Cotation du 19/01/2022 à 22h58 Dow Jones Industrial -0,96% 35 028,65
  • DJIND - US2605661048

Wall Street se stabilise après la purge

Wall Street se stabilise après la purge
Wall Street se stabilise après la purge
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street s'affiche un peu plus résistant ce jeudi, après la brutale sanction de la veille provoquée par les craintes de durcissement monétaire rapide. Le DJIA fléchit de 0,18% à 36.342 pts, alors que le S&P 500 grappille 0,06% à 4.703 pts. Le Nasdaq recule de 0,07% à 15.089 pts. Le baril de brut WTI progresse de 2,3% à 79,7$ sur le Nymex. L'once d'or abandonne 2% à 1.788$. L'indice dollar évolue peu face à un panier de devises de référence. Le bitcoin chute de plus de 7% sur 24 heures, sous les 43.000$.

Les suppressions d'emplois annoncées par les employeurs américains ont été au nombre de 19 502 en décembre 2021, en hausse de 31% par rapport à novembre selon la dernière étude Challenger sur le sujet. Les employeurs américains ont annoncé en 2021 leur intention de supprimer 321 970 emplois, ce qui traduit une baisse de 86% par rapport à 2020, d'après cette même étude Challenger, Gray & Christmas.

Les inscriptions au chômage aux Etats-Unis ont légèrement augmenté la semaine passée, mais restent proches de leur plancher de 52 ans. Le Département américain au Travail vient en effet d'annoncer, pour la semaine close au 1er janvier, des inscriptions au chômage au nombre de 207.000, en hausse de 7.000 par rapport à la semaine antérieure. Le consensus était positionné à 195.000. La moyenne à quatre semaines s'établit à 204.500, en augmentation de 4.750. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 25 décembre atteint 1,754 million (1,68 million de consensus), en hausse de 36.000 sur sept jours.

Le déficit américain du commerce international de biens et services pour le mois de novembre 2021 s'est établi à 80,2 milliards de dollars, contre 72 milliards de consensus et 67,2 milliards de dollars pour la lecture révisée du mois antérieur.

L'indice ISM des services américains pour le mois de décembre 2021 s'est établi à 62, contre 67 de consensus de place et 69,1 un mois avant. L'indicateur reste très nettement en territoire d'expansion, mais matérialise également un ralentissement de croissance notable en comparaison du mois antérieur.

D'après le rapport gouvernemental du jour, les commandes industrielles américaines du mois de novembre 2021 se sont appréciées de 1,6% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus FactSet, après une hausse révisée à 1,2% pour le mois d'octobre.

Dans l'actualité de la crise sanitaire, les opérateurs perçoivent des signes d'un pic d'Omicron, après un record de cas quotidiens de contamination au Covid-19 à près d'un million cette semaine aux USA. Les exemples de l'Afrique du Sud et du Royaume-Uni renforcent cette hypothèse. Les données nouvelles confirment qu'Omicron est bien plus léger que le variant Delta, mais le système de santé américain est débordé, victime par ailleurs du manque de personnel. La pénurie de personnel hospitalier aux États-Unis serait ainsi la pire depuis décembre 2020, relate Bloomberg.

Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont élargi aux adolescents âgés de 12 à 15 ans l'administration de la dose de rappel avec le vaccin Pfizer / BioNTech. Les CDC ont fait savoir qu'ils recommandaient aux adolescents âgés de 12 à 17 ans de recevoir un rappel vaccinal cinq mois après la fin du schéma initial de deux doses.

L'augmentation massive des infections provoquée par la propagation d'Omicron aurait généré des discussions sur une autre réponse fiscale. Le Washington Post a rapporté que les législateurs démocrates et républicains avaient tenu des discussions préliminaires sur une autre série de dépenses de relance contre le coronavirus. Les premiers efforts notés se sont largement concentrés sur l'autorisation d'environ 68 milliards de dollars pour aider les entreprises et commerce déjà malmenés tels que les restaurants, les salles de spectacle et les gymnases. La mesure pourrait inclure un mélange de nouvelles dépenses et une réaffectation de certains fonds inutilisés dans le cadre des packages précédents. Cependant, rien n'a été finalisé, alors que le plan devrait faire face à une bataille difficile au Sénat compte tenu des inquiétudes des républicains quant à l'augmentation du déficit. Le Congrès a adopté un projet de loi de relance d'environ 1 900 milliard de dollars en mars 2021 qui comportait des chèques directs de 1 400 dollars, portant la réponse totale de la politique budgétaire à la crise des coronavirus à près de 25% du PIB - contre une baisse d'environ 10% de l'économie au plus fort de la pandémie.

Hier soir, Wall Street a donc décroché suite aux 'Minutes' de la Fed. Les responsables de la Réserve fédérale américaine considèrent que la solide reprise économique et l'inflation plus forte que prévu ouvrent la voie à un relèvement des taux directeurs cette année, peut-être plus tôt ou à un rythme plus rapide que prévu auparavant, selon le compte-rendu de la réunion des 14 et 15 décembre de la Fed. Les participants ont noté que compte-tenu de leurs projections individuelles pour l'emploi et l'inflation, il pourrait être nécessaire de relever le taux des "fed funds" plus tôt ou à un rythme plus rapide que ce que les participants anticipaient auparavant.

