Cotation du 15/10/2021 à 22h46 Dow Jones Industrial +1,09% 35 294,76
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : puissants rebonds du Dow Jones et du Nasdaq

Wall Street : puissants rebonds du Dow Jones et du Nasdaq
Wall Street : puissants rebonds du Dow Jones et du Nasdaq
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine s'offre un rebond ce jeudi, soulagée par le tassement salutaire des prix de l'énergie et la perspective d'un accord de court terme sur le plafond de la dette. Le DJIA grimpe de 1,51% à 34.936 pts, alors que le Nasdaq s'accorde 1,65% à 14.739 pts. Le S&P 500 progresse de 1,42% à 4.425 pts. Le baril de brut WTI se stabilise à 77,5$, tandis que le gaz naturel décline de 1,6%. L'once d'or rend 0,1% à 1.759$. L'indice dollar abandonne 0,1% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin consolide de 1,5% à 53 612$. Les marchés sont rassurés par le compromis potentiel sur le plafond de la dette. Ils semblent relativiser par ailleurs désormais le risque Evergrande ou la perspective du 'tapering' de la Fed dans un contexte de haute inflation... un peu moins transitoire que prévu.

Les opérateurs prennent connaissance de nouveaux chiffres de l'emploi américain ce jour, au lendemain d'une bonne surprise sur l'emploi privé (568 000 créations de postes en septembre selon ADP, contre 430 000 de consensus Bloomberg). Selon le dernier rapport Challenger sur la question, les annonces de licenciements des entreprises américaines pour le mois de septembre ont concerné 17 895 emplois, contre 15 723 un mois auparavant.

Les inscriptions au chômage aux Etats-Unis ont diminué plus que prévu la semaine passée et restent proches de leur niveau de mars 2020. Le Département américain au Travail vient en effet d'annoncer, pour la semaine close au 2 octobre, des inscriptions au chômage au nombre de 326.000, en repli de 38.000 par rapport à la semaine antérieure. Le consensus était positionné à 348.000.

Les chiffres du crédit à la consommation du mois d'août seront révélés à 21 heures (consensus 18 milliards de dollars). Les opérateurs suivront aussi l'intervention ce jour de Loretta Mester de la Fed.

Le grand rendez-vous de fin de semaine est pour demain vendredi, avec le rapport gouvernemental mensuel sur la situation de l'emploi aux USA pour septembre (consensus FactSet 488 000 créations de postes non-agricoles, 5,1% de taux de chômage, 61,7% de taux de participation à la force de travail).

Jerome Powell pourrait bien rempiler à la tête de la Fed pour un nouveau mandat, malgré la récente controverse autour des investissements d'Eric Rosengren, de Robert Kaplan et de Richard Clarida. L'hypothèse d'un éventuel remaniement de la direction de la Fed avait été alimentée récemment par les divulgations financières mettant en évidence les transactions de certains responsables de la banque centrale américaine. Le président de la Fed, Powell, avait ainsi été attaqué par la sénatrice démocrate Elizabeth Warren à la suite de ces révélations. Warren faisait déjà partie du camp des progressistes qui soutenaient que Powell ne devrait pas être reconduit à la présidence de la Fed parce qu'il n'en faisait pas assez sur la réglementation bancaire et le changement climatique...

Cependant, certains estiment que ce 'drame' de la reconduction a été largement fabriqué. La Maison Blanche a d'ailleurs maintenu que le président Biden avait confiance en Powell. Le New York Times a également cité des personnes familières avec les discussions internes à la Maison Blanche, qui ont déclaré que Powell continuait d'avoir de bonnes chances d'être renommé compte tenu du respect qu'il avait gagné auprès de l'administration Biden avec son utilisation agressive des outils non conventionnels de la Fed en réponse à la pandémie.

Après trois mois d'impasse, une solution, bien que temporaire, semblait enfin être à portée de main mercredi soir à Washington, afin de résoudre le problème crucial du plafond de la dette fédérale, dont le dépassement menace d'entraîner un défaut des Etats-Unis sur leur dette courant octobre... Les Républicains du Sénat se sont ainsi dit prêts à approuver un relèvement temporaire de ce plafond jusqu'en décembre, afin d'éviter un défaut de paiement historique aux lourdes conséquences économiques.

Le leader de la minorité républicaine au Sénat Mitch McConnell a indiqué que son parti soutiendrait le vote d'une texte dit "de réconciliation" qui permet d'adopter le texte avec une majorité simple de 51 voix. Le Sénat est divisé à 50/50 entre Républicains et Démocrates mais ces derniers peuvent si nécessaire atteindre la majorité avec la voix de la vice-présidente Kamala Harris.

Mitch McConnell a indiqué avoir décidé d'approuver le recours à des procédures normales de vote "pour protéger le peuple américain d'une crise à court terme créée par les Démocrates". "Nous allons permettre aux démocrates de recourir à des procédures normales pour adopter en urgence une extension de la limite de la dette (...) pour couvrir les niveaux de dépenses actuels jusqu'en décembre", a-t-il dit dans un communiqué.

Précédemment, le leader de majorité démocrate au Sénat Chuck Schumer avait prévu de soumettre mercredi au vote un texte selon une procédure exigeant une majorité qualifiée de 60 voix pour être adopté, mais que les Républicains refusaient d'approuver. En fin de soirée, les Démocrates ont annoncé logiquement le report de ce vote et examinaient la proposition républicaine.

Toutefois, s'ils acceptent cette proposition, les démocrates devront de nouveau se pencher en décembre sur cette épineuse question du plafond de la dette, juste avant l'expiration des financements des administrations fédérales. Un scénario qui pourrait compliquer davantage leurs efforts pour faire adopter les deux plans d'investissements massifs dont Joe Biden a fait sa priorité.

Droits de l'homme, mer de Chine méridionale, Taiwan... Autant de sujets de tension qui étaient au menu mercredi d'une réunion sino-américaine de haut niveau organisée en Suisse. Le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan s'est ainsi entretenu avec le haut diplomate chinois Yang Jiechi, confirmant l'engagement des deux pays à renforcer la communication dans un contexte de rivalité stratégique grandissante.

Dans un communiqué publié après la réunion de mercredi, la Maison Blanche a indiqué que Jake "Sullivan a clairement exprimé que, pendant que nous continuerons d'investir dans notre propre solidité nationale et de travailler étroitement avec nos alliés et partenaires, nous allons aussi continuer de discuter à haut niveau avec la Chine pour garantir une concurrence responsable".

Selon un haut représentant de l'administration américaine cité mercredi soir par 'Reuters', Washington et Pékin sont notamment parvenus à un accord de principe pour la tenue avant la fin de l'année d'un sommet virtuel entre les présidents Joe Biden et Xi Jinping.

Les dirigeants des deux plus grandes puissances économiques mondiales s'étaient entretenus par téléphone le 9 septembre dernier, leur premier entretien direct près de sept mois après la prise de fonction de Joe Biden à la Maison Blanche. Ils avaient alors souligné la nécessité de garantir que la concurrence entre les deux pays ne se transformerait pas en conflit.

Joe Biden s'est a nouveau entretenu mardi avec Xi Jinping, au sujet de Taïwan, et les deux dirigeants sont convenus de respecter l'accord de Taïwan qui fait de Pékin le seul représentant officiel de la Chine. "J'ai discuté avec Xi de Taïwan. Nous sommes d'accord (...) nous respecterons l'accord de Taïwan", a ainsi indiqué Biden à la presse.

Mercredi, le conseiller à la sécurité nationale a répété l'objectif de Washington de "gérer de manière responsable la concurrence entre les Etats-Unis et la République populaire de Chine". Il a soulevé différentes problématiques dont le respect des droits de l'homme, les agissements de Pékin en mer de Chine méridionale et les positions chinoises à l'égard de Taiwan et de Hong Kong, a indiqué la présidence américaine.

Par ailleurs, sur le front commercial, la représentante des Etats-Unis pour les questions commerciales internationales (USTR), Katherine Tai, avait affiché lundi sa fermeté vis-à-vis de la Chine, ajoutant que l'administration Biden allait lancer "dans les prochains jours des discussions franches" sur le commerce avec Pékin. Elle a souligné que le géant asiatique n'avait pas respecté ses engagements pris dans le cadre de l'accord dit de "phase 1" signé début 2020, et a affirmé que les Etats-Unis n'envisageaient pas de revenir sur les droits de douane instaurés par l'ancien président Donald Trump.

Les valeurs

Levi Strauss (+10% !) a dépassé les attentes au troisième trimestre et dopé ses estimations annuelles. Le fabricant de jeans a affiché sur la période close un bénéfice net de 193 millions de dollars et 47 cents par action, contre 27 millions de dollars un an avant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 48 cents, contre 8 cents sur la période correspondante, l'an dernier. Les revenus se sont élevés à 1,5 milliard de dollars, contre 1,06 milliard un an avant. Le consensus FactSet était de 38 cents de bénéfice ajusté par action pour 1,48 milliard de facturations. Le groupe table, pour son quatrième trimestre, sur un bpa ajusté allant de 38 à 40 cents, soit une guidance annuelle rehaussée entre 1,43 et 1,45$. La croissance de l'activité est attendue entre 20 et 21% sur le quatrième trimestre, soit un chiffre d'affaires allant de 1,66 à 1,68 milliard.

Conagra (stable), le groupe alimentaire américain, a bien résisté au premier trimestre fiscal. Les ventes sont ressorties quasiment stables en organique, malgré la base de comparaison difficile. Les revenus totaux s'établissent à 2,65 milliards de dollars. Le bénéfice dilué par action des opérations poursuivies a été de 49 cents, en retrait de 27%, alors que le bpa ajusté a baissé de 29% à 50 cents. Le consensus était de 49 cents de bénéfice ajusté par action pour 2,54 milliards de dollars de revenus. La compagnie réaffirme sa guidance pour l'exercice fiscal 2022.

Tilray (+1%) a publié pour son premier trimestre fiscal 2021, clos fin août, des revenus en expansion de 43% en glissement annuel à 168 millions de dollars, contre un consensus de 172 millions. Les revenus du cannabis ont progressé de 38%. La perte nette est ressortie à 34,6 millions de dollars, contre 22 millions un an avant. L'Ebitda ajusté a été positif de 12,7 millions de dollars, en croissance de 58% en glissement annuel. Il s'agit du dixième trimestre consécutif d'Ebitda ajusté positif. La marge brute a progressé de 46% à 51 millions de dollars. La marge brute ajustée sur le segment cannabis s'est établie à 43%. Les synergies consécutives au rapprochement avec Aphria sont toujours attendues à plus de 80 millions de dollars. La perte trimestrielle par action a été de 8 cents, sensiblement équivalente au consensus.

General Motors (+4%). Mary Barra, CEO, a déclaré hier devant les investisseurs que le constructeur automobile américain prévoyait de doubler ses revenus d'ici 2030, avec les véhicules à combustion et le déploiement de nouveaux modèles électriques et de nouveaux services numériques pour rattraper Tesla, devenu la référence industrielle. GM estime que si ses plans réussissent, le groupe sera en mesure de réaliser un chiffre d'affaires annuel d'environ 280 milliards de dollars en 2030 et s'afficher une position de leader sur le segment des véhicules électriques aux États-Unis. Le directeur financier Paul Jacobson a déclaré que GM s'attendait à des marges bénéficiaires avant impôts de 12 à 14%, ce qui pourrait dépasser les niveaux actuels. Cela impliquerait des bénéfices annuels avant impôts pouvant atteindre 39 milliards de dollars. Jacobson a estimé que GM pourrait consacrer 9 à 10 milliards de dollars de dépenses d'investissement annuelles aux véhicules électriques et à d'autres initiatives, sans sacrifier les retours aux actionnaires.

GM prévoit que son activité de véhicules à combustion pourrait croître même si les revenus annuels des véhicules électriques atteignaient 90 milliards de dollars d'ici 2030, contre 10 milliards de dollars prévus en 2023. La société prévoit également de générer 80 milliards de dollars sur de nouvelles activités telles que le service de transport en véhicule autonome Cruise d'ici 2030.

Meredith (+7%). Dotdash, la branche de média digital d'IAC (+7%), a accepté l'acquisition de l'éditeur de magazines Meredith, aux marques Better Homes & Gardens, Southern Living ou InStyle, dans le cadre d'une opération d'un montant de 2,7 milliards de dollars. L'entité combinée, Dotdash Meredith, sera dirigée par l'actuel patron de Dotdash, Neil Vogel. En juin, Meredith avait accepté une offre de Gray Television pour l'acquisition de ses chaînes TV pour environ 2,8 milliards de dollars. Dotdash s'offre donc là les activités restantes, dont surtout l'unité National Media dédiée aux magazines. L'opération en cash est libellée à 42,18$ par titre Meredith. Dotdash, avec ses propriétés online, est l'une des activités à plus forte croissance d'IAC, détenu par Barry Diller.

Twitter (+4%) a annoncé son intention de céder sa compagnie de publicité mobile MoPub à AppLovin Corporation pour un montant de 1,05 milliard de dollars.

Amazon (+2%) a quelque peu rassuré concernant les données des utilisateurs de sa plateforme Twitch. Le service de streaming vidéo en direct Twitch aurait fait l'objet d'un piratage massif, revendiqué par un utilisateur anonyme du forum 4Chan. Celui-ci prétend avoir intercepté l'intégralité du code source et des informations confidentielles de la plateforme. Amazon indique pour sa part qu'aucune information de connexion ou information de carte de crédit n'aurait été compromise à la suite de ce piratage de données chez Twitch Interactive, société qu'elle a acquise en 2014 pour environ 970 millions de dollars.

Pfizer (+2%) / BioNTech (+4%). Pfizer demande à la Food & Drug Administration américaine l'autorisation d'utilisation d'urgence de son vaccin anti-covid développé avec BioNTech, pour les enfants de la tranche d'âge 5 à 11 ans, confirme le laboratoire sur Twitter. Environ 28 millions d'enfants seraient concernés aux États-Unis en cas de feu vert de l'autorité américaine de santé.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !