Cotation du 18/01/2019 à 22h43 Dow Jones Industrial +1,38% 24 706,35
  • DJIND - US2605661048

Wall Street rebondit, ballotté au gré des rumeurs sur les négociations commerciales

Wall Street rebondit, ballotté au gré des rumeurs sur les négociations commerciales
Wall Street rebondit, ballotté au gré des rumeurs sur les négociations commerciales
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La tendance est clairement positive pour l'heure avant bourse ce mardi à Wall Street. La cote américaine avait déjà agréablement surpris hier soir en effaçant ses pertes initiales pour clôturer dans le vert (+0,14% sur le DJIA et +0,74% sur le Nasdaq). En pré-séance ce jour, le S&P500 est attendu en progression de 1,2%, alors que le Nasdaq gagne 1,5%...

Sur le marché des changes, l'indice dollar, mesurant les fluctuations du billet vert face à un panier de devises, se replie de 0,2% sous les 97. Sur le Nymex cette fois, le baril de brut WTI (contrat de janvier) s'accorde 1,5% à 51,8$...

Progression des prix à la production

D'après le rapport gouvernemental du jour aux Etats-Unis, l'indice des prix à la production du mois de novembre 2018 est ressorti en augmentation de 0,1% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus logé proche de la stabilité et un gain de 0,6% pour le mois antérieur. Hors alimentaire et énergie, cet indice américain des prix à la production s'est apprécié de 0,3% en comparaison du mois précédent, contre +0,1% de consensus de place et +0,5% un mois plus tôt. Cela marque donc une baisse de l'inflation des prix producteurs en comparaison du mois d'octobre, mais une augmentation tout de même supérieure au consensus.

En glissement annuel, par rapport au mois de novembre 2017, l'indice des prix à la production a grimpé de 2,5% et même de +2,7% hors alimentaire et énergie (contre respectivement +2,9% et +2,6% un mois auparavant).

Reprise du dialogue commercial entre Washington et Pékin

De hauts responsables du commerce chinois et américains se sont entretenus ce jour par téléphone, signalant une poursuite du dialogue entre les deux pays sur les questions commerciales, malgré les tensions diplomatiques relatives à l'arrestation au Canada de la directrice financière de Huawei.

Le vice-Premier ministre chinois Liu He s'est entretenu quoi qu'il en soit ce jour par téléphone avec le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, et le représentant au Commerce Robert Lighthizer, a annoncé le ministère chinois du Commerce, cité par Reuters. La discussion s'est déroulée après que Robert Lighthizer a déclaré dimanche que le 1er mars était bien une date butoir ferme pour que les Etats-Unis et la Chine parviennent à un accord sur le commerce et qu'en cas d'échec, de nouveaux prélèvements douaniers allaient être infligés. Le Président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping ont décidé le 1er décembre à Buenos Aires, en marge du G20, de trouver un accord sous 90 jours sur les questions commerciales.

Calendrier et feuille de route...

"Les deux parties ont échangé leurs opinions pour la mise en application du consensus obtenu par les dirigeants des deux pays durant leur rencontre, et ont avancé sur le calendrier et la feuille de route des prochains travaux de consultation sur le commerce", indique le communiqué du ministère chinois du Commerce, repris par Reuters.

Pesante affaire Huawei

L'affaire Huawei a grandement compliqué les choses depuis quelques jours. La directrice financière du colosse chinois des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, fille du fondateur du groupe, est détenue depuis le 1er décembre au Canada, et réclame sa remise en liberté sous caution en attendant une audience d'extradition. Elle cite des motifs médicaux. Meng Wanzhou affirme être innocente et conteste les allégations. Elle a été arrêtée au début du mois alors qu'elle était en transit entre deux vols à l'aéroport de Vancouver. Elle risque une extradition vers les Etats-Unis.

Washington accuse la dirigeante d'avoir dissimulé des liens entre Huawei et une firme qui tentait de contourner les sanctions américaines contre l'Iran.

L'audience qui devait décider de l'éventuelle remise en liberté de Meng Wanzhou a été ajournée à mardi par le tribunal de Vancouver, au Canada, devant lequel comparaissait hier la directrice financière du colosse télécom chinois. Hier lundi, l'avocat de Meng Wanzhou a proposé une remise en liberté contre une caution de 15 millions de dollars canadiens et affirmé que la pose d'un bracelet électronique suffirait à garantir qu'elle ne prenne pas la fuite...