Plusieurs membres du Comité de politique monétaire (FOMC) ont en outre estimé que l'objectif de plein emploi avait déjà été atteint aux Etats-Unis. Le plein emploi est l'une des conditions fixées par la Fed avant de relever ses taux directeurs, ramenés autour de zéro depuis 2020 pour lutter contre les effets de la crise du Covid-19.

Certains membres de la Fed se sont prononcés en faveur d'une réduction du bilan de la Fed "peu après" le début des hausses de taux, ce qui constituerait un nouveau resserrement monétaire. La question de la réduction du bilan, qui a gonflé de 4 400 milliards de dollars avant la pandémie à 8 670 Mds fin 2021, a fait l'objet d'une large discussion entre les membres du comité de politique monétaire, précise le compte-rendu.

Si la Fed commençait à réduire son bilan peu après le début des hausses de taux, elle agirait bien plus vite que lors du dernier cycle haussier. Elle avait commencé à relever ses taux en 2015, mais avait ensuite attendu deux ans avant de commencer à réduire son bilan à partir de 2017.

Rappelons que la Fed avait décidé le 15 décembre d'accélérer l'arrêt de son programme d'achat d'actifs, désormais prévu dès la fin mars au lieu de la mi-2022. Dans ses nouvelles projections, la Fed avait aussi indiqué qu'elle envisageait de relever ses taux au moins trois fois cette année pour accompagner la reprise et juguler l'envolée de l'inflation, qui a atteint 6,8% sur un an en novembre aux Etats-Unis, au plus haut depuis 1982 !

Les indices boursiers américains avaient chuté hier mercredi après la publication des "Minutes" de la Fed. Le DJIA avait perdu 1,07% à 36.407 pts. Le S&P 500 avait abandonné 1,94% à 4.700 pts. Enfin, le Nasdaq avait plongé de 3,34% à 15.100 pts.

Les valeurs

Qualcomm (-1%). Le DG de SK Hynix, Park Jung-ho, a déclaré au Korea Herald dans une interview lors du CES de Las Vegas que la société et sa filiale SK Telecom prévoyaient de co-investir dans des puces d'intelligence artificielle avec Qualcomm.

WarnerMedia et ViacomCBS (-1%) chercheraient à céder tout ou partie de CW Network, société codétenue, d'après des personnes proches de la question citées par le Wall Street Journal. Nexstar Media Group serait un acquéreur potentiel.

Walgreens Boots Alliance (-1%) a dépassé les attentes de marché pour son premier trimestre fiscal 2022 et rehausse par ailleurs ses anticipations annuelles. Sur le trimestre clos, le bpa des opérations poursuivies a été de 4,13$, contre une perte de 45 cents un an avant. Le bpa ajusté a grimpé de 53% à 1,68$. Les ventes ont progressé de 7,8% à 33,9 milliards de dollars. Une croissance de 1 à 4% du bpa ajusté annuel est désormais anticipée.

Constellation Brands (stable) a publié pour son troisième trimestre fiscal 2022 un bénéfice ajusté par action de 3,42$, supérieur de plus de 20% au consensus. Les revenus ont pourtant décliné de 4,9% en glissement annuel à 2,32 milliards de dollars, légèrement au-dessus du consensus. Le groupe rehausse sa guidance de bénéfice ajusté par action pour l'exercice 2022 entre 10,50 et 10,65$. En outre, le spécialiste américain de la production et de la distribution de boissons alcoolisées a scellé un accord avec Coca-Cola pour introduire la marque Fresca dans les boissons alcoolisées.

ConAgra (-3%) trébuche, alors que le groupe alimentaire américain a raté le consensus de profit sur le trimestre clos, plombé par les coûts de matières et logistique. Tout n'est toutefois pas si sombre pour le groupe, qui relève ses prévisions de chiffre d'affaires sur l'année. Pour le deuxième trimestre fiscal, le bénéfice net est ressorti à 275 M$ et 57 cents par titre, contre 379 M$ un an avant. Le bpa ajusté a été de 64 cents, contre 68 cents de consensus FactSet. Les ventes ont été de 3,06 milliards, contre 3 milliards un an avant et 3,01 milliards de consensus.

Royal Caribbean (-1%) et Norwegian Cruise (-1%), deux opérateurs de croisières, ont choisi d'annuler des dessertes face à la poussée des contaminations au coronavirus à l'échelle mondiale.

Walmart (stable), le colosse américain de la grande distribution, réduit aux USA à une semaine au lieu de deux la période d'indemnisation des salariés contraints de se placer à l'isolement après un test positif au covid, selon une note interne consultée par l'agence Reuters. Walmart est le premier employeur privé aux Etats-Unis avec 1,6 million de salariés.

Hasbro (stable), le géant du jouet, s'offre un nouveau CEO. Chris Cocks, dirigeant de sa division jeux numériques, est ainsi promu au poste de directeur général en remplacement de Brian Goldner, décédé en octobre.

Netflix (-3%). JP Morgan s'attend à ce que les chiffres d'abonnements du géant du streaming déçoivent au quatrième trimestre. Le broker ajuste de 750 à 725$ son objectif de cours.

Coinbase (-3%) bénéficie d'une recommandation de Bank of America, qui pense que le groupe est plus qu'un courtier en cryptomonnaies et vient de revoir son opinion de 'neutre' à 'achat'.

Pfizer (-1%) / BioNTech (-2%). Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont élargi aux adolescents âgés de 12 à 15 ans l'administration de la dose de rappel Pfizer/ BioNTech.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités Dow Jones Industrial

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités