Cotation du 17/01/2020 à 23h07 Dow Jones Industrial +0,17% 29 348,10
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : prudence, dans l'attente de concret sur le commerce

Wall Street : prudence, dans l'attente de concret sur le commerce
Wall Street : prudence, dans l'attente de concret sur le commerce
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse américaine reste proche de l'équilibre jeudi, les investisseurs s'interrogeant sur l'évolution des négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. Les marchés seraient soulagés si Washington renonçait à taxer quelque 156 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires dès le 15 décembre, une question qui n'est toujours pas tranchée. Les cours du pétrole font du yo-yo dans l'attente des décisions de l'Opep sur ses niveaux de production en 2020.

A trois heures de la clôture, les indices américains pointent en léger recul. L'indice Dow Jones cède 0,15% à 27.608 points, tandis que l'indice large S&P 500 recule de 0,1% à 3.110 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques cède 0,13%, à 8.555 pts.

Le dollar se replie, l'or et les taux remontent

Sur le marché des changes, le dollar poursuit sa glissade. L'indice du dollar, qui mesure sa variation face à un panier de 6 devises de référence, cède 0,25% à 97,40 points, et a lâché désormais près d'1% sur cinq séances. L'euro rebondit de 0,23% à 1,1102$.

Les obligations restent affaiblies, entraînant une légère tension sur les taux (qui évoluent en sens inverse des cours). Le rendement du T-Bond à 10 ans reprend encore 2 points de base à 1,80% après un bond de 6 pdb la veille.

L'or regagne un peu de terrain, progressant de 0,3% à 1.484,80$ l'once pour le contrat à terme de février sur le marché Comex. Le métal jaune avait reculé de 2,8% en novembre, les espoirs d'un accord commercial ayant profité aux actifs risqués au détriment de l'or.

Suspense sur les quotas de l'Opep réunie à Vienne

Le marché pétrolier est nerveux, oscillant entre le vert et le rouge, après son bond d'environ 4% mercredi. Les investisseurs attendent de savoir si les pays de l'Opep+, réunis pour deux jours à Vienne, parviendront à s'accorder sur de nouvelles coupes de production pour 2020.

En soirée, le cours du baril de brut léger américain (WTI) avance de 0,2% à 58,55$ sur le Nymex (contrat à terme de janvier), tandis que le Brent de la mer du Nord gagne de 0,63% à 63,40$ pour le contrat à terme de février.

Selon des sources de marché, l'Arabe saoudite veut convaincre ses alliés de prolonger leur accord de réduction de production, voire de réduire davantage encore leurs quotas, en vue de soutenir les cours en 2020. Selon l'agence 'Reuters', l'Arabie saoudite pousserait l'Opep+ à s'accorder pour réduire sa production d'or noir de 400.000 barils supplémentaires par jour.

Les négociateurs américains et chinois en "contact rapproché"

Les investisseurs restent à l'affût d'informations concrètes qui tardent à venir dans le dossier commercial. Le suspense se poursuit au sujet de l'instauration, le 15 décembre, de nouvelles taxes douanières sur plus de 150 milliards de dollars de marchandises chinoise importées aux Etats-Unis.

L'administration Trump laisse toujours planer cette menace si aucun accord n'est conclu avec Pékin d'ici dix jours. Jeudi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Gao Feng, a indiqué que les négociateurs chinois étaient en "contact rapproché" avec leurs homologues américains. Mercredi Donald Trump s'était montré assez optimiste en affirmant que "les discussions se passent très bien (entre Washington et Pékin : ndlr) et nous verrons ce qu'il adviendra".

En début de semaine, le président américain avait pourtant créé un électrochoc sur les marchés en affirmant ne pas être pressé de signer un accord avec Pékin, ajoutant que cela pourrait même attendre l'élection présidentielle américaine de novembre 2020....

En attendant les chiffres de l'emploi US en novembre

Sur le plan macro-économique, les chiffres hebdomadaires de l'emploi aux Etats-Unis ont plutôt rassuré les marchés, à la veille de la publication du rapport mensuel sur l'emploi en novembre, attendu vendredi. Ainsi, les inscriptions au chômage pour la semaine close le 30 novembre 2019 sont ressorties moins nombreuses que prévu, à 203.000, en repli de 10.000 et inférieures aux 215.000 attendus par le consensus.

Mercredi en revanche, les données du cabinet ADP sur l'emploi dans le secteur privé en novembre avait un peu déçu avec seulement 67.000 créations de postes dans le privé en novembre, contre 156.000 de consensus de place et après 121.000 en octobre.

La Réserve fédérale, qui surveille de très près les indicateurs économiques, dont l'emploi, réunira son comité de politique monétaire mardi et mercredi prochain. Sauf coup de théâtre, la banque centrale américaine devrait maintenir le statu quo sur ses taux directeurs, après 3 baisses effectuées depuis juillet.

Dans son dernier Livre Beige sur la santé économique du pays, la Fed avait décrit une croissance "modeste" en octobre et novembre, ainsi que des perspectives qui "demeurent globalement positives" malgré les facteurs de risque liés notamment aux tensions commerciales.

VALEURS A SUIVRE

Tiffany (-0,13%) Le joaillier, qui a accepté une offre de rachat de LVMH, a fait état jeudi d'un bénéfice et d'une croissance de ses ventes à donnés comparables inférieurs aux attentes au troisième trimestre en raison notamment de la baisse de l'activité à Hong Kong.

Nike (+1,4%). Le numéro un mondial des équipements sportifs a bénéficié d'un relèvement de recommandation par Goldman Sachs, selon le site d'information financière thefly.com. GS a relevé sa recommandation sur le titre à "acheter" et porté son objectif de cours à 112$, soit près de 20% au-dessus de la clôture de mercredi (93,72$).

Dollar General (+0,27%). Le distributeur discount réagit modestement, malgré un relèvement par la direction du groupe de sa prévision de bénéfice annuel.

Fiat Chrysler (+0,6%) a exprimé jeudi son désaccord avec le fisc italien, qui estime qu'il a sous-estimé la valeur de ses activités américaines lors du rachat de Chrysler.

Slack Technologies (+2,9%). L'éditeur de la messagerie professionnelle a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

Amazon (-0,9%). La Federal Trade Commission (FTC), principale autorité antitrust des Etats-Unis, a élargi son enquête sur Amazon à ses activités d'informatique dématérialisée ("cloud"), a rapporté Bloomberg mercredi en citant des sources proches du dossier. La FTC et Amazon ont refusé de commenter l'information.

Etsy (-3%). Le groupe de commerce en ligne pâtit d'un abaissement de la recommandation de Morgan Stanley à "sous-pondérer" (vendre).

©2019-2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com