Cotation du 20/01/2021 à 22h58 Dow Jones Industrial +0,83% 31 188,38
  • DJIND - US2605661048

Wall Street progresse légèrement avec les vaccins

Wall Street progresse légèrement avec les vaccins
Wall Street progresse légèrement avec les vaccins
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street progresse timidement ce mercredi, le DJIA s'adjugeant 0,50% à 30.486 pts et le S&P 500 0,3% à 3.738 pts. Le Nasdaq grimpe quant à lui de 0,17% à 12.871 pts. Le baril de brut WTI avance de 0,9% à 48,4$ sur le Nymex. L'once d'or se stabilise à 1.887$, en hausse de 0,2%. L'indice dollar recule de 0,4% face à un panier de devises de référence.

L'actualité demeure propice concernant les vaccins, alors que le produit d'AstraZeneca et Oxford vient d'obtenir l'homologation au Royaume-Uni, premier pays au monde à donner le feu vert. Le pays avait déjà été le premier à valider le vaccin de Pfizer / BioNTech en début de mois, et vient de commander 100 millions de doses de celui d'AstraZeneca.

Le vaccin d'AstraZeneca peut se conserver dans des conditions normales de réfrigération. L'accord britannique porte sur l'inoculation d'une double dose. Pascal Soriot, directeur général du laboratoire anglo-suédois, se dit convaincu que le vaccin pourra être efficace contre la nouvelle variante du virus.

Un premier cas de la nouvelle variante a d'ailleurs été décelé aux Etats-Unis, au Colorado, indique le Washington Post. Le Financial Times évoque pour sa part une étude montrant que la nouvelle variante ne causerait pas de maladie plus sévère.

L'Union Européenne va pour sa part commander 100 millions de doses additionnelles du vaccin de Pfizer / BioNTech.

Selon l'Université Johns Hopkins ce jour, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de l'épidémie ressort désormais à plus de 82 millions, dont 19,5 millions aux USA, 10,2 millions en Inde et 7,6 millions environ au Brésil. Le virus a fait 1,79 million de morts dans le monde, dont 338.742 aux Etats-Unis.

Le président-élu Joe Biden plaide pour un déploiement plus rapide des vaccins. Biden a critiqué le rythme jugé trop lent des inoculations, à ce stade, jugeant que cela prendrait des années pour vacciner le peuple américain. Il devrait donc invoquer rapidement le Defense Production Act, dès sa prise de fonctions, pour accélérer le mouvement. Biden promet 100 millions de doses dans ses premiers cent jours de présidence, si le Congrès approuve sa requête d'aide face au covid. A ce stade, les CDC montrent que 2,13 millions d'Américains ont été inoculés et 11,45 millions de doses distribuées.

Dans l'actualité économique outre-Atlantique ce jour, le déficit américain du commerce international de biens pour le mois de novembre est ressorti à 84,8 milliards de dollars, contre un consensus de 82 milliards et un niveau antérieur de 80,3 milliards. Les stocks de grossistes pour le mois de novembre ont reculé de 0,1% en comparaison d'octobre.

L'indice manufacturier régional PMI de Chicago pour le mois de décembre 2020 est ressorti à 59,5, contre un consensus de marché de 57 et un niveau de 58,2 un mois avant, ce qui traduit donc une accélération de l'expansion de l'activité manufacturière dans la région considérée.

L'indice des promesses de ventes de logements de la National Association of Realtors américaine pour le mois de novembre est ressorti en retrait inattendu de 2,6% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus stable et un niveau révisé à -0,9% pour le mois d'octobre. L'indice s'établit ainsi à 125,7 contre 129,1 un mois auparavant.

Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'Energie concernant les stocks pétroliers domestiques a fait ressortir un vif déclin de 6,1 millions de barils sur les stocks de brut pour la semaine close au 25 décembre, un repli de 1,2 million de barils des stocks d'essence et une hausse de 3,1 millions de barils des stocks de distillés.

L'indice de confiance des investisseurs institutionnels mesuré par State Street pour le mois de décembre est pour sa part ressorti à 104,1, contre un niveau révisé à 90,8 un mois plus tôt.

Notons également, alors que les tensions sino-américaines persistent, que l'Union Européenne et la Chine viennent de signer ce jour un accord préliminaire en vue de la conclusion d'un accord d'investissement qui donnera aux entreprises européennes un meilleur accès aux marchés chinois. La présidente de la Commission, Ursula Von der Leyen, vient de confirmer le 'deal'.

La Bourse de New York a terminé en léger repli mardi, au lendemain de nouveaux records pour ses principaux indices, dans un volume d'échanges toujours léger, à deux séances de la fin de l'année boursière 2020. Les marchés sont partagés entre les bonnes nouvelles, dont le nouveau plan de relance de 900 milliards de dollars aux Etats-Unis, et la situation sanitaire qui continue de se dégrader, malgré une campagne de vaccination active outre-Atlantique. L'action Intel a bondi de 4,9% après des informations selon lesquelles l'investisseur activiste Daniel Loeb est entré au capital et fait pression pour une évolution stratégique du fabricant de microprocesseurs.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,22% à 30.335 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,22% à 3.727 pts, et que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a lâché 0,38% à 12.850 pts.

Les marchés ont été soulagés lundi par l'adoption définitive du nouveau plan budgétaire américain de 892 Mds$, qui prévoit le versement d'une aide directe de 600$ aux Américains, ainsi que des indemnités de chômage pour environ 14 millions de chômeurs et des aides aux PME (financement du chômage technique). Le texte a été voté par le Congrès le 22 décembre, puis ratifié dimanche par Donald Trump, qui avait tout d'abord refusé de le signer, en exigeant que l'aide directe aux ménages américains soit augmentée de 600$ à 2.000$. Une demande qui a été a accueillie avec enthousiasme par les démocrates, mais a été bloquée par les républicains...

Ainsi, lundi soir, la Chambre des représentants, a majorité démocrate, a adopté un texte portant les chèques d'aide de 600$ à 2000$. La majorité des deux-tiers, nécessaire pour ce vote, a pu être atteinte grâce à l'apport de 44 voix républicaines. Mais le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a refusé mardi la tenue d'un vote sur ce projet. Il a lié tout vote du Sénat sur la question à deux autres sujets sensibles : une protection des géants d'internet contre des actions légales et une enquête sur de possibles irrégularités électorales. Des conditions qui risquent de torpiller le projet...

Certains investisseurs attribuaient le recul de la Bourse, ce mardi, à une déception liée à ce refus d'augmenter les aides directes aux Américains, qui apporterait un coup de fouet supplémentaire à la croissance.

Lundi, la banque d'affaires Goldman Sachs a relevé ses estimations de croissance pour 2021 aux Etats-Unis, même dans le cadre du plan actuel de 892 milliards de dollars. GS s'attend désormais à une hausse de 5% du PIB en rythme annuel au 1er trimestre, contre 3% précédemment. Pour l'ensemble de 2021, la banque américaine s'attend a une hausse du PIB de 5,8% contre 5,3% précédemment.

Les valeurs

JD.com (+1%), le groupe chinois de e-commerce coté à Wall Street, grimpe suite à l'accord de son conseil d'administration pour l'étude de la scission éventuelle des activités JD Cloud & AI en échange d'actions JD Digits. Néanmoins, notons que les autorités chinoises viennent par ailleurs d'infliger des amendes de 500.000 dollars à JD.com, Alibaba et Vipshop pour pratiques tarifaires illégales.

AstraZeneca (-1%) bénéficie du feu vert des autorités britanniques accordé pour la mise sur le marché de son vaccin conçu en partenariat avec Oxford contre le nouveau coronavirus... L'accord de l'Union Européenne concernant le vaccin attendra en revanche encore un peu, l'Agence européenne des médicaments ayant jugé peu probable une approbation en janvier.

Regeneron Pharmaceuticals (stable) a pour sa part annoncé hier soir que les premiers résultats d'un essai clinique portant sur son traitement expérimental du covid justifiaient une poursuite de l'étude.

Tiffany (stable). Les actionnaires du joaillier new-yorkais ont approuvé en assemblée générale ce mercredi la proposition de rachat formulée par le géant français du luxe LVMH à 131,50 dollars par action, contre 135 dollars par action prévu initialement.

©2020-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !