Cotation du 17/07/2019 à 23h04 Dow Jones Industrial -0,42% 27 219,85
  • DJIND - US2605661048

Wall Street s'affirme en hausse, Powell surveillé

Wall Street s'affirme en hausse, Powell surveillé
Wall Street s'affirme en hausse, Powell surveillé
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine remonte ce mardi, après une séance assez difficile hier lundi marquée par des chutes des titres des GAFA affectant tout particulièrement le Nasdaq (-1,6%). Le S&P500 est attendu ce jour en hausse de 0,7%, alors que le Nasdaq reprend 0,9%. Sur le marché des changes, l'indice dollar se stabilise à 97,1. Du côté des matières premières, le baril de brut WTI perd désormais 1% à 52,7$.

Les opérateurs pourraient procéder aujourd'hui à quelques achats jugés à bon compte, surmontant les craintes commerciales et les inquiétudes relatives au risque d'un ralentissement économique global plus prononcé. Alors que le ton semble se durcir entre les Etats-Unis et la Chine, Trump vient de rouvrir un autre front sur le plan commercial en s'attaquant au Mexique, accusé d'un certain laxisme concernant l'immigration illégale et à son tour menacé de lourdes taxes douanières.

Rappelons que Trump a annoncé en fin de semaine dernière l'application dès le 10 juin de tarifs douaniers de 5% sur tous les produits importés du Mexique, alors même que les deux partenaires étaient pourtant sur le point de boucler le nouvel accord USMCA. Les taxes douanières seraient progressivement rehaussées, et resteraient en vigueur tant que les flux de clandestins passant par le Mexique ne seraient pas arrêtés...

La situation s'enlise entre Washington et Pékin, à l'approche du sommet du G20 d'Osaka au Japon programmé en fin de mois, qui devait être l'occasion d'une rencontre fructueuse entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping. Le rendez-vous au sommet reste envisageable, mais les chances qu'il se conclut par un accord commercial majeur et historique sont désormais ténues.

L'administration Trump a regretté hier que la Chine l'ait accusée d'être responsable de l'impasse. Le bureau du représentant américain au Commerce et le Trésor US ont affirmé au contraire que les négociateurs chinois avaient fait 'machine arrière' sur des éléments importants d'un projet d'accord...

Ce week-end, la Chine a publié un livre blanc de 21 pages consacré aux relations commerciales avec Washington. Le document accuse les Etats-Unis d'être seuls responsables de l'impasse actuelle dans les négociations. La Chine répète qu'elle ne souhaite pas une guerre commerciale mais ajoute que "s'ils veulent l'affrontement, nous sommes prêts". L'agence officielle Chine Nouvelle a affirmé qu'"aucun défi ne ralentira le développement de la Chine" .

En outre, en présentant le livre blanc, le vice-ministre de l'Information Guo Weimin n'a pas confirmé la tenue d'une réunion, fin juin, entre Xi Jinping et Donald Trump à l'occasion du sommet du G20 d'Osaka, laissant planer un doute sur cette rencontre.

"Y aura-t-il une reprise des discussions en marge du sommet du G20 à Osaka fin juin ? Je n'ai pas d'information là-dessus", a ainsi répondu le vice-ministre, qui a ajouté : "la guerre commerciale ne rend pas sa grandeur à l'Amérique", en écho au slogan préféré de Donald Trump ("Make America great again").

Le côté positif de la chose est que ce conflit commercial durable entre les deux superpuissances accroît la probabilité d'une baisse des taux ou de mesures de soutien des banques centrales. La baisse des taux de la Fed pourrait ainsi "se justifier bientôt", a affirmé James Bullard, président de la Réserve fédérale de St. Louis. Le président de la Fed Jerome Powell intervient quant à lui ce jour à l'occasion d'une conférence à Chicago.

Notons également que Trump a évoqué, à l'occasion de sa visite au Royaume-Uni, la possibilité d'un accord commercial bilatéral une fois le Brexit effectif...

Sur le front économique aux États-Unis ce mardi, les commandes industrielles du mois d'avril 2019 seront publiées à 16h (consensus -0,8% en comparaison du mois antérieur). Les ventes automobiles mensuelles seront également à suivre.

Navistar, GameStop, Tiffany, Donaldson et Salesforce, publient leurs derniers comptes trimestriels ce jour à Wall Street.

Navistar devrait connaître une belle séance ce jour, le groupe ayant publié des profits et des revenus supérieurs aux attentes, et dopé au passage ses prévisions annuelles. Sur le trimestre clos fin avril, la perte nette est ressortie à 48 M$ soit 48 cents par titre, mais le profit ajusté s'est élevé à 105 M$ contre 67 M$ un an avant. Le bpa ajusté a atteint 1,06$, contre 69 cents de consensus. Les revenus ont grimpé de 24% à 3 Mds$, avec une croissance de 35% des ventes de camions à 2,3 Mds$.

Tiffany fléchit en revanche avant bourse à Wall Street. Le joaillier new-yorkais n'a pas convaincu, affichant des ventes un peu trop courtes avec la baisse des dépenses touristiques. Pour le premier trimestre, le groupe a réalisé un profit de 125 M$, 1,03$ par titre, contre 1,01$ de consensus. Les revenus sont ressortis voisins de 1 milliard, contre 1,02 Md$ de consensus. Un an avant, le bénéfice était de 142 M$ pour des revenus de 1,03 Md$. Les ventes à comparable ont même reculé de 5%.

Fiat Chrysler Automobiles et l'Etat français auraient résolu leurs points de désaccord relatifs au projet de fusion soumis la semaine dernière par le constructeur automobile italo-américain à Renault, ont affirmé à Reuters trois sources, peu avant la réunion d'un conseil d'administration du Français. L'Etat français, qui détient 15% de Renault, avait jusqu'ici insisté pour avoir son propre siège au sein du conseil d'administration de l'éventuelle nouvelle entité ainsi qu'un droit de veto sur le choix des dirigeants.

Selon des sources de Reuters, à l'issue de discussions avec John Elkann, président de FCA, le gouvernement a accepté un compromis selon lequel il occuperait un des quatre sièges alloués à Renault, FCA en disposant pour sa part de quatre. Renault cèdera par ailleurs à l'Etat un de ses deux sièges dont il disposera au sein d'un comité de nominations de quatre membres.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com