Cotation du 13/11/2018 à 22h56 Dow Jones Industrial -0,40% 25 286,49
  • DJIND - US2605661048

Wall Street remonte, Trump fait le show

Wall Street remonte, Trump fait le show
Wall Street remonte, Trump fait le show
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street tente de se reprendre ce mardi, le DJIA s'accordant 0,72% à 24.620 pts et le Nasdaq se redressant de 0,22% à 7.065 pts. Le S&P500 s'adjuge quant à lui 0,4% à 2.652 pts... Hier soir, la cote américaine avait assez lourdement corrigé du fait des craintes de durcissement de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Le DJIA était ainsi retombé de 1% et le Nasdaq de 1,6%, après un début de journée dans le vert soutenu par l'OPA de 34 Mds$ d'IBM sur Red Hat.

Sur le réseau social Twitter, qui constitue son principal canal de communication, le Président américain Donald Trump commente les récents mouvements boursiers avec décontraction ce mardi : "La Bourse est en forte hausse depuis les Élections, mais prend maintenant une petite pause - les gens veulent voir ce qui se passera avec les Midterms (élections de mi-mandat). Si vous voulez que vos actions baissent, je suggère fortement de voter Démocrate. Ils aiment le modèle financier du Venezuela, les taxes élevées et les frontières ouvertes!", s'amuse Trump.

Trump suggère à la Fed d'assouplir ses positions

Le Président américain Donald Trump a beau répéter à qui veut l'entendre qu'il ne veut pas influencer la Banque centrale américaine, cela y ressemble tout de même fort. Ainsi, le leader américain vient ce mardi de tweeter un commentaire de Scott Wren, stratège senior des marchés actions mondiaux chez Wells Fargo, déclarant : "Si la Fed faisait machine arrière et commençait à parler de manière un peu plus accommodante, je pense que nous reviendrions aussi vite à l'objectif allant de 2.800 à 2.900 (points) que nous avions pour le S&P500".

On se doute bien évidemment que cet avis est amplement partagé par Trump, qui est tout à fait hostile à la politique actuelle de durcissement monétaire de la Fed et l'a déjà fait savoir à de nombreuses reprises.

Guerre commerciale pesante

La guerre commerciale inquiète quant à elle, une fois de plus. D'après trois personnes familières de la question citées par l'agence Bloomberg, les États-Unis se prépareraient à annoncer début décembre de nouveaux tarifs douaniers qui porteraient sur la totalité des importations chinoises restantes, en cas d'échec des discussions prévues le mois prochain entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping.

Des taxes supplémentaires sur la totalité des imports chinois ?

En cas d'annonce début décembre d'une nouvelle liste de produits chinois taxés, la mise en oeuvre effective des prélèvements douaniers supplémentaires pourrait intervenir début février. Elle concernerait alors environ 257 milliards de dollars de produits chinois importés additionnels, d'après deux sources de Bloomberg. Ainsi, les USA appliqueraient alors des taxes supplémentaires à la totalité des importations chinois, qui représentent plus de 500 milliards de dollars.

Trump veut croire à un accord

Une intervention officielle de Donald Trump a tout de même réconforté quelque peu les marchés hier soir. Ainsi, le Président américain, interviewé par Fox News, a affirmé : "Je pense que nous trouverons un grand accord avec la Chine, et il doit être grand car ils ont asséché notre pays".

Les investisseurs vont désormais surveiller de près l'évolution des relations commerciales entre les deux pays, qui se sont déjà infligés de lourdes sanctions réciproques. Les entreprises ont d'ailleurs déjà souligné pour certaines le réel impact de cet affrontement commercial sur les coûts et l'activité.

Lu Kang, un porte-parole du Ministère chinois aux affaires étrangères, a estimé pour sa part que les USA devaient mener des discussions sur une base d'égalité et de confiance, au lieu de faire d'autres sortes de 'bruits'.

Un 'conflit' déjà profond

Les Etats-Unis ont déjà appliqué des taxes supplémentaires à plus de 250 Mds$ d'importations chinoises depuis le début de ce conflit. Fin septembre, La Maison Blanche a ainsi mis ses menaces à exécution en annonçant la création de taxes de 10% sur 200 milliards de dollars supplémentaires d'importations chinoises, qui s'ajoutaient aux 50 Mds$ déjà surtaxés. La Chine avait annoncé par la suite son intention d'imposer à partir du 24 septembre de nouvelles taxes douanières portant sur 60 milliards de dollars d'importations américaines. 110 Mds$ d'importations US en Chine ont donc désormais subi des taxes additionnelles...

"Nous allons gagner"

Trump, interrogé samedi dans l'Indiana, évoquait simplement "un conflit commercial". "Je veux utiliser ce mot, parce que c'est un mot joli et doux - mais nous allons gagner... Vous savez pourquoi ? Parce que nous gagnons toujours".

Dollar au plus haut de 10 semaines

Le billet vert s'affiche au plus haut de dix semaines contre un panier de devises ce mardi, en hausse de 0,2% supplémentaire, jouant son rôle refuge dans un contexte international et économique tendu.

Pétrole sous pression

Les prix du pétrole reculent encore. Le baril de brut WTI perd 2,2% sur le Nymex à 65,6$ (contrat de décembre), alors que le Brent cède 2,3%. L'Arabie saoudite et la Russie entendent en effet augmenter leurs productions afin de compenser l'impact des sanctions contre l'Iran qui prennent effet début novembre.

Prix de l'immobilier et indice de confiance 'en ligne'

Sur le front économique aux Etats-Unis ce mardi, l'indice S&P Corelogic Case-Shiller des prix américains de l'immobilier pour le mois d'août est ressorti sans grand relief. L'indice '20-City' des 20 principales zones métropolitaines, ajusté des variations saisonnières, a augmenté comme prévu de 0,1% en comparaison du mois antérieur. Il est ressorti stable hors ajustements saisonniers.

L'indice de confiance des consommateurs américains pour le mois d'octobre 2018 est ressorti à 137,9, d'après le Conférence Board ce jour, contre un consensus de place de 136,3 et un niveau révisé (en baisse) à 135,3 pour le mois de septembre 2018. Cet indice de confiance ressort au plus haut niveau depuis l'année 2000, comme le remarque Donald Trump.

Les publications financières trimestrielles se poursuivent quant à elles à Wall Street ce jour, avec notamment les comptes des firmes Aetna, Allergan, Cognizant, Coca-Cola, Pfizer, Mastercard, KBR, General Electric ou Fiat Chrysler.

Facebook, T-Mobile US, Herbalife, eBay, Amgen, Baidu, Anadarko ou 3D Systems, publient quant à eux après bourse.

GE et Pfizer déçoivent, Coca-Cola maintient le cap

General Electric (-3%) a publié des comptes inférieurs aux attentes pour son troisième trimestre. GE a affiché sur le trimestre clos une perte nette impressionnante de 22,8 milliards de dollars, 2,62$ par titre, du fait de dépréciations de 22 milliards liées à la division énergie. Le bénéfice ajusté par action est ressorti pour sa part positif de 14 cents, mais reste inférieur au consensus de place qui se situait à 21 cents. Les revenus du groupe ont totalisé 29,6 milliards de dollars, également légèrement inférieurs au consensus.

Le groupe tronque son dividende trimestriel, qui passe à 1 cent par titre contre 12 cents auparavant. Le conglomérat entend séparer sa division 'Power' en deux unités. Le groupe, désormais dirigé par Larry Culp, doit résoudre en priorité le 'problème' GE Power. Même en dehors des charges de dépréciations, la division a perdu 631 M$. Culp entend donc s'activer : "Mes priorités pour mes 100 premiers jours sont de positionner notre activité pour gagner, à commencer par Power, et d'accélérer le désendettement". Le nouveau CEO estime que GE progresse rapidement en vue d'une amélioration de sa position financière. GE va séparer ses activités turbines à gaz et ses opérations de services des autres activités 'Power'. Le groupe n'a pas maintenu sa guidance de bénéfice annuel ajusté par action allant de 1 à 1,07$, mais n'a pas fourni de nouvelles estimations. Le consensus s'est récemment ajusté en baisse à 88 cents.

