelques instants sur Twitter, à propos de l'armée européenne : "Emmanuel Macron suggère de construire sa propre armée afin de protéger l'Europe contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Mais c'était l'Allemagne durant les Première et Deuxième Guerres Mondiales - Comment cela s'est-il passé pour la France? Ils avaient commencé à apprendre l'allemand à Paris avant que les USA n'arrivent. Payer pour l'OTAN ou non!", a ainsi lancé le Président américain.

"Sur le Commerce, la France fait un excellent vin, mais c'est aussi le cas des U.S. Le problème est que la France rend très difficile pour les États-Unis de vendre leurs vins en France, et impose de lourdes Taxes, alors que les U.S. rendent les choses faciles pour les vins français, et n'imposent que de très faibles Taxes. Pas juste, cela doit changer!"

"Le problème est qu'Emmanuel souffre d'un très faible niveau de popularité en France, 26%, et d'un taux de chômage de près de 10%. Il cherchait juste à basculer sur un autre sujet. D'ailleurs, il n'y a pas de pays plus Nationaliste que la France, des gens très fiers - et à juste titre!"

Trump s'est même permis sur Twitter d'adapter à la France son fameux slogan : "MAKE FRANCE GREAT AGAIN!".

Les valeurs à suivre

Home Depot annonce ses comptes du troisième trimestre. Les bénéfices grimpent de 32,4% à 2,87 Mds$. Le bénéfice par action ressort à 2,51$, contre 1,84$ un an plus tôt. Les ventes progressent de 5,1% à 26,3 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,26$, pour des ventes de 26,3 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise des ventes en hausse de 7,2% pour un bpa en croissance de 33,8% par rapport à 2017 (9,75$).

Tyson Foods annonce ses résultats du quatrième trimestre fiscal 2018. Les bénéfices sont de 537 M$ (1,47$ par action), contre 394 M$ (1,07$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,58$. Les revenus s'élèvent à 9,99 Mds$, contre 10,1 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,33$, pour des revenus de 10,3 Mds$. Sur le nouvel exercice, le groupe vise un bpa compris entre 5,74 et 6,10$ (contre 6,21$ de consensus et 6,16$ en 2018).

Advance Auto Parts publie ses résultats du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 115,8 M$ (1,56$ par action), contre 95,9 M$ (1,30$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,89$. Les ventes grimpent de 4,3% à 2,27 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,76$, pour des revenus de 2,2 Mds$. A magasins comparables, les ventes sont en croissance de 4,6%, contre 2,5% de consensus. Sur l'exercice, le groupe vise désormais des revenus compris entre 9,55 et 9,6 Mds$, contre une précédente fourchette allant de 9,3 et 9,5 Mds$.

Tesla. Phil Rothenberg, jusqu'alors vice-président de Tesla pour les affaires légales, prend les fonctions de conseiller général de Sonder, une start-up du domaine de l'hôtellerie, explique Dana Hull de 'Bloomberg'. Rothenberg a confirmé cette information à Bloomberg News. Ainsi, ce juriste senior de Tesla quitte donc le groupe, un peu plus d'un mois après l'annonce d'un accord de Tesla et Elon Musk avec la SEC (Securities & Exchange Commission), gendarme américain des marchés financiers.

Rothenberg, 48 ans, avait rejoint Tesla en mai 2011 selon Bloomberg. Il était auparavant conseiller auprès de... la Securities & Exchange Commission. Il disposait par conséquent des qualités idéales pour aider Tesla à mettre en oeuvre l'accord conclu avec la SEC. L'ex-dirigeant juridique de Tesla gardera toutefois un très bon souvenir de son passage : "Cela aura été un privilège d'observer en premier la transition de Tesla d'un constructeur automobile de niche vers celui de l'un des véhicules les plus vendus aux États-Unis", a affirmé Rothenberg. "Je serai toujours un supporter et un partisan convaincu de la compagnie, de son leadership et de sa mission".

Apple cédait encore plus de 5% à 194$ à Wall Street hier soir, après des avertissements de deux de ses fournisseurs. Le groupe californien Lumentum Holdings abandonnait quant à lui... 33% hier à Wall Street, après avoir réduit ses estimations financières, précisant qu'un de ses plus gros clients lui aurait demandé de réduire nettement ses livraisons. Lumentum a évoqué la demande de l'un de ses plus importants clients industriels et de consommation pour les diodes laser destinées aux capteurs 3D. Ce client lui aurait demandé de "réduire matériellement les livraisons" durant le second trimestre fiscal, qui se termine en décembre. Selon le rapport annuel de Lumentum pour l'exercice décalé 2018, Apple était alors son principal client, représentant 30% des revenus. Japan Display, un autre fournisseur d'Apple, a lancé par ailleurs hier lundi un avertissement sur ses résultats annuels.

Rappelons qu'Apple avait décroché en bourse le vendredi 2 novembre, puis le lundi 5. La capitalisation boursière du groupe de Cupertino, qui avait sauvé in extremis les 1.000 Mds$ le lendemain de l'annonce des trimestriels (intervenue le 1er novembre), est maintenant retombée à 921 milliards de dollars. Elle abandonne environ 150 milliards de dollars depuis l'annonce des comptes ! Les opérateurs sanctionnaient, plus tôt ce mois, des ventes d'iPhones et une guidance quelque peu décevantes. Le groupe à la pomme aurait par ailleurs annulé des hausses de production concernant l'iPhone XR, expliquait la semaine dernière le Japonais 'Nikkei'.

Goldman Sachs reste dans le rouge avant bourse ce mardi, après avoir chuté de 7,5% en clôture hier soir à 206$ environ à Wall Street, au plus bas de l'année. Le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad accuse la banque d'affaires américaine d'avoir floué son pays dans le cadre de transactions avec le fonds souverain 1MDB, explique Reuters. Les autorités américaines auraient promis d'aider Kuala Lumpur à récupérer les commissions engrangées par la banque new-yorkaise grâce à 1MDB, qui fait l'objet d'investigations pour corruption et blanchiment. Le ministre malaisien des Finances, Lim Guan Eng, a indiqué que son pays allait chercher à obtenir un remboursement intégral des 600 millions de dollars de commissions perçues par Goldman lors de transactions de levées de fonds représentant 6,5 milliards. GS a nié toute infraction.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com