Cotation du 20/08/2019 à 22h59 Dow Jones Industrial -0,66% 25 962,44
  • DJIND - US2605661048

Wall Street poursuit son rebond !

Wall Street poursuit son rebond !
Wall Street poursuit son rebond !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après une séance euphorique vendredi dernier, Wall Street poursuit son rebond ce lundi soir à trois heures de la clôture. Les espoirs commerciaux persistent, alors que reprennent dès aujourd'hui les négociations avec la Chine. L'actualité plutôt fournie des fusions et acquisitions soutient également la cote américaine. Enfin, Trump semble adoucir quelque peu son discours afin de trouver un compromis avec le Congrès sur le "mur" et le "shutdown"... Le DJIA prend actuellement 0,83% à 23.628 pts, le Nasdaq progresse de 1,56% à 6.844 pts, et le S&P500 s'accorde 1,20% à 2.562 pts.

Rappelons également que l'intervention du Président de la Fed Jerome Powell, en fin de semaine dernière à Atlanta à l'occasion d'un événement de l'American Economic Association, avait été saluée par les marchés. Powell, confirmant son optimisme économique, avait toutefois nuancé le propos concernant l'évolution future des taux, manifestant une relative souplesse. La Banque centrale américaine entendrait selon lui demeurer patiente, prête à mener une politique flexible. "Nous sommes toujours prêts à changer de posture de politique (monétaire)", avait même lancé Powell, selon lequel la Fed serait capable d'ajuster rapidement cette politique en fonction des nouveaux développements.

La dernière proposition de Trump, destinée sans doute à parvenir enfin à un compromis avec le Congrès afin de mettre un terme au 'shutdown' administratif partiel aux Etats-Unis - qui bloque un quart des administrations depuis le 22 décembre 2018 -, a surpris. Trump a fait ainsi état sur Twitter d'une "réunion productive" du vice-président Mike Pence et de son groupe avec des représentants de Chuck Schumer (sénateur démocrate de l'Etat de New York au Congrès et chef du groupe démocrate au Sénat) et de Nancy Pelosi (nouvelle présidente - ou 'house speaker' - de la Chambre des représentants). "De nombreux détails à propos de la Sécurité aux Frontières ont été discutés", assure Trump. "Nous envisageons désormais une Barrière d'Acier plutôt que du béton", indique le Président américain, selon lequel "c'est à la fois plus solide & moins envahissant". Trump semble satisfait de cette "bonne solution", d'autant que la fameuse barrière d'acier serait "construite aux Etats-Unis".

Donald Trump a déclaré hier dimanche que les négociations avec la Chine se déroulaient très bien, et que la faiblesse économique locale actuelle donnait à Pékin des raisons de travailler à trouver un accord... Une équipe américaine menée par le représentant adjoint du commerce des États-Unis, Jeffrey Gerrish, se rend donc à Pékin pour mener des discussions espérées 'positives et constructives' avec des intervenants chinois. Les échanges auront lieu aujourd'hui et demain. Après une année 2018 marquée par l'escalade des menaces commerciales et des sanctions réciproques, Washington et Pékin vont donc tenter de renouer le dialogue, dans cette période de trêve.

L'indice ISM américain des services pour le mois de décembre 2018 est ressorti à 57,6, contre un consensus de place de 59,6 et un niveau de 60,7 un mois auparavant. L'indicateur traduit donc un ralentissement un peu plus prononcé que prévu de l'expansion de l'activité dans les services, aux États-Unis, en fin d'année dernière.

VALEURS A SUIVRE

Apple (-1%). Donald Trump a conseillé en fin de semaine dernière à Apple, à l'occasion d'une conférence de presse, de fabriquer ses produits aux Etats-Unis. "J'ai dit à Tim Cook, l'un de mes amis, de fabriquer ses produits aux Etats-Unis", a indiqué le Président américain, déplorant le fait que le groupe californien à la pomme produise ses produits en Chine. Trump estime même que la Chine serait pour l'heure le plus grand bénéficiaire de l'activité d'Apple. Questionné au sujet de la solidité financière du groupe de Cupertino suite au récent avertissement, le Président US s'est montré optimiste. "Cela va aller pour Apple", a-t-il relativisé. Apple avait lancé le 2 janvier un (très rare) avertissement sur ses revenus, pour le premier trimestre fiscal correspondant en fait au dernier trimestre calendaire - cruciale saison des fêtes. Il s'agissait d'une première en près de 20 ans pour Apple. Évoquant la faiblesse des marchés émergents, particulièrement en Chine, et de moindres nouveautés sur les iPhones, la firme de Cupertino avait livré une guidance décevante, tablant désormais sur un chiffre d'affaires de 84 milliards de dollars sur les trois mois clos fin décembre, alors qu'elle envisageait encore début novembre, à l'occasion de la publication des comptes du quatrième trimestre, des revenus compris entre 89 et 93 Mds$.

