Cotation du 10/12/2019 à 23h12 Dow Jones Industrial -0,10% 27 881,72
  • DJIND - US2605661048

Wall Street se maintient au sommet avec la Chine

Wall Street se maintient au sommet avec la Chine
Wall Street se maintient au sommet avec la Chine
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York évolue à de nouveaux records, mardi, toujours soutenue par la perspective d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Les négociations sont désormais "dans la dernière ligne droite", a assuré mardi Donald Trump depuis la Maison Blanche, tout en exprimant à nouveau son soutien aux manifestants pro-démocratie de Hong Kong. Par ailleurs, les marchés ont apprécié un nouveau discours plutôt optimiste sur la santé de l'économie américaine prononcé lundi soir après la clôture par Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale.

A deux heures de la clôture, les trois principaux indices américains restent au plus haut, mais leurs gains se sont réduits en cours de séance. Le Dow Jones gagne 0,09% à 28.092 points, tandis que l'indice large S&P 500 progresse de 0,12% à 3.137 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, grimpe de 0,20%, à 8.649 pts.

A noter que cette semaine sera écourtée par Thanksgiving, jeudi, un jour férié pour les marchés financiers américains. En outre, Wall Street n'ouvrira vendredi que pour une demi-séance, jusqu'à 13h locales (19h à Paris).

Les signes positifs se multiplient sur le front commercial

Mardi, lors de la signature d'un décret à la Maison blanche, le président américain a déclaré que "j'ai de très bonnes relations, comme vous le savez, avec le président Xi (Jinping). Nous sommes dans la dernière ligne droite en vue d'un accord très important. Je suppose que vous pourriez parler de l'un des accords commerciaux les plus importants de tous les temps. Cela se passe très bien, mais en même temps, nous voulons que tout se passe bien à Hong Kong", a-t-il ajouté.

Prié de dire s'il avait un message à adresser à aux manifestants pro-démocratie de Hong Kong, après le succès de leurs candidats aux élections locales de dimanche, le président américain a déclaré: "Nous sommes avec eux."

Depuis quelques jours, les signes d'avancées importantes se multiplient sur le front commercial. Dimanche, la Chine a annoncé des concessions sur le dossier épineux du respect de la propriété intellectuelle, qui tient particulièrement à coeur des Etats-Unis. Pékin a fait savoir que les autorités chinoises allaient renforcer les sanctions contre les violations de propriété intellectuelle, et abaisser le seuil requis pour entamer des procédures pénales dans les cas de vols présumés de propriété intellectuelle.

Comme pour faire plaisir à Donald Trump, le déficit de la balance du commerce international de biens, publié mardi, s'est réduit aux Etats-Unis en octobre, à 66,53 milliards de dollars, contre 70,8 Mds$ de consensus et après 70,55 Mds$ en septembre (lecture ajustée). Les exportations ont décliné de 0,7% et les importations ont réduit de 2,4%. Sur un mois, il s'agit déficit commercial des biens le moins élevé depuis 17 mois, mais cela ne devrait pas empêcher le déficit commercial annuel (services compris) d'atteindre en 2019 son plus haut niveau depuis 11 ans, selon les économistes.

Jerome Powell voit "le verre à moitié plein" pour la croissance américaine

Sur le marché des changes, le dollar marque le pas malgré la perspective d'un accord commercial. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à 6 devises de référence, cède mardi 0,04% à 98,27 points, tandis que l'euro grappille 0,05% 1,1019$. Sur les marchés obligataires américains, le rendement du T-Bond à 10 ans cède 2 points de base à 1,74%, au lendemain d'un discours du président de la Fed Jerome Powell, à Providence, dans l'Etat de Rhode Island.

Le patron de la banque centrale américaine a réaffirmé qu'après trois baisses de taux effectuées cette année, la politique monétaire de la Fed était "au bon niveau" et "aidait déjà les consommateurs et les entreprises". La Fed a ramené le 30 octobre dernier le taux des "fed funds" à 1,50-1,75% (-0,25 point), et a estimé que sauf dégradation inattendue des conditions macro-économiques, elle ferait désormais une pause dans sa politique monétaire.

M. Powell estime que les Etats-Unis peuvent continuer de profiter d'une croissance "modeste mais relativement solide", après 11 ans de croissance ininterrompue, la plus longue période d'expansion de l'histoire contemporaine du pays. "A ce stade de cette longue expansion, je vois le verre plus qu'à moitié plein. Avec les bonnes politiques, nous pouvons le remplir davantage", a-t-il affirmé lundi soir.

Côté risques, "nos contacts auprès des entreprises dans tout le pays nous disent que les incertitudes liées au commerce pèsent sur leurs décisions", a-t-il reconnu. Mais pour l'instant, "les prévisionnistes misent sur une expansion continue, un marché de l'emploi dynamique et une inflation proche de 2%", a rappelé M. Powell. La croissance du PIB s'est établie à 1,9% en rythme annuel aux Etats-Unis au 3e trimestre, environ 1 point en dessous de son rythme de 2018.

Le pétrole et l'or en légère hausse

Les espoirs d'accord commercial profitent un peu au pétrole mardi. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) avance de 0,3% à 58,17$ sur le Nymex (contrat à terme de janvier), tandis que le Brent de la mer du Nord gagne 0,38% à 63,89$ pour le contrat à terme de janvier. Les marchés restent toutefois prudents à l'approche de la réunion de l'Opep et ses alliés, les 5 et 6 décembre, qui doivent décider s'ils prolongent leur accord de maîtrise de la production afin de soutenir les cours.

L'or regagne 0,23% à 1.467,10$ pour le contrat à terme de décembre sur le marché Comex. Le métal jaune a reculé de plus de 3% depuis début novembre, les espoirs d'un accord commercial ayant profité aux actifs risqués au détriment de l'or, valeur-refuge par excellence.

Les statistiques économiques publiées ce mardi aux Etats-Unis ont corroboré peu ou prou les propos du président de la Fed, malgré un tassement de la confiance des consommateurs.

Les ventes de logements neufs ont été plus nombreuses que prévu en octobre, à 733.000, contre 707.000 de consensus et 738.000 en septembre (lecture révisée en forte hausse).

L'indice de confiance des consommateurs américains mesuré par le Conference Board a baissé à 125,5 en novembre, contre 126,9 de consensus et 126,1 pour la lecture révisée d'octobre. Enfin, l'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Richmond s'est dégradé en novembre à -1, contre un consensus de +6 et un niveau de +8 en octobre. Cet indice traduit une légère contraction de l'activité manufacturière dans la région en novembre.

VALEURS A SUIVRE

Best Buy (+12,3% !) grimpe à Wall Street ce mardi, le distributeur de produits électroniques ayant dévoilé des trimestriels supérieurs aux attentes et revu à la hausse ses prévisions. La chaîne a annoncé pour son troisième trimestre fiscal un bénéfice net de 293 millions de dollars soit 1,10$ par titre, contre 277 millions de dollars et 99 cents par titre un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action a représenté 1,13$, contre 1,03$ de consensus. Les revenus se sont élevés à 9,76 milliards de dollars, contre 9,59 milliards un an auparavant et 9,7 milliards de consensus. La croissance à comparable s'est élevée à 1,7%, contre 1,3% de consensus.

Pour le quatrième trimestre fiscal, le groupe anticipe des revenus allant de 14,75 à 15,15 milliards de dollars, une croissance à comparable allant de 0,5 à 3% et un bpa ajusté de 2,65-2,75$. Sur l'exercice, les ventes sont attendues entre 43,2 et 43,6 milliards de dollars, pour une croissance à comparable de 1-2% et un bénéfice ajusté allant de 5,81 à 5,91$ par titre.

