Cotation du 18/12/2018 à 22h56 Dow Jones Industrial +0,35% 23 675,64
  • DJIND - US2605661048

Wall Street s'affiche désormais en ordre dispersé

Wall Street s'affiche désormais en ordre dispersé
Wall Street s'affiche désormais en ordre dispersé

(Boursier.com) — Wall Street s'affiche en ordre dispersé ce jeudi soir à trois heures de la clôture, soutenu par le rebond de Cisco Systems après les comptes trimestriels, et les espoirs concernant un possible accord commercial avec les Etats-Unis. Les chiffres de Walmart, jugés mitigés, pèsent en revanche sur le marché, alors même que les ventes de détail ont dépassé les attentes. Le DJIA cède désormais 0,17% à 25.038 pts, le Nasdaq monte de 0,48% à 7.170 pts, et le S&P500 gagne 0,04% à 2.702 pts...

La situation reste tendue ce jeudi à Londres, alors que la Première ministre Theresa May tente de faire valider par le Parlement l'accord décroché avec les négociateurs européens pour la sortie de l'UE. Quatre membres du gouvernement britannique, dont le ministre du Brexit Dominic Raab, ont annoncé leur démission jeudi matin, aggravant une crise politique qui pourrait s'avérer très profonde outre-Manche... Devant la Chambre des communes en fin de matinée, Theresa May a appelé les députés, qui devront se prononcer sans doute début décembre sur le projet d'accord sur le Brexit, à assumer leurs responsabilités... "Le choix est clair : nous pouvons choisir de partir sans accord, nous pouvons prendre le risque de ne pas avoir de Brexit du tout ou nous pouvons décider de nous unir et de soutenir le meilleur accord qu'il était possible de négocier", a plaidé la chef du gouvernement.

Les inquiétudes relatives à la guerre commerciale se font un peu moins pesantes, alors que la Chine et les Etats-Unis ont repris le dialogue, selon le porte-parole du ministère chinois au Commerce, Gao Feng. Ce dernier évoque même des discussions "à haut niveau" sur les questions commerciales, sans fournir plus de détails. Ces informations redonnent donc quelque peu espoir, alors que le Président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping doivent se rencontrer à la fin du mois en marge du sommet du G20 en Argentine.

Jerome Powell, le Président de la Fed, qui s'exprimait hier soir à Dallas sur différentes questions économiques nationales ou mondiales, a manifesté sa prudence face à la conjoncture actuelle. "Vous voyez toujours une solide croissance, mais vous voyez des signes croissants d'une sorte de ralentissement", a ainsi jugé Powell. Le patron de la Banque centrale américaine et ses équipes étudient attentivement cette légère décélération de croissance. Powell nuance toutefois son propos, estimant qu'il ne s'agirait pas là d'un "terrible ralentissement". Powell demeure prudent, comme à son habitude, mais se dit tout de même "très satisfait" de l'état actuel de l'économie. "Notre politique est l'une des raisons pour lesquelles notre économie est dans une aussi bonne situation actuellement", revendique même Powell, qui avait été vivement critiqué par le Président américain Donald Trump pour sa politique monétaire trop dure - susceptible de ralentir la croissance.

Dans l'actualité économique américaine ce jeudi, les ventes de détail du mois d'octobre 2018 sont ressorties en progression de 0,8% en comparaison du mois antérieur, contre +0,6% de consensus de place et -0,1% pour la lecture révisée du mois antérieur. Hors automobile, les ventes de détail ont augmenté de 0,7% par rapport au mois antérieur, contre +0,5% de consensus. Enfin, hors automobile et essence, les ventes se sont appréciées de 0,3%.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 10 novembre, quant à elles, sont ressorties au nombre de 216.000, contre 214.000 de consensus et 214.000 un mois avant.

Les indices manufacturiers américains également publiés ce jour sont ressortis quant à eux contradictoires. L'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie pour le mois de novembre s'est établi à 12,9, contre 20 de consensus. En revanche, l'indice Empire State de la Fed de New York pour le mois de novembre a atteint 23,3, contre 20 de consensus et 21,1 un mois plus tôt.

Les prix à l'import et à l'export du mois d'octobre ont aussi été publiés ce jour. Les prix à l'import ont grimpé de 0,5% en comparaison du mois précédent, contre +0,1% de consensus. Les prix à l'export se sont appréciés de 0,4%, contre +0,1% de consensus de place. En glissement annuel, les prix à l'import ont progressé de 3,5% et les prix à l'export de 3,1%.

VALEURS A SUIVRE

Cisco Systems (+3%) a publié hier soir ses résultats du premier trimestre fiscal. Les bénéfices sont ressortis à 3,55 Mds$ (0,77$ par action), contre 2,39 Mds$ (0,48$ par action) un an avant. Le bpa ajusté est ressorti à 0,75$, contre 0,61$ par action un an plus tôt. Les revenus se sont élevés à 13,07 Mds$, contre 12,14 Mds$ il y a un an. Les analyste anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,72$, pour des revenus de 12,9 Mds$. Sur le trimestre actuel, le groupe vise un bpa compris entre 0,71 et 0,73$, pour des revenus en croissance de 5 à 7%.

Walmart (-2%) a dévoilé ses résultats du troisième trimestre. Les revenus augmentent de 1,4% à 124,9 Mds$. A magasins comparables, les ventes US sont en croissance de 3,4%. Les profits reculent de 2,2% à 1,71 Md$, faisant ressortir un bénéfice par action de 0,58$, stable par rapport à l'an dernier. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 1,08$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,01$, pour des revenus de 125,5 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise un bpa compris entre 2,26 et 2,36$ (contre une précédente fourchette de 2,65/2,80$), et entre 4,75 et 4,85$ en base ajustée (contre une précédente fourchette de 4,65/4,80$).

JC Penney (+2%) a annoncé ses comptes du troisième trimestre. La perte ressort à 151 M$ (0,48$ par action), contre une perte de 125 M$ (0,40$ par action) un an avant. En base ajustée, la perte par action ressort à 0,52$. Les ventes s'élèvent à 2,65 Mds$, contre 2,82 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,56$, pour des revenus de 2,8 Mds$. A magasins comparables, les ventes reculent de 5,4%, contre -0,7% de consensus. Sur l'exercice, le groupe vise désormais une légère baisse de ses ventes à magasins comparables.

NetApp (-11%) a dévoilé ses comptes du second trimestre fiscal. Les profits sont de 241 M$ (0,91$ par action), contre 174 M$ (0,63$ par action) un an avant. Les ventes s'élèvent à 1,52 Md$, contre 1,42 Md$ un an plus tôt. Le bpa ajusté ressort à 1,06$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,99$, pour des revenus de 1,6 Md$. Sur le T3 fiscal, le groupe vise un bpa compris entre 1,12 et 1,18$, pour des ventes logées entre 1,55 et 1,65 Md$.

Manchester United (-4%) a annoncé des résultats trimestriels légèrement inférieurs aux attentes du marché avec un bénéfice opérationnel en retrait de 22,3% à 13,9 millions de livres pour des revenus de 135 M£ (-6,1%). Le résultat net ressort à 6,6 M£ contre 9,6 M£ un an plus tôt. Le club mancunien vise sur l'ensemble de l'exercice un Ebitda ajusté compris entre 175 et 190 M£, contre 182,7 M£ de consensus, pour des recettes allant de 615 à 630 M£.

Apple (+2%). Un fournisseur du groupe, l'Autrichien AMS, qui conçoit des technologies de reconnaissance faciale, vient à son tour d'abaisser ses estimations de revenus ! Le groupe, coté en Suisse, a très franchement réduit ses prévisions de revenus pour le quatrième trimestre, évoquant de récents changements de demande de la part d'un "client majeur". AMS n'a pas vraiment besoin de préciser le nom du client, dans la mesure où Apple représente environ 40% de son chiffre d'affaires ! Les avertissements de fournisseurs d'Apple se sont accumulés ces derniers jours. Le Californien Lumentum a fait beaucoup parler de lui, mais il faut également citer le Britannique IQE, un concepteur de 'puces', ainsi que le fabricant japonais d'écrans Japan Display. Les indices concordent donc et montrent un très probable ralentissement des ventes d'iPhones.

Berkshire (-1%). Warren Buffett apprécie les banques américaines. Sa société Berkshire Hathaway a investi ces derniers mois plusieurs milliards de dollars dans trois établissements de Wall Street. Warren Buffett a notamment acquis, au troisième trimestre, une part d'environ 1% de JP Morgan via un financement de 4 milliards de dollars. Buffett a également renforcé ses positions dans Bank of America et Goldman Sachs, de telle sorte qu'il possède désormais des participations importantes dans trois des quatre plus grandes banques américaines. Outre les trois établissements précédemment cités, Berkshire détient également près de 10% de Wells Fargo. Berkshire est également entré au capital de PNC Financial Services et Travelers, signifiant que trois des quatre nouveaux investissements du conglomérat lors du T3 étaient des sociétés financières. Le dernier étant Oracle.

Dell Technologies (+1%) a relevé de 109 à 120 dollars par action la portion en numéraire de son offre de rachat d'actions reflets ('tracking stocks') liée à sa participation dans le groupe de virtualisation VMware. Dell propose pour chaque action reflet entre 1,504 et 1,813 action ordinaire de catégorie C et 14 milliards de dollars en cash. L'offre antérieure faisait ressortir une part en numéraire de 9 milliards et une parité de 1,366. Le nouveau montant proposé demeure toutefois éloigné de celui désiré par l'investisseur activiste Carl Icahn. Durant l'été, le fabricant de PC avait proposé une offre en cash et en actions de 21,7 Mds$, qui lui permettrait de revenir en bourse par la petite porte à Wall Street sans passer par une IPO classique. Il faudra convaincre pour cela une majorité des propriétaires d'actions reflets. Icahn possède plus de 9% de ces titres.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com