Eli Lilly (+1%), le laboratoire d'Indianapolis, envisage de racheter son compatriote américain de Stamford Loxo Oncology (+66%) pour un montant d'environ huit milliards de dollars en cash, récupérant au passage un portefeuille de traitements du cancer. Lilly propose 235$ par titre Loxo, une prime 68% sur les cours de clôture de vendredi à Wall Street. Les produits de Loxo traitent les cancers provoqués par des mutations génétiques rares. L'an dernier, les autorités américaines de régulation ont autorisé la mise sur le marché d'un premier médicament du groupe du Connecticut, le Vitrakvi, pour le traitement de certains cancers provoqués par des mutations génétiques. Le Vitrakvi est vendu en partenariat avec l'Allemand Bayer. Lilly confirme donc ses efforts destinés à renforcer son portefeuille de traitements du cancer. La finalisation de l'opération est attendue dès le premier trimestre. Une mise à jour de la guidance financière sera fournie en marge de la publication des résultats du quatrième trimestre, le 13 février. L'annonce de ce rachat programmé de Loxo par Lilly intervient quatre jours après celle de l'offre de Bristol-Myers Squibb sur Celgene pour 74 milliards de dollars, qui donnera naissance à l'un des plus grands groupes pharmaceutiques mondiaux.

General Electric (+5%). Selon Bloomberg, Apollo Global pourrait tenter de s'offrir tout ou partie de GE Capital Aviation Services (Gecas), filiale de leasing d'avions de ligne du conglomérat.

Dollar Tree (+6%). Starboard Value, un fonds activiste, a acquis 1,7% du capital de la chaîne de magasins discount. Le fonds demande à Dollar Tree de considérer une cession de l'enseigne Family Tree acquise en 2015 pour 8,5 Mds$.

Tesla (+4%) lance la construction de sa giga-factory chinoise de Shanghai. Le patron du groupe, Elon Musk, était accompagné du maire de Shanghai - Ying Yong - ce jour pour la cérémonie officielle. Musk avait précédemment évoqué sur Twitter le début imminent du chantier de cette usine évaluée à plusieurs milliards de dollars. "Impatient de lancer ce jour la construction de la Gigafactory de Shanghai de Tesla", avait ainsi déclaré quelques heures auparavant le CEO de Tesla. L'objectif est de terminer la construction initiale cet été, d'y débuter la production du Model 3 à la fin de l'année, et d'atteindre un volume élevé de production l'année prochaine. Musk ajoute que la production des Model 3 et Y à Shanghai permettra d'alimenter la région de Grande Chine. La gigafactory chinoise produira ainsi les versions les plus abordables des deux modèles pour le marché chinois. Tous les modèles S/X, ainsi que les versions plus coûteuses des Model 3 et Y, seront toujours construits aux Etats-Unis pour desservir le marché mondial (y compris pour la Chine).

AbbVie (+2%) va enregistrer une charge de dépréciations de 4 Mds$ liée à l'abandon du programme de développement du Rova-T, traitement du cancer récupéré lors du rachat de Stemcentrx pour 5,8 Mds$ il y a un peu plus de deux ans.

Thermo Fisher Scientific (+3%). L'autorité britannique de concurrence (CMA) a entamé une enquête approfondie sur l'acquisition de Gatan (auprès de Roper) annoncée en juin par TFS pour 925 M$. La CMA craint que le deal ne provoque une inflation du prix des microscopes.

PG&E (-22%). Reuters explique que le producteur d'électricité, dont les équipements pourraient avoir joué un rôle dans le déclenchement de l'incendie le plus meurtrier de l'histoire de la Californie en novembre, envisage de placer ses activités sous protection de la loi américaine sur les faillitesen 2018, affiche une capitalisation boursière de 12,67 milliards de dollars...

Les actions de l'IntercontinentalExchange (-2%), du Nasdaq (-2%) et du CBOE (-2%) souffrent à Wall Street. Morgan Stanley, Fidelity, Citadel, ainsi que d'autres firmes financières, vont lancer une place boursière à bas coûts concurrençant NYSE et Nasdaq. La structure est baptisée 'Members Exchange' ou MEMX. Elle sera contrôlée par neuf firmes, à savoir Morgan Stanley, Fidelity, Citadel, Virtu, UBS, Bank of America Merrill Lynch, Charles Schwab, E*Trade Financial et TD Ameritrade. MEMX doit proposer un modèle de trading simplifié et des ordres basiques. La place bénéficiera de technologies innovantes... Le NYSE est détenu par Intercontinental Exchange, le Nasdaq par Nasdaq Inc. CBOE est la troisième grande place actuelle.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com