Cotation du 18/10/2018 à 22h48 Dow Jones Industrial -1,27% 25 379,45
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : sans tendance avant IBM

Wall Street : sans tendance avant IBM
Wall Street : sans tendance avant IBM

(Boursier.com) — Wall Street s'affiche en ordre dispersé ce mercredi soir à trois heures de la clôture, après une séance positive hier, soutenue par la confiance du Président de la Réserve fédérale Jerome Powell dans l'économie américaine, et marquée par un nouveau record du Nasdaq. Du côté des sociétés, le rythme des publications trimestrielles s'accélère, avec notamment Morgan Stanley, United Continental ou encore Textron, en attendant les comptes d'IBM et d'eBay ce soir. La Commission européenne vient par ailleurs d'infliger une amende record de 4,34 MdsE à la maison-mère de Google... Le DJIA gagne actuellement 0,32% à 25.199 pts, le Nasdaq fléchit de 0,05% à 7.851 pts, et le S&P500 monte de 0,21% à 2.815 pts.

Jerom Powell a rassuré durant son intervention monétaire 'semi-annuelle' devant le Comité bancaire du Sénat américain. Le président de la Fed demeure confiant malgré le risque d'une guerre commerciale. Il juge que l'économie américaine se dirige vers plusieurs années croissance, de marché du travail vigoureux et d'inflation contenue autour de l'objectif de 2% de la banque. Powell remet le couvert ce jour devant le Comité des services financiers de la Chambre des représentants...

Les opérateurs s'attendent à un statu quo monétaire à l'issue de la prochaine réunion le 1er août, le taux des fonds fédéraux devant rester inchangé entre 1,75% et 2% (probabilité de 96,5% selon l'outil FedWatch du CME Group), après un second tour de vis de l'année intervenu le mois dernier. Les marchés tablent par contre sur un nouveau tour de vis le 26 septembre, le taux des 'fed funds' étant attendu entre 2% et 2,25% (probabilité de 86,1%).

Les investisseurs sont par contre partagés concernant l'éventuelle dernière remontée des taux de l'année 2018. La probabilité d'un taux des fonds fédéraux logé entre 2,25% et 2,50% au 19 décembre est située à 53,8%, contre 37,6% pour celle d'un taux allant de 2% à 2,25%.

Les chiffres du logement aux États-Unis sont ressortis largement inférieurs aux attentes pour le mois de juin 2018. Ainsi, les mises en chantier de logements du mois de juin se sont établies sur un rythme de 1,17 million d'unités, contre 1,32 million pour le consensus et 1,34 million un mois auparavant. Les permis de construire, quant à eux, sont ressortis sur un rythme de 1,27 million d'unités, contre 1,33 million de consensus et 1,30 million au mois de mai 2018.

Sur le Nymex, le baril de brut WTI remonte désormais légèrement à 68,3$. Les stocks domestiques de brut surprennent encore aux États-Unis. Ainsi, le Département américain à l'énergie vient de faire état, pour la semaine close au 13 juillet, d'une croissance des stocks hebdomadaires hors réserve stratégique de 5,8 millions de barils en comparaison de la semaine antérieure, alors que les économistes anticipaient en moyenne une contraction de 3,4 millions de barils. Rappelons qu'une semaine auparavant, les stocks de brut avaient décroché de 12,6 millions de barils. Toujours selon le Département US à l'énergie ce jour, les stocks d'essence pour la semaine close au 13 juillet ont quant à eux décliné de 3,2 millions de barils par rapport à la semaine précédente (-0,7 MB une semaine avant). Enfin, les stocks de distillés ont baissé de 0,4 millions de barils par rapport à la semaine antérieure, après une progression de 4,1 millions de barils une semaine auparavant.

VALEURS A SUIVRE

Alphabet (stable). La Commission européenne vient d'infliger une amende record de 4,34 milliards d'euros à la maison-mère de Google pour pratiques illégales concernant les appareils mobiles Android en vue de renforcer la position dominante de son moteur de recherche. Un montant qui tient compte de la durée et de la gravité de l'infraction. A l'issue de son enquête, la Commission a conclu que Google occupe une position dominante sur les marchés des services de recherche générale sur l'internet, des systèmes d'exploitation mobiles intelligents sous licence et des boutiques d'applications en ligne pour le système d'exploitation mobile Android. Quelques minutes après cette annonce, la firme californienne vient d'indiquer qu'elle va faire appel de cette décision. "Android a créé plus de choix pour tout le monde, pas moins", affirme un porte-parole de l'entreprise. "Un écosystème dynamique, une innovation rapide et des prix plus bas sont les caractéristiques classiques d'une concurrence vigoureuse. Nous allons faire appel de la décision de la Commission". Selon la CE, Google s'est livré à trois types distincts de pratiques, qui avaient toutes pour objectif de consolider sa position dominante sur le marché de la recherche générale sur internet : vente liée illégale des applications de recherche et de navigation de Google (Google Play Store, l'application Google Search et le navigateur Google Chrome), paiements illégaux subordonnés à la pré-installation exclusive de Google Search, et obstruction illégale au développement et à la distribution de systèmes d'exploitation Android concurrents... Google doit maintenant mettre effectivement fin à ces pratiques dans les 90 jours, sous peine de se voir infliger des astreintes allant jusqu'à 5 % du chiffre d'affaires journalier moyen mondial d'Alphabet, souligne le régulateur.

Morgan Stanley (+3%) publie ses résultats du second trimestre. Le résultat net est de 2,44 Mds$ (1,30$ par action), contre 1,76 Md$ (0,87$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 10,6 Mds$, contre 9,5 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,11$, pour des revenus de 10,1 Mds$. Les revenus "Equity sales and trading" s'affichent à 2,5 Mds$, contre 2,3 Mds$ de consensus, et 2,2 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus "Fixed Income sales and trading" sont quant à eux de 1,4 Md$, contre 1,3 Md$ de consensus et 1,2 Md$ il y a un an.

Abbott (+2%) a annoncé ses comptes du second trimestre. Les ventes sont de 7,76 Mds$, en croissance de 17% en glissement annuel (+8% de croissance organique). Le résultat net s'affiche à 733 M$, contre 283 M$ un an plus tôt. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,73$, contre 0,62$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,71$, pour des revenus de 7,7 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise désormais un bpa compris entre 2,85 et 2,91$ (contre une précédente fourchette de 2,80/2,90$).

Textron (-2%) a publié ses résultats du second trimestre. Les bénéfices sont de 224 M$ (0,87$ par action), contre 153 M$ (0,57$ par action) un an plus tôt. Les revenus s'élèvent à 3,73 Mds$, contre 3,6 Mds$ un an avant. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,70$, pour des ventes de 3,5 Mds$. Sur 2018, le groupe vise désormais un bpa compris entre 3,15 et 3,35$.

CSX (+7%) a publié ses résultats du second trimestre. Les bénéfices sont de 877 M$ (1,01$ par action), contre 510 M$ (0,55$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 3,1 Mds$, en hausse d 6% en glissement annuel. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,86$, pour des revenus de 3 Mds$.

Texas Instruments (-1%) a annoncé la démission de son CEO Brian Crutcher, six semaines seulement après son entrée en fonction, en raison de violations du code de conduite de l'entreprise. Rich Templeton, président du conseil d'administration, devient le nouveau CEO. "Ces violations sont liées à un comportement personnel ne respectant notre code éthique et nos valeurs essentielles, mais elles ne sont pas liées à la stratégie, aux activités et aux publications financières de l'entreprise", explique le groupe dans un communiqué. Texas Instruments en profite pour annoncer des revenus de 4,02 Mds$ au second trimestre (+9% en glissement annuel) et un bénéfice par action de 1,40$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,31$, pour des revenus de 4 Mds$. Les résultats trimestriels et les perspectives du groupe pour le T3 seront publiés le 24 juillet.

United Continental (+8%) grimpe suite à la publication de résultats financiers trimestriels supérieurs aux attentes. Les profits du groupe de Chicago ont ainsi résisté au renchérissement des coûts du carburant. La troisième compagnie aérienne américaine par le trafic estime que ces résultats démontrent que ses plans stratégiques de croissance fonctionnent. Le management espère poursuivre sur la même voie durant le second semestre 2018. La facture de carburant pour le second trimestre s'est enflammée de plus de 40% à 2,4 Mds$, alors que le bénéfice net est retombé à 684 M$ soit 2,48$ par titre, contre 821 M$ un an plus tôt. Les revenus se sont améliorés de 8%. Le bénéfice ajusté par action a représenté 3,23$, alors que le consensus était de moins de 3,1$ sur la période.

Boeing (+1%) engrange les contrats à Farnborough. Le groupe vient notamment de décrocher l'une des plus belles commandes de cette édition 2018 du Salon aéronautique. VietJet a signé un protocole d'accord en vue de l'acquisition de 100 B737 MAX. Le contrat, qui comprend 80 B737 MAX 10 et 20 B737 MAX8, atteint 12,7 milliards de dollars au prix catalogue. Un montant qui reste néanmoins théorique tant les compagnies obtiennent des rabais substantiels lors de ce type de contrat. Une fois le deal finalisé, le transporteur vietnamien à bas coûts deviendra le plus gros client du MAX 10 en Asie.

Amazon (stable). Le groupe explique qu'il a écoulé plus de 100 millions de produits dans le monde à l'occasion de son événement 'Prime Day', malgré quelques problèmes techniques. L'événement marketing estival d'Amazon a débuté le 16 juillet et duré 36 heures... Le dossier a atteint par ailleurs ce jour les 900 milliards de dollars de capitalisation boursière.

IBM (stable) doit publier ce soir, après la clôture de Wall Street, ses résultats du second trimestre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 3,04$, pour des revenus de 19,9 Mds$. Un an avant, sur la même période, le géant américain de l'informatique avait enregistré un bénéfice par action de 2,97$ et des revenus de 19,3 Mds$. Lors de la publication des comptes du premier trimestre 2018, le groupe avait confirmé viser, sur l'exercice, un bpa opérationnel non-GAAP d'au moins 13,8$.

eBay (+1%) publiera ce soir, après la clôture de Wall Street, ses résultats du second trimestre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 0,51$, pour des revenus de 2,7 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 0,45$, pour des revenus de 2,3 Mds$. Lors de la publication des comptes du premier trimestre, eBay avait annoncé viser, sur le T2, un bpa situé entre 0,50 et 0,52$, pour des revenus logés entre 2,64 et 2,68 Mds$.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com