Cotation du 30/07/2021 à 23h06 Dow Jones Industrial -0,42% 34 935,47
  • DJIND - US2605661048

Wall Street résiste, malgré la menace de l'inflation

Wall Street résiste, malgré la menace de l'inflation
Wall Street résiste, malgré la menace de l'inflation
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street tient le choc ce jeudi, sans grande réaction après des chiffres pourtant inquiétants de l'inflation. Le Nasdaq perd 0,3% avant bourse, alors que le DJIA prend 0,3% et que le S&P 500 reste sensiblement inchangé. Le baril de brut WTI pointe à 70,3$, en hausse de 0,5% sur le Nymex. L'once d'or cède 0,5% à 1.886$. L'indice dollar grappille 0,1% face à un panier de devises. Le bitcoin se redresse encore de 8% sur 24 heures sur Bitfinex en direction des 38.000$.

Les chiffres de l'inflation américaine publiés ce jour ravivent les craintes des marchés. L'indice des prix à la consommation aux États-Unis pour le mois de mai a progressé de 0,6% en comparaison du mois antérieur, contre 0,4% de consensus. Il grimpe même de 5% en comparaison de l'an dernier (consensus 4,6%) ! Hors alimentaire et énergie, éléments volatils, les chiffres sont également préoccupants. Le CPI progresse ainsi de 0,7% par rapport au mois d'avril, contre 0,4% de consensus. Il grimpe de 3,8% en glissement annuel contre 3,4% de consensus de marché.

La croissance de 5% du CPI américain en comparaison de l'an dernier est la plus élevée en près de 13 ans.

Les opérateurs prennent aussi connaissance ce jour des chiffres de l'emploi, avec une sixième semaine consécutive de baisse des inscriptions au chômage aux Etats-Unis, qui restent ainsi sous leur niveau pré-pandémique. Le Département américain au Travail vient en effet d'annoncer, pour la semaine close au 5 juin, des inscriptions au chômage au nombre de 376.000, en repli de 9.000 par rapport à la semaine antérieure. Le consensus était positionné à 368.000.

La moyenne à quatre semaines s'établit à 402.500, en baisse de 25.500, au plus bas depuis le 14 mars 2020. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 29 mai atteint 3,499 millions, en recul de 258.000 sur sept jours (3,665 millions de consensus), également au plus bas depuis la mi-mars 2020.

Dans la soirée, à 20 heures, le Département au Trésor dévoilera le déficit budgétaire du mois de mai (consensus FactSet -250 milliards de dollars).

Ailleurs dans le monde, le principal événement est bien entendu ce jour la réunion de la BCE. Le communiqué monétaire publié il y a quelques instants n'a pas fourni de surprise, avec une confirmation du soutien monétaire et un statu quo de la banque. Le taux de dépôt est maintenu à -0,5% comme attendu. Les taux resteront à leurs niveaux actuels ou plus bas jusqu'à ce qu'une convergence durables soit observée sur les perspectives d'inflation, vers un niveau suffisamment proche de, mais inférieur à 2%. L'enveloppe prévue pour le programme d'achats PEPP reste fixée à 1.850 milliards d'euros. Le conseil des gouverneurs reste prêt à ajuster l'ensemble de ses instruments. Les achats dans le cadre du PEPP continueront d'être réalisés à un rythme nettement supérieur à celui des premiers mois de l'année.

Christine Lagarde confirme qu'il est encore trop tôt pour envisager de lever le soutien monétaire. Pourtant, la BCE prévoit une accélération de l'activité au second semestre - même si les perspectives de court terme sont incertaines. Selon elle, la hausse de l'inflation est liée à des effets de base et des facteurs temporaires, comme l'augmentation des prix de l'énergie. Lagarde juge que l'inflation devrait encore monter au second semestre, puis refluer avec la dissipation des facteurs temporaires. La BCE prévoit désormais une croissance de 4,6% dans la zone euro en 2021, puis 4,7% en 2022 et 2,1% en 2023. L'inflation de base devrait atteindre 1,1% en 2021, 1,3% en 2022 et 1,4% en 2023...

La réunion de la Fed se tiendra quant à elle les 15 et 16 juin, l'occasion peut-être de commencer à discuter d'un 'tapering' très graduel.

Rappelons que les différents responsables de la Fed sont demeurés constants sur la question de l'inflation, jugée transitoire.

Parmi les statistiques de la matinée, les indices des prix à la consommation au Danemark, en Norvège et en Suède sont ressortis relativement contenus. La production industrielle française s'est repliée marginalement en avril.

Dans l'actualité des marchés, notons que selon Bloomberg, les fonds vendeurs à découvert se détourneraient désormais de leurs cibles habituelles pour se concentrer sur les ETF et les grandes compagnies. Il faut croire que les traders sociaux ont donc en quelque sorte gagné la partie à Wall Street, après avoir dopé GameStop, AMC, Clover Health et bien d'autres capitalisations moyennes lourdement 'shortées'.

Concernant le plan d'infrastructures, Joe Biden mènerait désormais des discussions avec un groupe bipartisan, les obstacles demeurant les mêmes selon le Wall Street Journal.

Sur le front sanitaire, la Maison blanche a conclu un accord avec l'Américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech, pour que les laboratoires fournissent 500 millions de doses de leur vaccin anti-covid à 100 pays durant l'année prochaine.

En outre, les dirigeants de l'Union européenne ont demandé ce jour une enquête sans interférence sur les origines du virus, après une enquête de l'OMS diversement appréciée. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a estimé que les enquêteurs devaient disposer d'un accès complet aux données pour trouver l'origine de la pandémie. Reuters évoque pour sa part un projet de communiqué commun UE / USA réclamant une étude transparente et fondée sur les preuves, menée par des experts sous l'égide de l'OMS et libre de toute interférence. La première étude de l'OMS avait conclu à une grande probabilité de l'hypothèse d'un virus transmis des chauves-souris à l'homme par l'intermédiaire d'un animal tiers. Cette enquête repoussait alors l'idée d'un virus échappé d'un laboratoire.

Le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock, a également réclamé ce jour une nouvelle investigation indépendante sur les origines du virus.

Dans l'actualité géopolitique, Biden a révoqué les ordres exécutifs de Donald Trump visant TikTok et WeChat. Dans le même temps, toutefois, Etats-Unis et Union européenne ont conclu un large partenariat autour des technologies et du commerce, afin de faire justement face à la Chine. De plus, Biden a ordonné une revue de sécurité des applications liées à des "adversaires étrangers".

Les valeurs

Pfizer. Les USA prévoient donc d'acquérir 500 millions de doses du vaccin anti-covid de Pfizer / BioNTech pour les distribuer à une centaine d'autres pays.

Johnson & Johnson. L'UE a choisi de ne pas exercer une option sur 100 millions de doses de son vaccin contre le Covid-19. L'Union européenne pourrait en donner 100 millions d'autres.

GameStop, valeur 'star' des traders sociaux américains, a fait état de la nomination en tant que directeur général (CEO) du patron de la filiale australienne d'Amazon, Matt Furlong. La nomination prendra effet le 21 juin. Le titre devrait toutefois souffrir en début de séance, alors que la chaîne de distribution envisage une nouvelle augmentation de capital.

Tesla, le leader californien de l'automobile électrique, est attendant au tournant. Le groupe d'Elon Musk doit présenter une nouvelle version haut de gamme de sa berline Model S.

Boeing et le transporteur aérien américain United Airlines discutent d'une commande importante de monocouloirs. La commande géante d'United Air serait partagée entre le constructeur aéronautique américain et son rival européen Airbus, a appris l'agence Reuters de sources sectorielles.

Amazon, le géant du e-commerce, serait dans le viseur de l'autorité britannique de concurrence, croit savoir le Financial Times, citant trois sources familières de la question. Le régulateur britannique étudierait dans le détail les pratiques du groupe de Jeff Bezos, et notamment celles concernant la collecte des données des utilisateurs, ou encore les mises en avant de certains vendeurs utilisant ses services.

Beyond Air, Chewy et SeaChange, publient après bourse ce soir à Wall Street leurs résultats financiers.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !