Cotation du 14/12/2018 à 16h43 Dow Jones Industrial -1,14% 24 318,05
  • DJIND - US2605661048

Wall Street retombe, les craintes de remontée des taux pèsent

Wall Street retombe, les craintes de remontée des taux pèsent
Wall Street retombe, les craintes de remontée des taux pèsent
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les marchés américains corrigent ce jeudi, après les récents records. Ainsi, le S&P500 abandonne 0,72% à 2.905 pts et le Nasdaq chute de 1,26% à 7.924 pts, les opérateurs craignant un nouveau durcissement monétaire de la Fed, dans un contexte de forte expansion aux États-Unis. Le DJIA cède pour sa part 0,78% à 26.618 pts.

Tensions palpables

Le rendement du '10 ans' américain (bond du Trésor) est remonté à 3,2%, du jamais vu depuis 2011, la dette gouvernementale américaine demeurant 'vendue' dans cette perspective d'une remontée des taux. Le billet vert est au plus haut d'un mois et demi contre un panier de six devises majeures... Les tensions se sont accentuées hier suite à la publication de deux solides indices américains des services (Markit PMI et ISM), traduisant une vive expansion en septembre. Ces données ont corroboré les dernières indications fournies par le Président de la Fed, Jerome Powell.

Tour de vis

Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'un nouveau tour de vis monétaire d'un quart de point le 19 décembre, pour la dernière réunion monétaire de l'année, se situe à plus de 78%, ce qui porterait alors le taux des fed funds entre 2,25 et 2,50%. Il s'agirait par ailleurs de la quatrième hausse des taux de l'année.

Les prix du pétrole consolident

Les prix du pétrole consolident ce jeudi, après avoir inscrit des sommets de quatre années. Sur le Nymex, le baril de brut WTI (contrat de novembre) fléchit de plus de 1% à 75,6$. Le baril de Brent (pour décembre) est lui aussi en retrait de 0,7% à 85,6$. Le dernier rapport hebdomadaire de l'Energy Information Administration a fait ressortir une forte progression de 8 millions de barils des stocks pétroliers US domestiques de brut en comparaison de la semaine antérieure. En outre, Russie et Arabie saoudite auraient conclu un accord le mois dernier, visant à progressivement augmenter leur production pétrolière afin de compenser l'impact des sanctions contre l'Iran sur l'offre globale.

L'emploi américain en vedette

D'après la dernière étude de la firme Challenger sur le sujet, le nombre de licenciements annoncés par les entreprises aux États-Unis, durant le mois de septembre 2018, est ressorti en forte progression à 55.285, contre 38.472 au mois d'août. Les réductions d'effectifs menées par la banque Wells Fargo représentent cependant près de la moitié des 'coupes' à l'échelle nationale, sans quoi le rapport du jour aurait été en fait plutôt 'positif' dans l'ensemble, confirmant la bonne santé du marché du travail aux USA. Les annonces de licenciements ressortent au plus haut depuis le mois de mars, mais Wells explique l'essentiel du phénomène. Les réductions d'effectifs de Wells Fargo impacteront l'emploi américain durant les trois prochaine années, avec des effets divers selon les mois.

En dehors du secteur financier, les annonces de destructions de postes en septembre ont surtout concerné le segment de la distribution (5.907 postes) et les biens industriels (2.235 emplois).

Rappelons que les opérateurs suivront demain avec la plus grande attention le rapport gouvernemental mensuel sur la situation de l'emploi aux Etats-Unis pour le mois de septembre (consensus 180.000 créations de postes non-agricoles pour 3,8% de taux de chômage, 175.000 créations dans le privé). Hier, le dernier rapport d'ADP sur l'emploi privé faisait ressortir 230.000 créations, contre 179.000 de consensus.

Le Département US au Travail vient d'annoncer ce jour des inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage en recul de 8.000 sur un rythme ajusté des variations saisonnières pour la semaine passée, à 207.000. Le consensus tablait sur un niveau de 215.000.

Commandes industrielles en vive hausse

D'après le rapport gouvernemental du jour aux USA, les commandes industrielles du mois d'août 2018 sont ressorties en augmentation de 2,3% en comparaison du mois antérieur, contre +2,1% de consensus de place et -0,5% pour la lecture révisée du mois de juillet 2018.

Constellation Brands, le groupe à la marque Corona qui vient d'investir près de 4 Mds$ dans le secteur de la marijuana (sur le dossier Canopy Growth), a publié ses derniers comptes trimestriels avant bourse à Wall Street ce jour, tandis que Costco Wholesale annonce après bourse ce soir.

Les valeurs à suivre

Constellation Brands (+4%) grimpe, le groupe ayant relevé ses anticipations de profits pour l'exercice 2019. Le bpa est désormais anticipé entre 9,60 et 9,75$ sur une base ajustée. Pour le trimestre clos fin août 2018, le bénéfice net part du groupe s'est élevé à 1,15 Md$ et 5,87$ par titre, contre 502 M$ un an avant. Les ventes se sont appréciées de 10% à 2,3 Mds$. Le bpa ajusté a représenté 2,87$, contre 2,59$ de consensus.

HP Inc (+3%) vise un bénéfice par action GAAP compris entre 2,04 et 2,14$, et un bpa non-GAAP allant de 2,12 à 2,22$ pour l'exercice 2019. Le free cash flow devrait ressortir à "au moins" 3,7 Mds$ sur l'exercice. A long terme, HP prévoit de reverser entre 50 et 75% du free cash flow annuel à ses actionnaires, avec 75% sur l'exercice 2019. Le groupe annonce d'ailleurs une hausse de 15% de son dividende trimestriel.

Pier 1 Imports (-2%) a publié ses résultats du second trimestre fiscal. La perte nette ressort à 51,1 M$ (0,63$ par action), contre une perte de 7,8 M$ (0,10$ par action) un an avant. Les revenus s'affichent à 355,3 M$, contre 407,6 M$ un an plus tôt. A magasins comparables, les ventes plongent de 11,4%. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action trimestrielle de 0,60$, pour des revenus de 361 M$.

Facebook (-2%). Le Commissariat irlandais à la protection des données a ouvert une investigation formelle à propos de la 'faille' ayant compromis les données de 50 millions d'utilisateurs du réseau social de Menlo Park. Le gendarme irlandais des données est le régulateur qui suit les pratiques de Facebook dans l'Union européenne. Le groupe californien risque, au maximum, une amende de 1,6 Md$.

General Motors (+2%). 'Consumer Reports' a décerné au mode Super Cruise de Cadillac le titre de meilleur système d'aide à la conduite. 'CR' a testé les quatre systèmes les plus populaires.

Apple (-1%) et Amazon (-2%) espionnés ? L'équipementier chinois Super Micro aurait pu insérer des 'puces' utilisées pour l'espionnage d'équipements de centres de données d'Amazon, d'Apple et d'autres groupes, d'après BusinessWeek. Ainsi, des pirates chinois auraient pu espionner les géants technologiques américains, Bloomberg citant une trentaine de compagnies. Des équipements de centres de données d'Amazon Web Services et d'Apple auraient pu ainsi subir ces dernières années la surveillance du gouvernement chinois, grâce à ces minuscules 'puces' qui auraient été intégrées dans les équipements durant leur phase de production.

Bloomberg assure que le problème aurait été identifié en 2015 et confirmé par des enquêteurs indépendants de sécurité engagés par les fournisseurs de services 'cloud'. Les journalistes affirment qu'Apple aurait retiré alors les serveurs de Super Micro, avant de couper tout lien en 2016. Une enquête aurait par la suite été conduite, impliquant des agences gouvernementales. Apple et AWS démentent que ces faits soient liés à des problèmes de 'puces espionnes'. Relatif soulagement toutefois, aucune donnée de consommateur n'aurait été subtilisée.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com