Cotation du 01/12/2020 à 21h50 Dow Jones Industrial +0,65% 29 831,77
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : prudence de mise en attendant le plan de relance US

Wall Street : prudence de mise en attendant le plan de relance US
Wall Street : prudence de mise en attendant le plan de relance US
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après un début de séance en hausse, la Bourse de New York a inversé la tendance lundi soir, plombée par le secteur technologique. Les doutes sur l'adoption d'un nouveau plan de soutien budgétaire aux Etats-Unis avant l'élection du 3 novembre maintiennent la pression sur un marché dont les valorisations restent élevées, compte-tenu des incertitudes sur le rythme de la reprise économique. La pandémie de coronavirus continue de progresser en Europe, où les mesures de restriction se multiplient, tandis qu'aux Etats-Unis, le nombre de cas augmente aussi, dépassant les 50.000 par jour depuis 5 jours.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones cède 0,63% à 28.425 points, tandis que l'indice large S&P 500 recule de 0,78% à 3.456 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, fléchit de 0,71% à 11.581 pts.

La semaine dernière, les trois indices avaient affiché un léger gain, respectivement de 0,07% pour le Dow Jones, de 0,17% pour le S&P 500 et de 0,8% pour le Nasdaq en 5 séances. Le DJIA et le S&P 500 ont enchaîné 3 semaines de hausse, et le Nasdaq a bouclé 4 progressions de suite, soutenus par l'espoir d'un nouveau plan de relance de l'économie américaine.

Du côté des valeurs, la cote est tirée dans le rouge lundi par de grosses valeurs technologiques comme Amazon (-1,7%), Facebook (-1%), Apple (-0,9%) et Microsoft (-1,2%).

Une chute de 18,4% de bénéfices du S&P 500 attendue en 3e trimestre

La saison des résultats d'entreprises va s'accélerer cette semaine avec un centaine de publications parmi les sociétés du S&P 500, dont 8 membres du Dow Jones : IBM ce lundi après la clôture, Procter & Gamble et Travelers mardi, Verizon mercredi, Coca-Cola, Dow Inc et Intel jeudi et American Express vendredi. Parmi les autres résultats notable, on surveillera plus spécialement ceux de Tesla, Netflix, Snap, Xilinx, AT&T, les compagnies aériennes Southwest et American Airlines ainsi que Royal Caribbean Cruises et la chaîne de restauration Chipotle.

Pour l'instant, seules 10% des sociétés du S&P 500 ont fait état de leurs comptes du 3e trimestre. Parmi elles, 86% ont fait mieux que prévu en termes de résultats, selon le cabinet Factset. Le consensus s'attend désormais à ce que les bénéfices du S&P 500 reculent globalement de 18,4% au 3e trimestre par rapport à la même période de 2019, alors que ces attentes étaient à -21% fin septembre.

Quant aux valorisations, elles restent élevées avec un PER (Price earnings ratio, rapport cours sur bénéfice) de 22 fois les bénéfices attendus sur les 12 prochains mois, nettement supérieur aux moyenne sur 5 et 10 ans, qui se situent entre 14 et 16 fois.

Le plan de soutien budgétaire se fait attendre...

Outre les résultats d'entreprises, les investisseurs continuent de scruter les signes d'un accord bipartisan aux Etats-Unis sur un nouveau plan de relance, qui tarde à se concrétiser avant l'élection présidentielle du 3 novembre... Pendant le week-end, la présidente démocrate de la chambre des représentants, Nancy Pelosi, s'est montrée optimiste sur l'adoption d'un plan avant le 3 novembre, tout en estimant qu'il fallait pour cela qu'un accord soit conclu avant mardi soir.

Mme Pelosi devait poursuivre ce lundi ses entretiens avec le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, pour tenter de concilier le plan démocrate de 2.200 milliards de dollars avec celui de la Maison Blanche, qui reste inférieur même si Donald Trump a accepté d'aller au-delà de 1.800 Mds$. Il reste que les Républicains, majoritaires aux Sénat, continuent de renâcler à voter un vaste "package", et entendent se contenter d'un plan de 500 Mds$ qu'il vont soumettre à un vote cette semaine.

Parallèlement aux gouvernements, les banques centrales ont réaffirmé leur volonté d'agir et d'utiliser tous leurs outils pour soutenir l'économie. "S'il faut faire plus, nous ferons plus", a indiqué ce jour la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, dans un entretien au 'Monde'.

Sur le plan sanitaire, la pandémie de coronavirus continue de progresser, menaçant de peser sur la reprise économique, notamment en Europe où les mesures de restrictions se multiplient pour tenter de juguler la propagation du virus. Selon l'Université Johns Hopkins, plus de 40 millions de cas confirmés du nouveau coronavirus ont désormais été recensés à l'échelle mondiale depuis son émergence, dont 8,16 millions aux USA, 7,55 millions en Inde et 5,22 millions au Brésil. Le virus a fait 1,115 million de morts dans le monde, dont 219.706 aux Etats-Unis, 153.905 au Brésil et 114.610 en Inde...

L'or repart de l'avant, prudence sur le pétrole et le dollar

Le pétrole cède du terrain lundi, avant une réunion de l'Opep+ qui doit réexaminer cette semaine son accord de maîtrise de la production de pétrole. Le contrat de novembre sur le baril de brut léger américain (WTI) cède 0,12% à 40,83$ sur le Nymex, tandis que le contrat sur le Brent pour livraison en décembre lâche 0,58% à 42,58$. La semaine dernière, les deux variétés de pétrole avaient légèrement progressé, de 0,7% pour le WTI et de 0,2% pour le Brent.

L'or en revanche progresse lundi, reprenant 0,2% à 1.910,30$ l'once pour le contrat à terme de décembre sur le Comex. Le métal jaune avait reculé la semaine dernière de 1%, plombé notamment par un renforcement du dollar, mais il gagne encore environ 25% depuis le début de l'année, grâce aux incertitudes économiques et à la crise sanitaire.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises) recule lundi de 0,38% à 93,33 points (mais il a gagné 0,7% sur la semaine), tandis que l'euro reprend 0,52% à 1,1778$. La livre sterling regagne 0,4% à 1,2966$, alors qu'un espoir renaît de trouver un accord commercial sur le Brexit.

Sur le marché obligataire américain, le rendement de l'obligation d'Etat (T-Bond) à 10 ans reprend lundi 2 points de base à 0,76%.

VALEURS A SUIVRE

Halliburton (+0,9%), le fournisseur américain de services pétroliers, a annoncé pour son troisième trimestre un bénéfice ajusté supérieur aux attentes de marché. Le groupe a essuyé une perte nette trimestrielle de 17 millions de dollars et 2 cents par titre, contre 295 M$ de profit un an avant. Le bénéfice ajusté est ressorti néanmoins positif de 11 cents par titre, contre un consensus FactSet de 8 cents. Les revenus se sont effondrés de 46% à 2,98 Mds$, alors que le consensus était de 3,09 Mds$. Jeff Miller, CEO, estime que le rythme de déclin de l'activité sur les marchés internationaux ralentit, alors que la structure de l'industrie en Amérique du Nord s'améliore...

ConocoPhillips (-1%) a dévoilé l'acquisition pour un montant de 9,7 milliards de dollars en titres de Concho Resources, plus importante opération de l'année dans le pétrole et le gaz de schiste. L'agence Bloomberg avait déjà fait état la semaine dernière des discussions entre les deux groupes en vue d'un rapprochement.

AMC Entertainment (+19%!) va reprendre ses opérations dans les salles de cinéma de l'Etat de New York le 23 octobre. Le groupe sera opérationnel dans 44 des 45 Etats sur lesquels il est présent.

Pfizer, dont le titre grimpait déjà de 3,8% vendredi soir, prend 0,2% de plus lundi, suite à ses annonces concernant un potentiel vaccin contre le Covid-19.

CVS Health (-0,37%), chaîne pharmaceutique américaine, entend embaucher 15.000 personnes, l'arrivée de l'hiver étant susceptible d'entraîner une augmentation des cas de Covid-19 et de grippe saisonnière. C'est ce que rapporte ce jour CNBC.

Alphabet (-1,5%), Amazon (-1,7%), Apple (-0,9%), Facebook (-1%) et Microsoft (-1,2%) reculent. La France veut taxer les leaders du numérique dès le mois de décembre, suite à l'échec des pourparlers de l'OCDE - qui planche sur cet impôt avec 137 pays. "Cette négociation a échoué, nous percevrons donc une taxe sur les géants du digital en décembre prochain", a annoncé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire...

American Airlines (+2%), le transporteur aérien américain, veut remettre en service ses Boeing 737 MAX pour des vols commerciaux d'ici la fin de l'année, du moins si l'administration fédérale de l'aviation (FAA) américaine accorde une nouvelle autorisation à l'appareil, cloué au sol après deux accidents tragiques. La compagnie aérienne envisagerait un vol quotidien entre Miami et New York avec le 'MAX' du 29 décembre au 4 janvier, selon Reuters.

Tesla (stable), le leader californien de l'automobile électrique, va commencer à exporter des modèles 'made in China' de son Model 3 vers l'Europe, ce qui constitue une nouvelle étape majeure pour sa gigafactory de Shanghai.

Altice USA (-1%). Son offre de 11,1 milliards de dollars canadiens pour l'acquisition de Cogeco a été repoussée hier par le principal investisseur du groupe canadien de télévision, la famille Audet.

Alibaba (stable) va racheter pour 3,6 milliards de dollars la part majoritaire détenue par le Français Auchan Retail dans l'opérateur d'hypermarchés Sun Art, a annoncé le colosse chinois du e-commerce.

Par ailleurs, Ant Group, filiale financière d'Alibaba, qui s'apprête à réaliser la plus importante IPO de l'histoire, a obtenu le feu vert du régulateur chinois pour son introduction à Hong Kong. Il lui reste à obtenir l'aval du régulateur hong-kongais, alors que le détenteur du système de paiement Alipay, numéro un en Chine, vise une double cotation à Hong Kong et Shanghai. Ant Group pourrait lever au moins 35 milliards de dollars, ce qui dépasserait nettement la levée de fonds record de Saudi Aramco de 29 milliards de dollars en décembre.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !