Cotation du 27/01/2023 à 23h10 Dow Jones Industrial +0,08% 33 978,08
  • DJIND - US2605661048

Wall Street retombe avec Microsoft et Boeing

Wall Street retombe avec Microsoft et Boeing
Wall Street retombe avec Microsoft et Boeing
Crédit photo © PivèsPictures

(Boursier.com) — Wall Street est orienté en forte baisse ce mercredi, après une avalanche de publications trimestrielles. Le S&P 500 cède 1,5% à 3.956 pts, le Dow Jones abandonne 1,21% à 33.325 pts et le Nasdaq 2,17% à 11.088 pts. Parmi les grandes valeurs qui viennent de publier, Microsoft et Boeing corrigent. Sur le Nymex, le baril de brut WTI gagne 0,7% sur les 80$. L'once d'or perd 0,1% à 1.933$. L'indice dollar régresse de 0,1% face à un panier de devises de référence.

Les opérateurs se concentrent donc sur les publications trimestrielles. Dans l'ensemble, les annonces confirment le ralentissement économique, qui se ressent dans les comptes. Les annonces de licenciements se multiplient par ailleurs, dernièrement chez Alphabet, Uber ou 3M. Concernant l'évolution des taux, à une semaine désormais du verdict de la Fed, l'outil FedWatch donne une probabilité de plus de 97% d'une hausse de taux de 25 points de base le 1er février, ce qui porterait le taux des fed funds entre 4,5 et 4,75%. Une augmentation supplémentaire d'un quart de point est attendue le 22 mars, à l'issue de la réunion suivante.

L'indice de confiance des investisseurs institutionnels mesuré par State Street pour le mois de janvier 2023 s'est établi à 76,5, contre 75,9 un mois auparavant.

Le rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers domestiques américains, pour la semaine close au 20 janvier, a fait ressortir une hausse de 0,5 million de barils des stocks de brut en comparaison de la semaine antérieure, une augmentation de 1,8 MB des stocks d'essence et un repli de 0,5 MB des stocks de produits distillés.

Dans l'actualité des entreprises, après Microsoft, Boeing ou Texas Instruments, les opérateurs suivront ce soir, après bourse, les comptes de Tesla, IBM, ServiceNow, CSX ou Lam Research.

Les valeurs

Microsoft (-3%), qui vient de confirmer la semaine dernière les suppressions programmées de 10.000 postes, a publié hier soir ses derniers comptes trimestriels. Le géant software de Redmond a déclaré que la croissance des revenus de son activité de cloud computing Azure ralentirait au cours de la période actuelle et a mis en garde contre un nouveau ralentissement des ventes de logiciels d'entreprise, alimentant les inquiétudes quant à une baisse plus marquée de la demande pour les produits qui ont soutenu son élan ces dernières années.

Microsoft a indiqué que son bénéfice ajusté pour la période se terminant le 31 décembre était de 2,32 dollars par action, tandis que les ventes ont atteint 52,7 milliards de dollars. Cela se compare aux projections moyennes des analystes de 2,3$ de bpa et 52,9 milliards de dollars de revenus. Hors effets de change, les revenus d'Azure ont augmenté de 38% pour l'ensemble du trimestre, dépassant légèrement les prévisions des analystes - mais les prévisions sont plus timides. Microsoft a enregistré une charge de 1,2 milliard de dollars, ou 12 cents par action, au cours du dernier trimestre, dont 800 millions de dollars liés aux suppressions d'emplois, qui affecteront moins de 5% de ses effectifs. La société basée à Redmond, dans l'État de Washington, a déclaré la semaine dernière que les frais comprendraient des indemnités de départ, des "modifications de notre portefeuille de matériel" et le coût de la consolidation des baux immobiliers. Le bénéfice net sur le trimestre clos a reculé de 12% à 16,4 milliards de dollars. Les ventes du segment PC, comprenant Windows, les appareils et la recherche sur Internet, ont décliné de 19% à 14,2 milliards. Microsoft s'attend à ce qu'ils s'établissent entre 11,9 et 12,3 milliards sur le trimestre en cours.

Sur le troisième trimestre fiscal 2023 juste entamé, Microsoft envisage des revenus allant de 21,7 à 22 milliards pour l'activité cloud, à comparer à un consensus de 22,1 milliards de dollars et 21,5 milliards sur le trimestre clos.

Boeing (-3%) recule à Wall Street malgré l'annonce d'un flux de trésorerie disponible positif sur l'ensemble de l'année 2022 (2,3 Mds$) pour la première fois depuis 2018. Sur les trois derniers mois de l'exercice, le géant de l'aéronautique a généré plus de 3 milliards de dollars de flux de trésorerie disponible, contre un objectif d'environ 2,5Mds$. Plombé par la crise sanitaire et de multiples problèmes, Boeing avait brûlé plus de 28 Mds$ entre 2018 et 2021.

Malgré cette nette amélioration, la firme est restée dans le rouge sur le quatrième trimestre avec une perte nette de 663 M$ contre un déficit de 4,16 Mds$ un an plus tôt, pour des revenus de 19,98 Mds$, en hausse de 35%. La perte ajustée par action ressort à 1,75$ contre 7,69$ au quatrième trimestre 2021. Le carnet de commandes total atteint 404 milliards de dollars, dont plus de 4.500 avions commerciaux.

