Cotation du 22/09/2020 à 23h07 Dow Jones Industrial +0,52% 27 288,18
  • DJIND - US2605661048

Wall Street progresse, l'horizon économique semble s'éclaircir

Wall Street progresse, l'horizon économique semble s'éclaircir
Wall Street progresse, l'horizon économique semble s'éclaircir
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York poursuit son rebond pour la 2e séance, les investisseurs trouvant quelques raisons de parier sur une amélioration de la conjoncture économique et de la situation sanitaire. Espoirs de vaccin anti-Covid-19, nouveaux signes de reprise économique en Chine et opérations de fusion-acquisition entretiennent ainsi la hausse ce mardi. Les investisseurs estiment aussi que la Fed (réunie mardi et mercredi) confirmera sa politique ultra-accommodante, et qu'elle appellera le Congrès à s'accorder sur un nouveau plan de soutien budgétaire face à la crise du coronavirus.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones progresse de 0,26% à 28.066 points, repassant au-dessus des 28.000 points, tandis que l'indice large S&P 500 avance de 0,69% à 3.407 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et "biotechs" grimpe de 1,32% à 11.201 pts. Le Nasdaq avait fini vendredi dernier sur une chute de 10% par rapport à son record historique du 2 septembre dernier, à 12.056 points, avant de rebondir. Il gagne près de 25% depuis le début 2020.

Consommation, industrie.. Les indicateurs chinois se redressent

Sur le plan macro-économique, l'économie chinoise semble redémarrer assez solidement, si l'on en croit les derniers chiffres de la consommation dans la 2e économie mondiale. Les ventes de détail se sont ainsi stabilisées en août, alors qu'elles avaient plongé de -20,5% en janvier, au plus fort de l'épidémie de coronavirus. Les ventes de détail ont augmenté de 0,5% sur un an en août, a annoncé mardi le Bureau national des statistiques (BNS), leur première progression depuis le début 2020.

Par ailleurs, la production industrielle de la Chine a enregistré une hausse de 5,6% sur un an en août, contre 5,1% attendu en moyenne par les économistes, et après une progression de 4,8% en juillet.

Ces chiffres semblent pointer vers une reprise assez solide en Chine, qui sert de baromètre pour le reste de l'économie mondiale, en tant que premier pays touché par la pandémie de Covid-19, fin 2019.

Aux Etats-Unis, les indicateurs du jour ont eux aussi fait état d'une amélioration, même si la production industrielle est ressortie moins vigoureuse que prévu en août. Elle a augmenté de 0,4% sur un mois, contre +1,2% de consensus de marché et après +3,5% en juillet (lecture révisée).

En revanche, l'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York pour le mois de septembre 2020 est ressorti bien plus élevé que prévu, à 17, contre 6,5 de consensus de marché et après 3,7 en août. L'indicateur traduit ainsi une forte expansion de l'activité manufacturière dans la région de New York. Par ailleurs, les prix à l'import ont augmenté de 0,9% en août sur un mois, contre +0,5% de consensus de marché et +1,2% en juillet. Les prix à l'export se sont appréciés de 0,5%, contre +0,4% de consensus de marché. Sur un an, les prix à l'import baissent de 1,4% et les prix à l'export reculent de 2,8%.

La course au vaccin bien engagée ?

Sur le plan sanitaire, les marchés continuent de parier sur la mise au point d'un vaccin anti-Covid-19 d'ici à la fin 2020. Lundi soir, une représentante du Centre chinois de prévention et de contrôle des maladies a estimé que les potentiels vaccins contre le coronavirus en développement en Chine pourraient être disponibles pour le grand public dès début novembre.

Quatre vaccins candidats développés en Chine sont en phase ultime d'essais cliniques. Des doses d'au moins trois vaccins expérimentaux ont été proposés aux travailleurs essentiels dans le cadre d'un programme d'urgence lancé en juillet, relate l'agence 'Reuters'. La phase III des essais cliniques se déroulerait bien, et les vaccins pourraient être prêts dès novembre ou décembre, selon Guizhen Wu, s'exprimant sur la télévision publique.

Ailleurs dans le monde, les essais de Phase 3 se poursuivent également, notamment ceux du britannique AstraZeneca et des laboratoires américains Pfizer et Moderna. Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont notamment lancé fin juillet la phase finale (phase 2/3) des essais cliniques de leur vaccin expérimental sur au moins 30.000 personnes.

Retour au calme sur le front commercial

Sur le front commercial, le ton semble être redescendu d'un cran entre les Etats-Unis et la Chine. Malgré les exigences de Washington concernant la vente des actifs américains de TikTok (filiale du chinois Bytedance), le ministère chinois des Finances a annoncé mardi qu'il allait prolonger l'exemption de droits de douane pour 16 produits importés des Etats-Unis, parmi lesquels les lubrifiants, le lactosérum et la farine de poisson. De son côté, l'OMC a estimé mardi dans un rapport d'expert que les taxes douanières punitives imposées à la Chine par l'administration Trump étaient contraires aux règles du commerce international.

Le département d'Etat américain a quant à lui allégé ses recommandations de voyage vers la Chine et Hong Kong, avec un avertissement de niveau 3 contre 4 auparavant. Etats-Unis et Chine avaient décidé en août que leurs compagnies aériennes seraient autorisées à la rentrée à doubler le nombre de liaisons commerciales hebdomadaires entre les deux pays, à huit par semaine.

Le pétrole au rebond, l'or maintient ses gains

Les cours du pétrole rebondissent d'environ 3% mardi soir, après avoir chuté de plus de 12% sur les deux dernières semaines, dans la crainte d'une demande faible de brut dans un environnement mondial toujours plombé par la crise sanitaire. Le baril de brut léger américain (WTI) reprend 3,2% à 38,38$ pour le contrat à terme d'octobre sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance novembre regagne 2,6% à 40,65$.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar est stable (+0,03%) à 93,08 points mardi soir, et l'euro recule de 0,18% à 1,1847$.

L'or est stable après sa hausse de 1,5% en 6 séances. Le contrat à terme de décembre sur le Comex s'affiche à 1.964,50$ l'once (+0,04%). Le rendement du T-Bond à 10 ans cède 3 points de base à 0,68%, avant la réunion de la Fed qui devrait confirmer mercredi soir la poursuite de la mise en oeuvre de ses programmes massifs de rachats d'actifs pour soutenir l'emploi et l'économie américaine. Ce taux évoluait encore à 1,9% en début d'année, avant la crise du coronavirus qui a entraîné une brutale récession économique.

VALEURS A SUIVRE

Apple (+0,3%) va présenter ce jour ses nouveautés à l'occasion de sa conférence de rentrée. Des montres connectées à prix abordable et des modèles plus haut de gamme équipés de nouveaux capteurs dédiés à la santé devraient être proposés. Mais l'Apple Watch ne sera pas le seul produit à faire l'actualité. Une tablette iPad est également attendue. Pour satisfaire les clients durant les fêtes de fin d'année, le groupe californien à la pomme devra aussi sortir ses nouveaux modèles d'iPhone, mais ces derniers sont attendus avec quelques semaines de retard par rapport aux années antérieures. Les nouveaux iPhone équipés de la 5G seront sans doute plutôt dévoilés en octobre et commercialisés le mois suivant.

Le groupe de Cupertino a franchi rappelons-le la barre des 2.000 milliards de dollars de capitalisation boursière, suite à des comptes trimestriels meilleurs que prévu. Les opérateurs sont désormais un peu plus prudents, compte tenu de la générosité de la valorisation et de la possible sortie décalée de l'iPhone.

Oracle (+3,2%) a confirmé une alliance attendue avec le Chinois ByteDance pour la poursuite des activités de TikTok aux Etats-Unis. La transaction prendrait plutôt la forme d'un partenariat, et non pas d'une cession comme initialement attendu. ByteDance avait auparavant échangé avec Oracle et Microsoft au sujet d'une éventuelle vente des activités américaines de l'application de vidéo TikTok, que Trump avait menacé d'interdire. L'application compte plus de 100 millions d'utilisateurs aux USA. La Chine s'est opposée à une vente forcée et a amendé ses règles en matière de contrôle des exportations, lui autorisant ainsi d'intervenir sur le transfert de l'algorithme de TikTok à un acheteur étranger.

Oracle a précisé qu'il s'était associé à une proposition soumise durant le week-end par ByteDance au département américain du Trésor. Dans ce cadre, l'Américain, géant des logiciels d'entreprises, deviendrait le fournisseur technologique de confiance de TikTok. Oracle serait alors en charge de la gestion des données personnelles des utilisateurs de TikTok aux Etats-Unis. Le Californien négocie par ailleurs une prise de participation dans les activités US de l'application, selon des sources de Reuters. Les données d'utilisateurs de TikTok sont actuellement conservées dans le cloud d'Alphabet avec une sauvegarde à Singapour. Plusieurs des principaux actionnaires de ByteDance, dont General Atlantic et Sequoia, récupèreraient aussi des participations minoritaires dans les activités américaines de TikTok.

Lennar (-3,8%), promoteur immobilier américain, a dépassé les attentes sur le trimestre clos. Pour son troisième trimestre fiscal, le groupe a réalisé un bénéfice dilué par action de 2,12$, en augmentation de 33% en comparaison du bpa de 1,59$ affiché sur la période comparable de l'an dernier. Les revenus trimestriels de la firme ont totalisé quant à eux 5,9 milliards de dollars sur le trimestre écoulé, pratiquement stables en glissement annuel. Le consensus de marché était situé à 1,55$ de bénéfice dilué par action pour 5,4 milliards de dollars de recettes.

Nikola, récemment dopé par son accord avec General Motors, est désormais nettement plus chahuté. Le titre corrige de plus de 7%, alors que Bloomberg rapporte que le constructeur de camions ferait l'objet d'une enquête de la Securities and Exchange Commission. Le dossier avait été précédemment malmené en bourse suite aux accusations d'un vendeur à découvert, estimant que le fabricant de camions électriques aurait trompé les investisseurs à propos de ses perspectives. Le management de Nikola a pourtant repoussé les accusations d'Hindenburg Research, le vendeur à découvert en question. Hier soir, après la clôture, Bloomberg, citant des personnes familières de la question, a rapporté que la SEC étudiait les accusations.

Carnival (-9%). L'organisateur américain de croisières anticipe une perte nette trimestrielle de 2,9 milliards de dollars. Le groupe a par ailleurs annoncé une augmentation de capital d'un milliard de dollars, ce qui devrait maintenir une certaine pression sur la valeur à Wall Street ce jour.

Novavax (+2%), concepteur américain de vaccins, a annoncé un doublement de ses capacités de production de vaccin contre le covid en Inde à... deux milliards de doses.

Fiat Chrysler Automobiles (+8% !). PSA Groupe (+2,1% à Paris) et FCA ont annoncé lundi soir la modification de certains termes de leur accord de fusion afin de renforcer leur bilan face à la crise du coronavirus, et de garantir le succès de leur projet de mariage, qui créera le 4ème groupe automobile mondial en volumes, baptisé Stellantis. Les modifications ont été apportées pour "prendre en compte l'impact sur les liquidités de la crise sanitaire du Covid-19 sur l'industrie automobile", ont-ils indiqué. FCA a abaissé le dividende exceptionnel à 2,9 milliards d'euros, contre 5,5 MdsE auparavant. PSA distribuera sa participation de 46% au capital de l'équipementier français Faurecia à l'ensemble des actionnaires de la nouvelle entreprise, et non à ses seuls actionnaires comme prévu dans l'accord initial.

Les Conseils des Groupes PSA et de FCA pourront considérer une distribution de 500 millions d'euros aux actionnaires de chaque entreprise avant la signature finale ou, alternativement, une distribution de 1 milliard d'euros à tous les actionnaires de Stellantis après la signature finale. L'estimation des synergies annuelles récurrentes a été significativement revue à la hausse au-delà de 5 milliards d'euros contre 3,7 MdsE estimés à l'origine. Toutefois, le coût ponctuel de mise en oeuvre pour atteindre ces synergies a également augmenté à un niveau proche de 4 MdsE.

Kraft Heinz (+1,3%) profite de l'annonce de la vente au groupe français Lactalis de ses marques de fromage naturels, dont Kraft, Cracker Barrel ou Breakstone's, pour 3,2 Mds$ (2,7 MdsE). Le groupe américain d'alimentaire, a aussi annoncé qu'il allait augmenter son budget marketing et revoir sa chaîne d'approvisionnement afin de parvenir à des économies de 2 Mds$ d'ici à 2024.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !