Cotation du 28/02/2019 à 22h46 Dow Jones Industrial -0,27% 25 916,00
  • DJIND - US2605661048

Wall Street sans relief avec les discussions commerciales, mais Walmart grimpe

Wall Street sans relief avec les discussions commerciales, mais Walmart grimpe
Wall Street sans relief avec les discussions commerciales, mais Walmart grimpe
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street, fermé hier lundi pour la 'Journée des Présidents', reprend en ordre dispersé ce mardi, fébrile avant les nouvelles discussions commerciales. Le DJIA cède 0,13% à 25.849 pts, alors que le Nasdaq grappille 0,08% à 7.478 pts. Le S&P500 se stabilise à 2.775 pts.

L'indice dollar, mesurant les fluctuations du billet vert face à un panier de devises, recule de 0,2% à 96,7. Sur le Nymex, le baril de brut WTI gagne 0,5% à 56,2$... Les marchés ne profitent pas vraiment pour l'heure des très bons chiffres publiés aujourd'hui par Walmart.

Nouvelles négociations commerciales

Les discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine reprennent donc cette semaine à Washington, après des échanges décrits comme positifs et constructifs la semaine dernière à Pékin. La Maison blanche a confirmé qu'un nouveau cycle de discussions allait se tenir dès mardi. Des négociations à plus haut niveau sont programmées à partir de jeudi, avec les participations du vice-Premier ministre chinois Liu He, ainsi que du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin et du représentant au Commerce Robert Lighthizer.

Quelques craintes concernant d'éventuelles surtaxes américaines sur les voitures européens suscitent par ailleurs la prudence sur les marchés financiers, alors que le ministre allemand de l'Economie a prévenu que les pourparlers commerciaux entre l'Europe et les USA allaient entrer dans une phase délicate et se concentrer sur les produits industriels. "L'Europe pourrait venir sur le devant de la scène dans les discussions commerciales à venir", a affirmé pour sa part la banque d'affaires Goldman Sachs, citée par Reuters.

Premières réactions à l'urgence nationale

Une alliance composée de seize Etats américains et menée par la Californie a engagé hier une procédure judiciaire contre la décision du président américain Donald Trump de décréter l'urgence nationale afin de parvenir au financement de son mur à la frontière avec le Mexique. "Nous attaquons le président Trump en justice afin de bloquer son utilisation abusive des pouvoirs présidentiels", a affirmé le ministre de la Justice de Californie Xavier Becerra, cité par Reuters, après le dépôt d'une plainte auprès d'un tribunal de district de l'Etat. L'objectif serait d'empêcher Trump de s'accaparer unilatéralement "l'argent des contribuables mis de côté en respect avec la loi par le Congrès pour les populations de nos Etats", a affirmé encore le démocrate Becerra.

Certains particuliers américains, ainsi qu'un groupe de protection de l'environnement, avaient déposé dès la fin de semaine dernière les premiers recours en justice suite à l'état d'urgence de Trump.

Ces procédures sont susceptibles de ralentir la construction du fameux mur. Trump compte pour sa part sur la Cour suprême pour parvenir à ses fins. Le président républicain avait décidé vendredi d'opter pour cette procédure d'urgence nationale, afin de tenir sa promesse de campagne. Trump a donc contourné le Congrès par cette procédure que certains jugent abusive, alors que l'opposition démocrate refusait de lui accorder les 5,7 milliards de dollars exigés pour la construction du mur.

Rappelons que Trump a par ailleurs signé à contrecoeur le compromis budgétaire bipartisan concernant ce financement de la sécurité aux frontières, texte adopté jeudi par le Congrès américain pour éviter une réédition du 'shutdown'.

Sur le réseau social Twitter ce mardi, Trump s'attaque de manière très virulente aux Etats protestataires, et en premier lieu à la Californie. "Comme je l'avais anticipé, 16 villes, dirigées principalement par des Démocrates partisans de la Frontière Ouverte et par la Gauche Radicale, ont engagé une procédure judiciaire (...) La Californie, l'Etat qui a gâché des milliards de dollars sur son Train Rapide hors de contrôle, sans espoir de finalisation, semble responsable! Le projet raté de Train Rapide en Californie, sur lequel les dépassements de coûts sont en train d'atteindre un record mondial, est des centaines de fois plus coûteux que le Mur désespérément nécessaire!", affirme Trump.

Retour aux affaires

L'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders (NAHB) est ressorti à 62 pour le mois de février 2019, contre 59 de consensus de place et 58 pour le mois antérieur. Cet indice mensuel de confiance ressort donc au plus haut de quatre mois, après un bond de 4 points sur une base ajustée des variations saisonnières.

Les Minutes du FOMC (dernière réunion monétaire de la Fed) seront publiées demain soir, suivies par les commandes de biens durables, les inscriptions au chômage, l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie, l'indice flash PMI composite de Markit, les reventes de logements existants, l'indice des indicateurs avancés ou le rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers domestiques, annoncés jeudi.

Les publications financières trimestrielles touchent quant à elles à leur fin, avec tout de même Medtronic, Walmart ou Herbalife ce mardi, puis Iamgold, Agilent, Garmin, Analog Devices, Bausch Health ou CVS Health demain mercredi.

Walmart, le géant américain de la distribution traditionnelle, grimpe de 3% à Wall Street. Le groupe de Bentonville, Arkansas, a réalisé pour le quatrième trimestre fiscal un bénéfice net de 3,69 milliards de dollars et 1,27$ par titre, contre 2,18 milliards de dollars et 73 cents par titre un an auparavant. Le bénéfice ajusté par action est ressorti pour sa part à 1,41$, contre un consensus de 1,33$. Les revenus ont totalisé 138,8 milliards de dollars, contre 136,3 milliards un an plus tôt et 138,7 Mds$ de consensus.

Les revenus trimestriels de e-commerce du groupe se sont envolés littéralement de +43% en glissement annuel, ce qui explique en partie l'excellente performance globalement affichée. Le groupe évoque à ce sujet une sélection 'online' étendue... La croissance domestique américaine à comparable, en comparaison de l'an dernier, est ressortie à 4,2%, contre 3,2% de consensus. Sam's Club a réalisé 3,3% de progression à comparable, en ligne avec les attentes.

Pour l'exercice fiscal 2020 tout juste entamé, le groupe anticipe une croissance à comparable allant de 2,5 à 3% aux Etats-Unis, contre une progression de 1% chez Sam's Club. Les ventes de e-commerce sont attendues en augmentation de 35% environ. Le bénéfice ajusté par action devrait en revanche reculer de 1-4% en comparaison de l'exercice 2019, mais afficherait une croissance à un chiffre dans la partie basse ou moyenne de la fourchette hors Flipkart. Le consensus était celui d'une croissance comparable US de 2,6% et d'un bénéfice par action de 4,72$ (4,84$ un an avant).

Medtronic (+1%) a publié ses résultats du troisième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 1,27 Md$ (0,94$ par action). En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 1,29$. Les revenus montent de 2,4% à 7,55 Mds$ (+4,4% en organique). Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,24$, pour des revenus de 7,5 Mds$. Sur l'exercice fiscal, le groupe vise désormais un bpa compris entre 5,14 et 5,16$, contre une précédente fourchette de 5,10/5,15$. Les revenus sont quant à eux désormais attendus en croissance organique de 5,25 à 5,50%, contre une précédente fourchette de 5/5,5%.

Cooper Tire & Rubber (-1%) a publié ses résultats du quatrième trimestre. Le groupe affiche une perte de 419 K$ (0,01$ par action), contre une perte de 42,2 M$ (0,82$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,66$. Les ventes montent de 1,8% à 770 M$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,57$, pour des revenus de 775 M$.

Advance Auto Parts (-1%) a présenté ses résultats du quatrième trimestre. Les profits sont de 53,4 M$ (0,74$ par action), contre 184,5 M$ (2,49$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 1,17$. Les ventes montent de 3,3% à 2,11 Mds$ (+3,4% en base comparable). Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,13$, pour des revenus de 2,1 Mds$ et une croissance comparable de 3,4%. Sur 2019, le groupe vise des ventes comprises entre 9,65 et 9,80 Mds$ (entre +1 et +2,5% en base comparable), contre 9,58 Mds$ en 2018.

Facebook (stable) ne réagit pas ce jour à un rapport parlementaire britannique critiquement vivement le groupe californien et en appelant à une nouvelle régulation.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com