Alibaba (+0,9%). Le géant chinois a levé environ 11 milliards de dollars à Hong Kong, où le titre a bondi ce jour de 6,6% pour sa première séance de cotation. "Nous sommes rentrés à la maison. Nous sommes revenus sur la place de Hong Kong", a déclaré le co-fondateur d'Alibaba, Jack Ma. "Cela va nous aider à compenser nos regrets d'il y a cinq ans", a ajouté le dirigeant, en référence à la décision d'introduire le groupe à Wall Street plutôt qu'en Chine ou à Hong Kong. Cette cotation à Hong Kong rapproche Alibaba de son marché domestique et des investisseurs locaux. Elle donne aux investisseurs de Chine continentale un accès direct à l'un des plus grands succès boursiers du pays, via la connexion boursière Stock Connect entre Hong Kong, Shanghai et Shenzhen. Les observateurs s'attendent également à ce que cette opération incite d'autres licornes chinoises à choisir Hong Kong plutôt que Wall Street ou Londres comme place de cotation.

Alibaba prévoit d'utiliser le produit du placement pour mettre en oeuvre sa stratégie visant à stimuler la croissance et l'engagement de ses utilisateurs, à continuer d'innover et d'investir sur le long terme.

Abercrombie & Fitch (-2,8%) a annoncé des profits et ventes un peu courts pour le trimestre clos. Le bénéfice net trimestriel a représenté 6,5 millions de dollars et 10 cents par titre, contre 23,9 millions un an avant. Le bpa ajusté s'est élevé à 23 cents, contre 24 cents de consensus. Les revenus ont totalisé 863 millions contre 861 millions un an avant. La performance à magasins comparables est ressortie stable, alors que les opérateurs anticipaient une modeste croissance. Pour l'exercice, les ventes à comparable sont attendues stables ou en hausse jusqu'à 1%.

Dollar Tree (-17%), la chaîne américaine de distribution discount, décroche. Le groupe a annoncé pour le troisième trimestre des profits inférieurs aux attentes. Le bénéfice net s'est établi à 255,8 millions de dollars et 1,08$ par titre, contre 281,8 millions un an avant. Les ventes ont augmenté de 3,7% à 5,75 milliards de dollars. Le consensus était de 1,13$ de bpa et 5,74 milliards de ventes. Sur le quatrième trimestre, les ventes sont attendues entre 6,33 et 6,44 Mds$, pour un bpa de 1,70-1,80$.

Hormel Foods (+3,4%) a battu le consensus de profit mais manqué celui de revenus sur le trimestre clos. Le groupe alimentaire d'Austin a dévoilé pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice de 255 millions de dollars soit 47 cents part titre, contre 261 millions de dollars un an plus tôt, à la même période. Le consensus était de 46 cents de bpa. Les ventes se sont élevées à 2,50 milliards de dollars, contre 2,52 milliards un an plus tôt et 2,51 milliards de consensus. Le groupe espère pour l'exercice 2020 des ventes de 9,5-10,3 Mds$ et un bpa de 1,69-1,83$.

Hewlett Packard Enterprise (-8,9%) a publié hier soir des comptes inférieurs aux attentes. Le bénéfice net a atteint 480 millions de dollars soit 36 cents par titre sur le trimestre clos fin octobre, contre 757 millions de pertes un an avant. Les revenus de HPE ont corrigé de 9% à 7,2 milliards de dollars, contre un consensus de place de 7,4 milliards de dollars. Le bpa ajusté a représenté 49 cents, contre 46 cents de consensus.

Analog Devices (+1,8%) a révélé des profits décevants et livré une guidance trop courte. Sur le trimestre d'octobre, quatrième trimestre fiscal, le groupe a affiché un bénéfice de 267 millions de dollars et 74 cents par titre, contre 405 millions un an avant. Le bpa ajusté a atteint 1,19$, contre 1,48$. Les revenus ont totalisé 1,44 Md$ contre 1,54 Md$ un an plus tôt. Le consensus était de 1,45 Md$ de ventes. Le groupe table sur des revenus allant de 1,25 à 1,35 Md$ sur le premier trimestre fiscal, pour un bpa ajusté allant de 93 cents à 1,07$.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com