Cotation du 23/10/2020 à 23h15 Dow Jones Industrial -0,10% 28 335,57
  • DJIND - US2605661048

Wall Street résiste, malgré la contamination de Trump

Wall Street résiste, malgré la contamination de Trump
Wall Street résiste, malgré la contamination de Trump
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street corrige sans panique ce vendredi, le DJIA perdant 0,87% désormais à 27.576 pts, le S&P500 0,86% à 3.351 pts et le Nasdaq 1,11% à 11.200 pts. Les contaminations de Donald Trump et de la Première Dame pèsent sur les marchés. Le baril de brut WTI perd 3,2% à 37,4$, alors que le Brent de la mer du Nord cède 3,4% à 39,5$. L'once d'or fléchit de 0,2% à 1.911$. L'indice dollar gagne 0,2% face à un panier de devises de référence.

Les chiffres de l'emploi américain publiés ce jour par le Département au Travail sont ressortis mitigés. Le taux de chômage a surpris en forte baisse à 7,9%, contre 8,2% de consensus et 8,4% un mois auparavant. En revanche, les créations de postes non-agricoles du mois de septembre sont ressorties au nombre de 661.000, ce qui ressort très inférieur au consensus FactSet (857.000).

En septembre, le taux de chômage a donc reculé de 0,5 point de pourcentage, alors que le nombre des personnes sans emploi a baissé de 1 million, à 12,6 millions. Les deux mesures reculent depuis cinq mois désormais, mais restent supérieures aux niveaux de février, de 4,4 points de pourcentage et 6,8 millions.

Pour le mois de juillet, les créations de postes ont été révisées en hausse de +27.000, à 1,761 million. Pour le mois d'août, la lecture est révisée en hausse de +118.000, à 1,489 million de créations d'emplois.

L'indice final du sentiment des consommateurs de l'Université du Michigan pour le mois de septembre est ressorti à 80,4, contre 79 de consensus de marché et 78,9 pour la lecture antérieure.

Les commandes industrielles américaines, qui viennent également d'être publiées, se sont établies en hausse de 0,7% au mois d'août 2020, en comparaison du mois antérieur, contre +1% de consensus et +6,5% pour la lecture révisée du mois antérieur.

"Ce soir, @FLOTUS et moi-même avons été testés positifs au COVID-19. Nous commençons immédiatement notre processus de quarantaine et de rétablissement. Nous allons surmonter cela ENSEMBLE!". Le tweet posté par le président américain Donald Trump a fait l'effet d'une bombe, et pèse inévitablement sur les marchés. Le locataire de la Maison blanche avait précédemment indiqué que la conseillère Hope Hicks avait été testée positive au virus. Trump attendait alors les résultats de ses propres tests ainsi que ceux de la Première Dame.

Trump a donc été testé positif au nouveau coronavirus, ainsi que son épouse Melania Trump. La nouvelle intervient à un mois de l'élection présidentielle. "Comme trop d'Américains l'ont fait cette année, @potus (ndlr : Donald Trump) et moi-même sommes en quarantaine à domicile après avoir été testés positifs au coronavirus. Nous nous portons bien et j'ai reporté tous mes engagements à venir", a tweeté pour sa part Melania Trump.

Trump, qui brigue son second mandat lors de l'élection présidentielle du 3 novembre, avait précisé jeudi s'être déjà placé en quarantaine après que sa conseillère Hope Hicks eut été testée positive. Hope Hicks voyage bien souvent avec le leader de la Maison blanche dans l'avion présidentiel Air Force One. Elle l'a notamment accompagné dans l'Ohio cette semaine pour le premier des trois débats présidentiels puis dans le Minnesota pour un événement de campagne.

Trump, 74 ans, affiche un bon état de santé depuis son arrivée à la Maison blanche. Il est fréquemment testé pour le dépistage du coronavirus, mais a poursuivi ses déplacements ces derniers jours en vue de la présidentielle et prend ainsi part à de nombreux rassemblements. Le leader américain ne se déplacera évidemment pas en Floride ce vendredi comme il était initialement prévu.

La crise sanitaire avait été abordée bien sûr lors du débat télévisé qui avait opposé mardi Trump à son rival démocrate Joe Biden à Cleveland. Biden avait attaqué le président américain pour sa gestion de la crise du covid, qui a fait plus de 200.000 victimes aux USA, pays le plus touché par la pandémie. Trump a souvent relativisé l'importance de la crise sanitaire, du port du masque ou des mesures de restrictions. Il a ainsi privilégié la reprise de l'activité économique, ce qui lui a été reproché par Biden, qui estime son concurrent obnubilé par les marchés boursiers.

L'ex-vice-président d'Obama a mis en doute le leadership de Trump, jugeant que ce dernier aurait "paniqué" et n'aurait pas été capable de protéger les Américains. Trump a assuré pour sa part que son administration et lui avaient fait un travail "génial".

Voici la lettre publiée avec l'autorisation de la Maison blanche par le médecin Sean P. Conley : "Ce soir j'ai reçu confirmation que le Président Trump et la Première Dame Melania Trump avaient été testés positifs au virus SARS-CoV-2. Le Président et la Première Dame vont tous les deux bien à cette heure, et ils prévoient de rester confinés à la Maison blanche durant leur convalescence. L'équipe médicale de la Maison blanche et moi-même maintiendront une surveillance vigilante, et j'apprécie le soutien fourni par certains des plus grands professionnels médicaux et institutions. Soyez assurés que je m'attends à ce que le Président continue à assumer ses devoirs sans interruption durant son rétablissement, et que je vous tiendrai informés des développements futurs".