Pfizer (-1%), géant pharmaceutique américain, a annoncé ses résultats du troisième trimestre. Le résultat net s'affiche à 4,11 Mds$ (0,69$ par action), contre 2,84 Mds$ (0,47$ par action) un an avant. Le bpa ajusté montent de 16% à 0,78$. Les revenus progressent de 1% à 13,3 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,75$, pour des revenus de 13,5 Mds$. Sur 2018, le groupe vise désormais des revenus logés entre 53 et 53,7 Mds$, contre une précédente fourchette de 53/55 Mds$. Le bpa est quant à lui désormais attendu entre 2,98 et 3,02$, contre une précédente fourchette de 2,95/3,05$.

Coca-Cola (+2%), le leader des soft drinks, a publié ses résultats du troisième trimestre. Les profits sont de 1,88 Md$ (0,44$ par action), contre 1,45 Md$ (0,33$ par action) un an avant. Le bénéfice par action ressort à 0,58$, en hausse de 14%. Les revenus reculent de 9% à 8,25 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,55$, pour des revenus de 8,2 Mds$. Sur 2018, le groupe vise toujours un bpa en hausse de 8 à 10% par rapport à 2017 (1,91$).

Mondelez (+3%) a annoncé ses résultats du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 1,19 Md$ (0,81$ par action), contre 981 M$ (0,64$ par action) un an avant. Le bénéfice par action ajusté ressort à 0,62$, en hausse de 18% en glissement annuel. Les revenus s'élèvent à 6,29 Mds$, contre 6,53 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,60$, pour des revenus de 6,3 Mds$. Sur 2018, le groupe vise une croissance organique de ses revenus de 2% et une croissance à deux chiffres de son bpa ajusté.

Allergan (-6%) a dévoilé ses résultats du troisième trimestre. La perte nette ressort à 37,9 M$ (0,11$ par action), contre une perte de 4,03 Mds$ (12,07$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche à 4,25$, contre 4,15$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus sont de 3,91 Mds$, contre 4,03 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 4,04$, pour des revenus de 3,89 Mds$. Sur l'exercice, le bpa ajusté est désormais attendu entre 16,20 et 16,60$, contre une précédente fourchette de 16/16,50$.

Aetna (+1%) a annoncé ses résultats du troisième trimestre. Les profits s'affichent à 1 Md$ (3,03$ par action), contre 838 M$ (2,52$ par action) un an avant. Les bpa ajusté ressort à 2,96$, contre 2,45$ un an plus tôt. Les revenus montent de 3% à 15,48 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,83$, pour des revenus de 15,3 Mds$.

MasterCard (-2%) a publié ses résultats du troisième trimestre. Les profits sont de 1,9 Md$ (1,82$ par action), contre 1,4 Md$ (1,34$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,78$, contre 1,34$ un an plus tôt. Les revenus s'affichent à 3,9 Mds$, contre 3,4 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,68$, pour des revenus de 3,9 Mds$.

Fiat Chrysler Automobiles (-2%) renoue avec le versement de dividende. Le constructeur américano-italien va verser un dividende exceptionnel de 2 milliards d'euros suite à la vente de l'équipementier Magneti Marelli au Japonais Calsonic Kansei pour 6,2 milliards d'euros. Le groupe compte également reprendre la distribution de dividendes réguliers à partir de l'an prochain. FCA a enregistré sur la période juillet-septembre un bénéfice opérationnel en hausse de 13%, à 1,995 milliard d'euros, pour des ventes en progression de 9%, à 28,77 MdsE. Des chiffres supérieurs aux attentes du marché.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com