Un geste de bonne volonté de Pékin dans l'automobile ?

La Chine s'achemine vers une réduction des tarifs douaniers imposés aux voitures importées des États-Unis, une concession déjà constatée par le Président Donald Trump suite aux discussions commerciales en Argentine. L'agence Bloomberg note ainsi qu'une proposition visant à réduire les droits de douane sur les voitures fabriquées aux États-Unis, des 40% actuels à 15%, a été soumise au Cabinet chinois pour examen dans les prochains jours. Bloomberg cite à ce propos des personnes proches du dossier... Rien n'aurait néanmoins encore été finalisé, et la mesure pourrait encore évoluer.

Trump avait prévenu

Au mois de juillet, la Chine avait porté ses tarifs douaniers sur les voitures de fabrication américaine à 40% dans le cadre de mesures de rétorsion contre les États-Unis consécutives à l'offensive commerciale américaine. Suite au sommet de Buenos Aires, Trump avait affirmé que la Chine allait réduire et supprimer les droits de douane sur les voitures importées des USA. La Chine n'avait alors pas confirmé. Le tweet de Trump à propos de la réduction des droits sur les automobiles américaines avait été posté peu après l'accord avec le leader chinois Xi Jinping sur une trêve dans la guerre commerciale.

Rappelons que ces tarifs n'ont pas été sans conséquences. Les ventes de voitures en Chine ont diminué pour le sixième mois consécutif en novembre, et le marché chinois pourrait ainsi afficher sa première baisse annuelle en plus de deux décennies, indique Bloomberg.

Impact conséquent pour les constructeurs américains

Sur 51 milliards de dollars d'importations de véhicules en Chine en 2017, environ 13,5 milliards provenaient d'Amérique du Nord. Les exportations américaines de voitures et de camions légers vers la Chine se sont élevées à 9,5 milliards de dollars en 2017 et ont considérablement diminué depuis que la Chine a imposé ses tarifs au cours de l'été, relève Bloomberg. Cette situation procurait un avantage aux autres constructeurs étrangers, européens notamment.

Programme 'light' du côté des entreprises

Les publications d'entreprises cotées à Wall Street sont assez rares ce jour, avec tout de même American Eagle, Casey's General Stores ou Francesca's Holdings.

Alphabet. Sundar Pichai, directeur général de Google, témoigne ce jour devant la commission de Justice de la Chambre américaine des représentants, à propos des pratiques du groupe californien dans les médias sociaux.

Amazon, le colosse américain du commerce en ligne, convoiterait - selon un article d'Alphaville - le distributeur britannique Morrisons. Le titre WM Morrison Supermarkets pointe actuellement en assez nette hausse sur ces rumeurs.

Boeing publie ce jour ses chiffres mensuels de commandes et livraisons. Le constructeur aéronautique américain devrait par ailleurs bénéficier, en bourse ce jour, des espoirs commerciaux liés aux négociations sino-américaines.

Casey's General Stores publie ses résultats du second trimestre fiscal. Les bénéfices s'affichent à 66,6 M$ (1,80$ par action), contre 48,9 M$ (1,28$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 2,54 Mds$, contre 2,15 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,61$, pour des revenus de 2,53 Mds$.

Francesca's Holdings annonce ses résultats du troisième trimestre. Les ventes baissent de 10% à 95,4 M$ (-14% à magasins comparables). La perte s'affiche à 16,2 M$ (0,47$ par action), contre un bénéfice de 239 M$ (0,01$ par action) un an avant. En base ajustée, la perte par action est de 0,17$. Les analystes anticipaient une perte par action trimestrielle de 0,18$, pour des ventes de 95 M$. Sur le T4, le groupe vise des ventes comprises entre 118 et 124 M$ (entre -15 et -10% à comparable), pour une perte nette par action entre 0,14 et 0,07$.

Verizon Communications, premier opérateur télécom mobile aux Etats-Unis, entend supprimer plus de 10.000 emplois d'ici mi-2019 dans le cadre d'un programme de départs volontaires, et face aux investissements dans la téléphonie mobile de cinquième génération. Le groupe va passer une charge de 1,8 à 2,1 milliards de dollars dans ses comptes du trimestre en cours, du fait des suppressions d'emplois.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com