Le vice-président américain Mike Pence a également subi un test de dépistage dont le résultat est ressorti négatif, de même que le Secrétaire au Trésor Mnuchin.

Trump ne présenterait toutefois que de légers symptômes du virus, a déclaré un responsable de la Maison blanche. Deux personnes bien informées ajoutent que les symptômes du président américain évoquent ceux d'un rhume, selon le New York Times...

Enfin, Nancy Pelosi a affirmé que la quarantaine de Trump changeait la dynamique des négociations sur l'adoption du plan de relance négocié au Congrès, ce qui semble interprété comme un élément positif par les marchés, qui estiment que cela pourrait accélérer les choses.

Selon les derniers chiffres de l'Université Johns Hopkins, l'épidémie du nouveau coronavirus a fait 1,024 million de morts dans le monde, dont 207.818 aux Etats-Unis, 144.680 au Brésil et 99.773 en Inde. 34,4 millions de cas confirmés ont été recensés dans le monde depuis l'émergence du virus, dont 7,3 millions aux USA, 6,4 millions en Inde et plus de 4,8 millions au Brésil.

Face aux conséquences économiques du virus, l'administration Trump et les démocrates ne sont toujours pas parvenus à un compromis sur un nouveau plan de relance venant en aide aux Américains et aux entreprises. Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor, et Nancy Pelosi, dirigeante démocrate de la Chambre des représentants, se sont rencontrés hier sans succès. Pelosi s'est montrée très dubitative quant à la possibilité d'un accord. Les discussions avaient repris mercredi et Mnuchin s'était montré confiant, faisant état de progrès. Pelosi indique pour sa part que les deux clans partent de positions très éloignées...

Les négociations bloquent surtout sur la question du montant du plan, l'administration Trump se montrant nettement moins généreuse (ou dépensière) que les démocrates, qui voudraient aller jusqu'à 3.000 milliards de dollars. Chaque camp a fait tout de même un pas en direction de l'autre, les républicains remontant le curseur à 1.600 milliards de dollars et les démocrates l'abaissant à 2.200 milliards. Le plan démocrate a été adopté hier par la Chambre mais ne devrait pas en l'état franchir le Sénat majoritairement républicain.

Concernant le Brexit, selon une source de Reuters, Michel Barnier a indiqué aux députés européens que les dernières discussions entre le Royaume-Uni et l'UE avaient permis des progrès dans certains domaines, mais que beaucoup de problèmes resteraient en suspens. Les discussions commerciales entre UE et Royaume-Uni se poursuivront à Londres la semaine prochaine et à Bruxelles la semaine suivante. Barnier laisse entendre que les discussions n'iraient pas au-delà des deux dernières semaines d'octobre.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré qu'aucun progrès majeur n'était ressorti des négociations entre L'Union européenne et la Grande-Bretagne, mais qu'elle restait confiante dans la conclusion d'un accord avant la fin de l'année.

Les valeurs

Walmart (-2%) a annoncé la vente d'une part majoritaire dans sa filiale de grande distribution britannique Asda à un consortium mené par TDR Capital. L'opération atteint 6,5 milliards de livres (8,8 Mds$). Le groupe d'investisseurs dirigé par TDR aurait battu Apollo Global Management. La société de capital-investissement basée à Londres s'est associée avec les frères Issa, les milliardaires britanniques propriétaires d'EG Group, pour conclure le deal. Le géant américain des supermarchés est propriétaire d'Asda depuis 1999, date à laquelle il a racheté la chaîne britannique pour 6,7 Mds£.

Tesla (-2%) vient de publier ses chiffres de production et de livraisons pour le troisième trimestre. Le Californien de Palo Alto indique avoir produit plus de 145.000 véhicules sur le trimestre clos et livré près de 140.000 unités. Le constructeur a ainsi produit 16.992 Model S&X et 128.044 Model 3&Y, ce qui donne un total de 145.036 unités. Tesla a livré 15.200 Model S&X, ainsi que 124.100 Model 3&Y, soit un total de 139.300 véhicules. Le stock de nouveaux véhicules a décliné un peu plus sur le trimestre, le groupe améliorant encore son efficacité.

Le bénéfice net trimestriel et le cash flow seront annoncés quant à eux avec le reste de la performance financière, lors de la publication des comptes du troisième trimestre. Tesla ajoute que son décompte en matière de livraisons doit être perçu comme assez conservateur... Elon Musk, patron du leader californien de l'automobile électrique, a par ailleurs indiqué sur Twitter que le constructeur allait faire son entrée sur le marché indien dès l'année prochaine.

Amazon (-1%), le colosse américain du e-commerce, a annoncé que plus de 19.000 de ses employés avaient contracté le coronavirus cette année aux États-Unis. L'information avait été réclamée au groupe de Jeff Bezos par les défenseurs des droits des travailleurs, qui critiquaient la réponse apportée par le groupe à la crise sanitaire actuelle.

Alphabet (-1%). Le moteur de recherche Internet Google, propriété d'Alphabet, a reporté le lancement australien de son service de reprise d'articles de presse News Showcase. Google s'est engagé à rémunérer les producteurs de contenus, mais le groupe évoque des complications réglementaires et repousse donc pour l'heure le lancement, trois mois après son annonce.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !