Cotation du 01/12/2020 à 15h58 Dow Jones Industrial +1,09% 29 962,59
  • DJIND - US2605661048

Wall Street progresse après les statistiques

Wall Street progresse après les statistiques
Wall Street progresse après les statistiques
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine est orientée en hausse en début de séance ce mardi, le S&P500 s'adjugeant 0,83% à 3.143 pts et le Nasdaq 1,02% à 10.159 pts. Le DJIA gagne 0,72% à 26.211 pts. Le baril de brut WTI remonte de 0,7% à 41$, alors que le Brent de la mer du Nord gagne 0,9% sur les 43$. L'once d'or progresse de 1,1% à 1.785$.

La tendance boursière positive récente se confirme donc, malgré l'accélération de la propagation du coronavirus au niveau mondial. Les marchés saluent les signaux de reprise économique et ignorent donc leurs craintes sanitaires. Les tensions commerciales sino-américaines ne semblent pas non plus alarmer les opérateurs. Le président américain Donald Trump a été forcé de contredire son conseiller Peter Navarro, qui avait laissé entendre que la phase 1 de l'accord commercial conclu avec la Chine en janvier n'était plus d'actualité.

Les indicateurs PMI américains d'IHS Markit ont dépassé les attentes pour le mois de juin 2020. Ainsi, l'indice composite américain s'est redressé à 46,8 en juin, contre 45 de consensus de place et 36,4 un mois auparavant. L'indice manufacturier s'est élevé à 49,6 en juin, tout proche de la barre des 50 signalant une activité stable, contre 45,2 de consensus et 39,8 un mois plus tôt. L'indicateur des services a progressé à 46,7, contre 44 de consensus et 36,9 en mai.

Selon le rapport du jour, les ventes de logements neufs aux Etats-Unis pour le mois de mai 2020 sont ressorties au nombre de 676.000, contre un consensus de marché de 636.000 et un niveau révisé (en baisse) à 580.000 pour le mois précédent.

L'indice manufacturier de la Fed de Richmond pour le mois de juin, qui vient également d'être révélé, est ressorti à zéro, alors qu'il était attendu encore négatif de -5 pts - contre -27 un mois avant.

Sur le front sanitaire, rappelons que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait état d'une progression record du nombre d'infections au nouveau coronavirus à travers le monde dimanche, avec 183.020 nouvelles contaminations en 24 heures. "Les chiffres augmentent certainement parce que l'épidémie se développe en même temps dans un certain nombre de pays peuplés et dans le monde entier", a indiqué Mike Ryan, directeur exécutif de l'OMS chargé de la gestion des situations d'urgence sanitaire.

Selon l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés de coronavirus depuis le début de l'épidémie s'élève désormais à 9,129 millions dans le monde, dont 2,312 millions aux USA, 1,106 million au Brésil et 598.878 en Russie. Le virus a fait 472.793 morts dans le monde, dont 120.402 désormais aux Etats-Unis, 51.271 au Brésil et 42.731 au Royaume-Uni.

La Bourse de New York avait déjà progressé hier lundi, le Nasdaq terminant même à un nouveau record historique, soutenu par les valeurs technologiques, dont Apple (+2,6%). Malgré la progression du coronavirus dans de nombreux Etats aux Etats-Unis, les investisseurs privilégient les espoirs de reprise économique, à la faveur des actions massives de soutien entreprises par les banques centrales et les gouvernements.

A la clôture, l'indice Dow Jones avait gagné hier 0,59% à 26.024 points, tandis que l'indice large S&P 500 progressait de 0,65% à 3.117 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, gagnait 1,11% à 10.056 pts, effaçant son précédent record du 10 juin dernier. La semaine dernière, les trois indices américains avaient progressé pour la 4e fois en 5 semaines, gagnant 1% pour le DJIA, 1,8% pour le S&P 500 1,8% et 3,7% pour le Nasdaq.

Vendredi, l'OMS a alerté sur une accélération de l'épidémie de coronavirus dans le monde, estimant que le monde entre dans une phase dangereuse avec les déconfinements rapides et les levées de restrictions sanitaires. "Le monde est entré dans une phase nouvelle et dangereuse. Beaucoup de gens sont évidemment fatigués de rester chez eux. Les pays sont désireux de rouvrir leur société et leur économie", a ainsi déclaré le chef de l'OMS, Tedros Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse virtuelle.

M. Ghebreyesus a réitéré cette alerte lundi lors de son point presse, en soulignant qu'un million de nouveaux cas avaient été détectés en seulement 8 jours, alors qu'il avait fallu plus de trois mois pour que le premier million de cas soit signalé. Le nombre de nouveaux tests positifs a atteint ces 24 dernières heures un nouveau record de 183.020 tests positifs.

Les Etats-Unis restent de loin le pays le plus endeuillé, la barre des 120.000 morts ayant été franchie lundi pour 2,3 millions de cas, selon les statistiques de l'Université américaine Johns Hopkins. Le nombre de cas continue d'augmenter dans la moitié des 50 Etats, et au moins 3 d'entre eux, dont l'Oklahoma, ont connu des records ces derniers jours.

Le Brésil, deuxième pays le plus touché derrière les Etats-Unis, a dépassé dimanche le seuil des 50.000 morts et du million de cas. En Chine, où une partie de la capitale Pékin a été reconfinée la semaine dernière, le rebond de l'épidémie inquiète.

Malgré les inquiétudes sanitaires, les autorités américaines n'envisagent pas de reconfiner les populations. Lors d'un meeting à Tulsa (Oklahoma) ce week-end, le président Donald Trump a même plaidé pour faire moins de tests de dépistage. "Lorsque vous testez à grande échelle, vous allez trouver plus de cas. Alors je dis ralentissez les tests", a-t-il notamment déclaré.

Ce meeting de Tulsa, censé lancer la campagne présidentielle de Donald Trump, a fait un flop, peu de spectateurs s'étant déplacés malgré le fait que l'Oklahoma soit un fief républicain, qui a voté à 65% pour Trump en 2016, contre 29% pour Hillary Clinton.

Les valeurs

Apple a bondi de 2,6% hier et prend encore 2,1% ce jour, signant un nouveau record. La firme à la pomme a annoncé, à l'occasion de sa conférence annuelle des développeurs, qu'elle allait désormais produire elle-même les processeurs équipant ses ordinateurs Mac, qu'elle achetait à Intel depuis 2006.

Avant son accord avec Intel, Apple produisait déjà ses propres puces pour Mac, les processeurs PowerPC, dont l'architecture avait été créée par Apple, IBM et Motorola. Ces dernières années, Apple était revenu dans le secteur des processeurs, en développant une famille de puces ARM, qui équipent déjà ses iPhones et iPad, et qui sont désormais devenues assez rapides et puissantes pour faire tourner des ordinateurs portables.

La nouvelle puce pour ordinateur, baptisée Apple Silicon, sera donc basée sur cette architecture ARM, a précisé Apple, qui prévoit de commercialiser le premier Mac équipé de cette puce d'ici à la fin de l'année. La transition vers cette nouvelle architecture devrait être achevée dans environ deux ans, a précisé le groupe.

Apple a également présenté lundi plusieurs innovations pour ses systèmes d'exploitation mobiles qui mettent notamment l'accent sur la protection de la vie privée. Parmi les nouveautés notables figurent Carkey, qui permet de transformer un iPhone en clé virtuelle de voiture et de partager le véhicule avec des membres de sa famille. La BMW série 5 sera le premier véhicule compatible avec cette fonction.

Le groupe a mis à jour son logiciel de cartographie Plans, qui indique désormais les bornes de recharge pour véhicules électriques. BMW et Ford Motor seront les premiers constructeurs à y adhérer.

Translate Bio (+44% !) a scellé un accord avec le Français Sanofi renforçant le partenariat entre les deux groupes pour le développement de vaccins pour la prévention des maladies infectieuses. Le laboratoire français est prêt à verser jusqu'à 2,325 milliards de dollars à la biotech américaine.

T-Mobile US (-1%). Le Japonais Softbank a lancé la cession en plusieurs transactions de plus de 21 milliards de dollars de titres de l'opérateur télécoms américain, près des deux tiers de ses parts qui représentent 24,6%, le solde faisant l'objet d'options accordées à Deutsche Telekom, premier actionnaire de T-Mobile.

Spirit Aerosystems (-14%) espère un aménagement de ses covenants bancaires face à la crise actuelle et à la décision de Boeing, son premier client, de réduire amplement la production du 737 cette année.

IHS Markit (+1%) a publié des comptes trimestriels quelque peu décevant, marqués par des revenus inférieurs aux attentes de marché du fait de la crise du coronavirus.

Beyond Meat (-4%) pourrait souffrir quelque peu ce jour à Wall Street, le géant des cafés Starbucks ayant préféré conclure un accord avec son rival non coté Impossible Foods, aux Etats-Unis, pour un sandwich à base de plantes. Starbucks avait auparavant signé un deal avec Beyond Meat au Canada, laissant espérer un accord plus étendu sur la zone Amériques.

Tesla (+1%), le leader de l'automobile électrique, aurait enregistré désormais plus de 650.000 réservations pour son Cybertruck. Le titre pourrait toutefois hésiter ce jour suite à un accident en Allemagne suscitant le doute sur la complète efficacité de son Autopilot.

Intuit (stable), qui développe des solutions de gestion et de comptabilité à destination des PME, comptables et particuliers, entend supprimer 715 postes au sein de son organisation dans un effort de réduction des charges.

Amazon (+2%), géant du e-commerce, lance un fonds de capital-risque de deux milliards de dollars dédié aux investissements dans les technologies autour du développement durable et de la lutte contre le réchauffement climatique.

American Airlines (-7%) va émettre 74,1 millions d'actions nouvelles à un prix unitaire de 13,50 dollars contre un cours en clôture de 14,92 dollars hier, ainsi que des obligations convertibles pour un montant d'un milliard de dollars à échéance 2025.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !