Cotation du 18/09/2018 à 22h48 Dow Jones Industrial +0,71% 26 246,96
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : sans tendance face à un Trump très actif

Wall Street : sans tendance face à un Trump très actif
Wall Street : sans tendance face à un Trump très actif
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street s'affiche en ordre dispersé ce lundi soir à trois heures de la clôture, proche de l'équilibre, toujours prudent face à l'évolution des tensions commerciales. Donald Trump s'est dit prêt à appliquer des prélèvements douaniers additionnels sur la quasi-totalité des importations chinoises. L'administration américaine menace de taxer 267 milliards de dollars de biens additionnels importés de Chine, alors que des prélèvements supplémentaires étaient déjà programmés sur 200 milliards de dollars de produits. Au total, ce sont plus de 500 Mds$ de produits importés de Chine qui seraient menacés. Le président américain a en outre indiqué avoir ouvert des négociations commerciales avec le Japon, alors que celles avec l'UE et le Canada restent en cours... A noter que les Républicains de la Chambre des représentants doivent dévoiler un nouveau volet de réductions d'impôts cette semaine. Le DJIA perd pour le moment 0,17% à 25.873 pts, le Nasdaq avance de 0,12% à 7.910 pts, et le S&P500 gagne 0,18% à 2.876 pts.

VALEURS A SUIVRE

Apple a indiqué qu'une partie importante de ses produits, dont notamment l'Apple Watch, allait probablement être affectée par ces droits de douane infligés à la Chine. Le groupe à la pomme a précisé ses craintes à des responsables du secteur américain du commerce, sans toutefois citer précisément son produit phare, l'iPhone. Les écouteurs AirPods, les casques Beats et l'enceinte HomePod, compteraient également parmi les produits touchés par les taxes additionnelles, s'est ému le groupe de Cupertino dans une lettre adressée au gouvernement américain. "Notre crainte avec ces tarifs c'est que les Etats-Unis soient les plus durement touchés, ce qui entraînera une baisse de la croissance américaine, de la compétitivité et des prix plus élevés pour les consommateurs", a averti Apple, selon des commentaires relayés par Reuters. Donald Trump s'est montré néanmoins inflexible samedi, proposant plutôt au géant technologique californien... de fabriquer ses produits aux États-Unis pour éviter les surtaxes. "Les prix d'Apple pourraient augmenter à cause des Tarifs massifs que nous pourrions imposer à la Chine - mais il y a une solution simple où il n'y aurait AUCUNE taxe, et même plutôt un avantage fiscal. Fabriquez vos produits aux États-Unis au lieu de la Chine. Commencez dès maintenant à construire de nouvelles usines", a lancé Trump sur Twitter.

Trump s'est livré à d'autres commentaires du même style à propos de Ford Motor (+1%). Alors que CNBC évoque l'abandon d'un projet de construction d'une petite voiture en Chine, destinée au marché américain, le Président des Etats-Unis conseille à Ford de construire ce fameux véhicule aux USA, afin de ne pas payer de taxes douanières supplémentaires. Trump rappelle enfin que si les Etats-Unis vendent une voiture en Chine, elle est taxée à 25%. "Si la Chine vend une voiture aux U.S., il y a une taxe de 2%. Est-ce que quelqu'un pense que c'est JUSTE ? Les jours où les U.S. se faisaient saigner par d'autres nations sont TERMINES!", tranche le dirigeant américain.

Intel (stable), leader mondial des microprocesseurs, a également prévenu que les tarifs douaniers pourraient ralentir l'activité et notamment l'adoption des réseaux 5G, ce qui affecterait notamment les secteurs de l'informatique et des télécommunications.

Tesla (+6%) rebondit enfin ce lundi à Wall Street, aidé par un conseil de Baird, qui voit dans la chute récente une opportunité. La pression était montée encore d'un cran sur le dossier vendredi soir, après les démissions du directeur comptable du groupe californien, Dave Morton, et de la responsable des ressources humaines. Vendredi soir, Musk a réagi en annonçant une série de nominations, dans un message électronique adressé aux employés et posté sur le site Internet du groupe. Le CEO de Tesla a dévoilé la promotion du Français Jérôme Guillen, précédemment impliqué sur le projet de 'Semi', à la tête de la division automobile. Ainsi, Guillen, ancien de Daimler AG, président depuis 8 ans au sein de Tesla, rapportera directement à Elon Musk et supervisera les opérations automobiles, ainsi que la gestion de programme et la 'supply chain'. Dans sa mise à jour au sujet de la compagnie, publiée vendredi soir, Elon Musk fait par ailleurs preuve d'un grand optimisme concernant les performances du groupe.

Snap (-3%) perd encore un de ses cadres. Le directeur de la stratégie du réseau social, Imran Khan, l'un des rares dirigeants encore présent dans l'entreprise depuis l'IPO de la société en 2017, va créer sa propre société d'investissement. Khan conservera son poste jusqu'à ce que Snap lui trouve un remplaçant, selon un document déposé auprès de la 'Securities and Exchange Commission'. "Il n'y a jamais un moment idéal pour dire au revoir, mais je sais que le moment est venu", explique le dirigeant, dans une lettre interne adressée aux employés. "Nous avons une équipe de direction en place stellaire pour guider Snap à travers sa prochaine phase de croissance et son prochain chapitre".

Alibaba (-4%). Le fondateur et dirigeant d'Alibaba va quitter le groupe d'ici exactement un an. Selon un communiqué du géant chinois du e-commerce, le Chinois Jack Ma, 54 ans, qui officie actuellement en tant que président exécutif de l'entreprise de commerce en ligne, va tirer sa révérence et se consacrer à de bonnes oeuvres. Le milliardaire, ancien professeur d'anglais, avait fondé Alibaba en 1999. Il quittera donc le groupe, devenu un empire du commerce sur Internet, 20 ans après sa création. Jack Ma compte désormais parmi les vingt premières fortunes mondiales, sa fortune étant évaluée à 40 milliards de dollars. Alibaba pèse désormais 400 milliards de dollars à Wall Street. Le groupe compte environ 80.000 salariés et affiche un chiffre d'affaires annuel voisin de 40 milliards de dollars (en 2017). L'introduction à Wall Street en 2014 avait été record, avec une levée de fonds de 25 milliards de dollars. Daniel Zhang, directeur général d'Alibaba, va prendre la présidence du groupe après le départ de Ma, dans 12 mois. Jack Ma restera symboliquement présent au conseil d'administration jusqu'en 2020.

CBS (-2%). Le groupe se sépare de son CEO Leslie Moonves, lequel pourra recevoir 120 M$ si l'enquête interne concernant des accusations de harcèlement ne fournit pas de résultat. Moonves est le principal dirigeant de CBS depuis 2006. Il a démissionné dimanche après des accusations d'agression sexuelle et de harcèlement.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com