Cotation du 18/01/2019 à 22h43 Dow Jones Industrial +1,38% 24 706,35
  • DJIND - US2605661048

Wall Street plombé par les craintes de récession

Wall Street plombé par les craintes de récession
Wall Street plombé par les craintes de récession
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street, qui avait offert hier une bonne résistance sur fond d'espoirs commerciaux liés aux échanges entre Washington et Pékin, retombe ce vendredi. Le S&P500 chute ainsi de 1,1% à 2.621 pts, alors que le Nasdaq perd 0,8% à 7.015 pts. Le DJIA abandonne 1% à 24.342 pts... Les opérateurs craignent en effet un ralentissement économique prononcé, malgré les bons chiffres de la consommation américaine tout juste dévoilés.

Faiblesse de l'économie chinoise

Les faibles statistiques chinoises pèsent probablement ce jour sur la tendance de marché, ravivant les inquiétudes relatives à un potentiel ralentissement global. Les ventes de détail chinoises du mois de novembre ont en particulier affiché leur plus faible progression en 15 ans. En outre, la production industrielle a quant à elle affiché sa plus faible augmentation en trois ans...

Ces statistiques sont particulièrement scrutées, alors que vient de débuter la trêve commerciale (de 90 jours) entre les Etats-Unis et la Chine, qui doit permettre aux deux pays de conclure un accord commercial global. Le Président américain Donald Trump, après avoir menacé de taxer la totalité des importations chinoises, espère désormais parvenir à un accord historique avec son homologue chinois Xi Jinping. La Chine a montré quelques bonnes dispositions, puisqu'elle a procédé mercredi à un achat très important de soja américain d'au moins 500.000 tonnes, et qu'elle envisage une réduction des tarifs douaniers imposés aux voitures importées des États-Unis des 40% actuels à 15%...

Pour l'heure, la Chine a confirmé une suspension au 1er janvier - et pour trois mois - des droits de douane majorés sur les véhicules et pièces détachées importés des Etats-Unis. Cette décision s'applique aux droits de 25% imposés à 144 véhicules et composants et ceux de 5% frappant 67 produits, a indiqué ce vendredi le ministère chinois des Finances, cité par Reuters.

L'Europe ralentit fortement

En Europe, les chiffres du secteur privé publiés ce jour par IHS Markit ont reflété la plus faible croissance en quatre ans ! Alors que l'indice IHS Markit PMI flash composite français a reflété en décembre un fort impact du mouvement des gilets jaunes, l'Europe ne se porte guère mieux. Ainsi, la croissance de la zone euro ralentit selon IHS Markit, affichant son plus bas niveau depuis quatre ans... L'indice PMI flash composite de l'activité globale dans la zone euro s'est tassé à 51,3 en décembre, contre 52,7 en novembre. Il ressort donc au plus bas de 49 mois !

Montée des craintes de récession aux Etats-Unis

Dans le même temps, les investisseurs 'jouent' de plus en plus le scénario d'un ralentissement économique prononcé aux Etats-Unis - ce qui se traduit aussi par de moindres anticipations de hausse des taux. Le risque qu'une récession américaine intervienne dans les deux prochaines années aurait progressé à 40%, d'après un sondage d'économistes réalisé par Reuters. Il s'agit de la plus forte probabilité ressortant du sondage depuis le mois de mai... Avant cela, il faut remonter à... janvier 2008 pour retrouver un tel risque de récession !

L'aplatissement de la courbe US des taux et la réduction du spread entre les rendements à deux et dix ans (coûts d'emprunt à court et long terme) constituent des signaux alarmants, selon certains spécialistes.

Hausse des taux le 19 décembre, pause ensuite ?

Selon l'outil FedWatch du CME Group, la Fed devrait procéder mercredi à sa quatrième hausse des taux de l'année 2018, portant ainsi le taux des fonds fédéraux entre 2,25 et 2,50% (probabilité de 78%). La suite des événements est plus incertaine, l'hypothèse d'une pause étant désormais considérée. Selon FedWatch, il n'y aurait plus qu'une chance sur quatre que la Banque porte ses taux entre 2,50 et 2,75% le 20 mars. Cette date était encore pressentie tout récemment comme celle du premier resserrement monétaire de l'année 2019.

Sur le marché des changes, l'indice dollar, mesurant les fluctuations du billet vert face à un panier de devises, grimpe de 0,6% à 97,6.

Sur le Nymex le baril de brut WTI pour janvier fléchit de 2% à 51,5$ après son sursaut de la veille. Le Brent évolue à 60,5$ le baril, en retrait de 1,5% quant à lui.

La consommation américaine tient bon... pour l'instant

D'après le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis, les ventes de détail du mois de novembre 2018 sont ressorties en croissance de 0,2% en comparaison du mois précédent, contre un consensus de place logé à +0,1% et un gain révisé en hausse à +1,1% pour le mois antérieur (contre +0,8% auparavant estimé). Hors automobile cette fois, les ventes de détail ont augmenté de 0,2% également par rapport au mois d'octobre, contre un consensus de +0,2% et une hausse revue à +1% pour le mois antérieur (+0,7% initialement évalué). Enfin, hors automobile et essence, les ventes de détail du mois de novembre se sont améliorées de 0,5% en comparaison du mois précédent, contre +0,4% de consensus et +0,7% pour la lecture révisée du mois d'octobre 2018. En bref, toutes les mesures de la consommation américaine ont dépassé les attentes de marché.

Production industrielle et indice composite mitigés

La Fed a publié ce jour les chiffres de la production industrielle américaine. Elle ressort en croissance de 0,6% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus de place et +0,1% sur le mois antérieur. En revanche, la production manufacturière demeure quant à elle pratiquement stable, contre +0,2% de consensus et +0,3% un mois auparavant. Le taux d'utilisation des capacités de production, pour finir, s'est établi à 78,5%, en ligne avec le consensus.

L'indice Markit PMI composite américain préliminaire (flash) du mois de décembre 2018 est ressorti inférieur aux attentes, à 53,6 contre 54,4 en novembre. L'indice manufacturier s'établit à 53,9, contre 55,4 un mois plus tôt et 55,1 de consensus. L'indicateur des services ressort pour sa part à 53,4, contre 54,4 un mois avant et 54,7 de consensus de place.

Les valeurs à suivre

Apple (-2%) va mettre à jour ses iPhones, réagissant suite à l'ordonnance provisoire d'un tribunal chinois interdisant l'importation et la commercialisation en Chine de plusieurs iPhones, du fait de la violation de deux brevets de Qualcomm. Les évolutions logicielles auront lieu au début de la semaine prochaine, précise Reuters. Le groupe de Cupertino évoque à ce sujet une réponse à "un éventuel problème concernant la conformité" de ses commandes. "En début de semaine prochaine, nous fournirons une mise à jour logicielle pour les utilisateurs d'iPhones en Chine, qui corrigera les fonctionnalités mineures des deux brevets mis en cause dans le dossier", indique Apple, cité par l'agence Reuters. "Sur la base des modèles d'iPhones que nous proposons aujourd'hui en Chine, nous pensons être en conformité", a tout de même insisté Apple.

Adobe (-6%) a présenté ses comptes du quatrième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 678,2 M$ (1,37$ par action), contre 501,5 M$ (1$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,87$. Les revenus s'élèvent à 2,46 Mds$, contre 2,01 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,88$, pour des revenus de 2,4 Mds$. Sur le T1 fiscal, le groupe vise un bpa de 1,60$, pour des revenus de 2,54 Mds$.

Costco Wholesale (-7%) a annoncé ses comptes du premier trimestre fiscal. Les profits sont de 767 M$ (1,73$ par action), contre 640 M$ (1,45$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 35,1 Mds$, contre 31,8 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,61$, pour des revenus de 37,6 Mds$.

Belmond (+40% !) et LVMH ont conclu un accord selon lequel LVMH va acquérir la chaîne d'hôtels de luxe dans le cadre d'une opération valorisant cette dernière sur la base d'une valeur d'entreprise de 3,2 milliards de dollars. LVMH acquerra Belmond pour un prix de 25$ en numéraire par action Class A. La transaction fait ressortir une valeur des fonds propres de 2,6 milliards de dollars et une valeur d'entreprise de 3,2 milliards de dollars.

Merck (-1%) a annoncé un accord pour le rachat de la société Antelliq auprès de fonds conseillés par BC Partners. Le prix de l'opération s'élève à 2,1 milliards d'euros en numéraire. Le deal devrait être finalisé au second trimestre 2019. Antelliq sera alors une filiale à 100% de la division "santé animale" de Merck. Ce dernier assumera par ailleurs la dette de la société de 1,15 milliard d'euros qu'il compte rembourser peu de temps après la clôture de l'acquisition. Antelliq est un leader des solutions numériques d'identification, de traçabilité et de surveillance des animaux.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com