Le chiffre d'affaires de la branche aviation commerciale a bondi de 94% à 9,2 milliards de dollars sur le trimestre, grâce à la hausse des livraisons de 737 et 787, partiellement compensée par la faible cadence de production du 787. La marge d'exploitation de -6,8% de la division reflète également les coûts anormaux et les dépenses de la période, y compris celles de recherche et développement. Le programme 737 stabilise son taux de production à 31 unités par mois avec des plans pour augmenter le rythme à environ 50 appareils par mois au cours de la période 2025-2026. La cadence de production du 787 devrait grimper à cinq avions par mois fin 2023, puis à 10 unités en 2025-2026.

ADP (-6%), groupe technologique américain leader des solutions de gestion du capital humain, a publié pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice par action de 1,96$ en croissance à deux chiffres en glissement annuel, ainsi que des revenus de 4,4 milliards de dollars en croissance organique de 10% à devises constantes. L'Ebit ajusté a grimpé de 15% à 1,1 milliard de dollars. Le consensus était de 1,93$ de bénéfice trimestriel ajusté par action pour 4,38 milliards de revenus. Le groupe maintient sa guidance annuelle de croissance de 8 à 9%, alors que le bpa ajusté dilué est anticipé en hausse de 15 à 17%.

Abbott (-2%) a publié pour son quatrième trimestre fiscal des revenus de 10,1 milliards de dollars, nettement supérieurs aux attentes, portant à 43,7 milliards de dollars le total annuel. Hors ventes liées aux tests covid, le chiffre d'affaires trimestriel a reculé de 1,4% en données consolidées et augmenté de 5,4% sur une base organique. Le bénéfice ajusté trimestriel par action a été de 1,03$. Le consensus était de 92 cents de bénéfice trimestriel ajusté par action pour 9,64 milliards de dollars de revenus. Le laboratoire américain envisage pour 2023 une croissance organique hors ventes liées aux tests covid, de 6 à 9%, ainsi que des ventes de tests covid d'environ 2 milliards de dollars. Le groupe dit poursuivre le renforcement de son portefeuille avec "une cadence soutenue" de nouvelles approbations de produits.

Nasdaq Inc (-9%) a publié pour son quatrième trimestre fiscal des revenus en augmentation de 2% en glissement annuel à 906 millions de dollars, pour un bénéfice ajusté par action de 64 cents. Le consensus de place était de 65 cents de bénéfice ajusté par action et 909 millions de dollars de revenus. Pour l'exercice, l'opérateur a affiché des revenus de 3,58 milliards de dollars, en augmentation de 5%, et un bénéfice ajusté par action de 2,66$.

AT&T (+6%), l'opérateur télécom américain, a publié pour son quatrième trimestre des revenus des opérations continues de 31,3 milliards de dollars, une perte nette par action de 3,2$ du fait d'une charge non-cash massive, et un bénéfice ajusté par action positif quant à lui de 61 cents, à comparer à un bpa ajusté de 56 cents un an plus tôt. Le consensus était de 57 cents de bpa ajusté pour 31,4 milliards de dollars de revenus. Le niveau de cash flow des activités opérationnelles atteint 10,3 milliards de dollars sur les opérations poursuivies, pour un free cash flow de 6,1 milliards. Les additions de nouveaux abonnés ont dépassé les attentes avec des promotions agressives durant la saison des fêtes. Néanmoins, AT&T déplore une perte de 23,1... milliards de dollars sur les opérations poursuivies, du fait d'une charge massive de dépréciations de 25 milliards de dollars liée à la hausse des taux d'intérêt et à des dépréciations d'actifs.

Texas Instruments (-2%), géant des semi-conducteurs destinés à l'industrie de la téléphonie mobile, a affiché la première baisse de ses ventes depuis 2020 et livré de maigres prévisions pour le trimestre entamé. Le bénéfice du quatrième trimestre s'est élevé à 2,13 dollars par action, contre un consensus de moins de 2$. Les revenus ont diminué de 3,4% à 4,67 milliards de dollars, après une série d'augmentations à deux chiffres remontant à 2020. Les analystes avaient prévu un niveau de 4,61 milliards de dollars en moyenne. Les revenus du premier trimestre fiscal - qui vient de débuter - sont anticipés entre 4,17 et 4,53 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 4,41 milliards. Le bénéfice est anticipé entre 1,64 à 1,90$ par action, contre un consensus de 1,86$.

Tesla (-2%) publie après bourse ce soir à Wall Street ses derniers résultats financiers trimestriels. Le consensus sur ce trimestre de décembre est logé à 1,13$ de bénéfice ajusté par action pour 24,03 milliards de dollars de revenus. Après avoir testé la barre des 100$ il y a quelques jours sur fond de ventes de panique, le titre est très bien remonté, revenant sur les 140$ pour une capitalisation boursière de 454 milliards de dollars. Néanmoins, la chute boursière est encore supérieure à 60% par rapport aux pics historiques. En guise de prélude, avant sa publication, notons que Tesla a annoncé un nouvel investissement de 3,6 milliards de dollars dans sa gigafactory 'Giga Nevada', qui étend son empreinte de production, bénéficiera de 3.000 nouveaux employés et de deux installations supplémentaires, l'une dédiée aux batteries de la marque et l'autre au camion électrique Tesla Semi - avec l'objectif d'une production à grand volume.

Alphabet (-4%). Google a jugé sans fondement les accusations du Département américain de Justice, qui juge que le groupe abuserait de sa position dominante sur le marché de la publicité en ligne.

©2023

A lire aussi sur Dow Jones Industrial

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !