Cotation du 20/11/2018 à 22h47 Dow Jones Industrial -2,21% 24 465,64
  • DJIND - US2605661048

Wall Street plombé par la chute d'Apple, malgré de solides chiffres de l'emploi

Wall Street plombé par la chute d'Apple, malgré de solides chiffres de l'emploi
Wall Street plombé par la chute d'Apple, malgré de solides chiffres de l'emploi
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street s'affiche désormais en retrait ce vendredi, corrigeant après trois séances de 'rally'. Le DJIA limite la casse avec un repli de 0,14% à 25.345 pts, résistant après un solide rapport sur l'emploi américain, et sur fond d'espoirs d'accord commercial entre Washington et Pékin. En revanche, le Nasdaq trébuche de 0,80% à 7.374 pts, la première capitalisation mondiale, Apple, pointant en forte baisse après ses résultats trimestriels. Le S&P500 perd enfin 0,44% à 2.728 pts.

Hier soir, la cote américaine avait terminé la journée en vive hausse pour la troisième séance consécutive, le DJIA s'accordant près de 1,1% et le Nasdaq plus de 1,7%.

Sur le marché des changes ce jour, le billet vert s'affiche assez stable contre un panier de devises, après sa correction de la veille, alors qu'il évoluait avant-hier au plus haut de 10 semaines...

Trump et Xi suscitent l'espoir

Donald Trump a donc assuré hier jeudi, sur le réseau social Twitter, avoir eu une "longue et très bonne conversation" avec le Président chinois Xi Jinping à propos de nombreux sujets et surtout du commerce ! "Ces discussions avancent bien, des réunions étant prévues au G-20 en Argentine. J'ai également eu une bonne discussion sur la Corée du Nord!", a affirmé Trump, qui rassure, alors que les marchés craignaient plus tôt cette semaine un durcissement du conflit et de potentielles taxes douanières supplémentaires s'appliquant aux importations de produits chinois. Des sources de Bloomberg indiquaient même que Trump était susceptible d'infliger prochainement des taxes additionnelles à la totalité des importations provenant de Chine (plus de 500 Mds$ de produits !).

Première conversation depuis des mois

La presse chinoise a confirmé ces échanges téléphoniques entre Trump et Xi, qui constitueraient leur première conversation depuis plusieurs mois, et pourrait donc montrer une volonté d'apaisement. Le président chinois a affirmé pour sa part souhaiter le développement de relations solides et saines entre les deux premières puissances économiques de la planète, indique l'agence Reuters, selon laquelle Xi s'est dit favorable à une rencontre avec Trump en Argentine. "Les négociateurs des deux pays devraient renforcer leurs contacts et mener des consultations sur des sujets d'inquiétude pour les deux camps. Ils doivent promouvoir un plan que les deux parties peuvent accepter afin de trouver un consensus sur les questions commerciales", a précisé le leader chinois sur la chaîne CCTV.

Dans le même temps, le département américain de justice a maintenu la pression sur les questions de propriété intellectuelle, en entamant des poursuites contre deux entreprises basées en Chine et à Taïwan. Les actions judiciaires concernent de potentiels vols de brevets de l'Américain Micron, un important concepteur de semi-conducteurs. Selon Reuters, des représentants de l'administration américaine ont déclaré que les négociations avec Pékin ne pourraient reprendre que sous conditions, liées notamment au respect de la propriété intellectuelle...

Pétrole en berne

Les cours du brut peinent encore ce jour. Sur le Nymex, le baril de brut WTI (contrat de décembre) perd 0,9% à 63,1$, alors que le Brent se stabilise péniblement à 72,6$. L'Arabie saoudite et la Russie entendent augmenter leurs productions afin de compenser l'impact des sanctions contre l'Iran qui prennent effet début novembre, ce qui a fait refluer les cours du brut.

Les opérateurs surveillaient avant-hier le rapport du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 26 octobre. Les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont augmenté de 3,2 millions de barils sur la semaine pour ressortir à 426 millions de barils (contre +4 millions de barils de consensus). Les stocks d'essence ont reculé de 3,2 millions de barils, alors que les stocks de produits distillés ont diminué de 4,1 MB. Notons qu'il s'agissait de la sixième semaine consécutive de hausse des stocks domestiques américains de brut.

Un rapport sur l'emploi extrêmement robuste

Donald Trump s'en réjouit ! D'après le Département américain au travail ce vendredi, les créations de postes non-agricoles aux Etats-Unis pour le mois d'octobre 2018 sont ressorties nettement supérieures aux attentes, à 250.000 contre un consensus de 194.000. Les créations de postes du mois de septembre ont été révisées quant à elles à 118.000 (contre 134.000 précédemment estimé). Le taux de chômage américain pour le mois d'octobre ressort en ligne avec les anticipations, stable à 3,7%.

Évidemment, Trump ne rate pas une telle occasion de se manifester ce jour. "Wow! Les Etats-Unis ont créé 250.000 emplois en octobre - et cela malgré les ouragans. Taux de chômage à 3,7%. Les salaires en HAUSSE! Ce sont des chiffres incroyables. Faites que ça continue. Votez Républicain!"

Les gains du mois d'octobre sont intervenus dans les secteurs de la santé, de l'industrie manufacturière, de la construction, ou encore dans le transport et l'entreposage, détaille le gouvernement américain ce jour.

Taux de chômage américain au plus bas depuis 1969

Le taux de chômage est donc resté à 3,7%, alors que le nombre de personnes sans emploi a peu évolué à 6,1 millions. Sur l'année, le taux de chômage et le nombre des personnes sans emploi ont décliné respectivement de 0,4 point de pourcentage et 449.000. Le taux de chômage reste donc au plus bas niveau depuis l'année 1969.

Le taux de participation à la force de travail a progressé de 0,2 point de pourcentage en octobre pour s'établir à 62,9%. Le ratio emploi sur population a augmenté de 0,2 point à 60,6%. Ce dernier grimpe de 0,4 point de pourcentage sur l'année.

Les créations de postes de septembre ont donc été en baisse à 118.000. Les créations du mois d'août ont en revanche été revues en hausse à 286.000, contre 270.000. Ainsi, la révision en baisse de septembre compense la révision en hausse du mois d'août. Après ces ajustements, le gain moyen mensuel sur les trois derniers mois ressort à 218.000.

Creusement du déficit commercial

Sur le front économique américain ce jour, la balance commerciale du mois de septembre est pour sa part ressortie déficitaire de 54 milliards de dollars, contre 53,5 Mds$ de consensus et 53,3 Mds$ pour la lecture révisée du mois antérieur.

Nouvelle progression dans l'industrie

D'après le rapport gouvernemental du jour aux Etats-Unis, les commandes industrielles du mois de septembre 2018 sont ressorties en augmentation de 0,7% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place de +0,4%, et après un gain de 2,6% pour le mois d'août. La progression du mois d'août a été révisée en hausse. Elle avait été auparavant évaluée à +2,3%.

Apple pèse sur les marchés

Apple (-6%) trébuche à Wall Street, de retour sur la barre des 1.000 milliards de dollars de capitalisation. Le groupe a dépassé les attentes du marché pour le trimestre clos, mais ses prévisions pour la période des fêtes sont jugées trop courtes. De plus, certains s'offusquent de ventes d'iPhones chiffrées à 46,9 millions d'unités sur le trimestre passé, contre 48,4 millions de consensus et 46,8 millions un an avant. Pourtant, la hausse du prix unitaire moyen (ASP de 793$ contre 751$ de consensus) a amplement dépassé les attentes, ce qui permet au groupe de réaliser sur le trimestre de septembre des revenus de 62,9 milliards de dollars (61,5 Mds$ de consensus).

Pour ce quatrième trimestre fiscal 2018 clos en septembre, Apple a affiché des revenus en croissance de 20% et un bénéfice par action amélioré de 41%. Les revenus de services, à 10 milliards de dollars, ont atteint un sommet historique. Le bénéfice par action s'est établi à 2,91$ contre 2,79$ de consensus... Le bénéfice d'exploitation trimestriel a dépassé les 16 milliards de dollars, contre 13 Mds$ un an plus tôt. Le bénéfice net du T4 fiscal s'est élevé à 14,12 milliards de dollars, contre 10,71 Mds$ un an auparavant !

Les perspectives fournies pour la cruciale période des fêtes ont quelque peu déçu, le marché semblant oublier qu'Apple est toujours très prudent dans ses 'guidances'. Les revenus sont anticipés entre 89 et 93 Mds$ sur le trimestre de décembre, 1er trimestre fiscal 2019, pour une marge brute allant de 38 à 38,5% et des dépenses opérationnelles situées entre 8,7 et 8,8 Mds$. Le consensus était de 93 Mds$ de recettes sur la période.

Certains opérateurs ont donc trouvé à redire de ce point de vue, inquiets surtout pour l'activité chinoise. Pourtant, sur la période de septembre, Apple n'a pas démérité avec des revenus de 11,4 Mds$ en Grande Chine, contre 9,8 Mds$ un an avant. Tim Cook a quant à lui évoqué une faiblesse de certains marchés émergents, un impact défavorable des changes ou encore l'incertitude concernant la capacité à répondre à la demande sur les récents produits.

Kraft Heinz (-8%) chute ce vendredi, le groupe alimentaire américain ayant publié hier soir des comptes décevants pour son troisième trimestre fiscal. Le chiffre d'affaires a certes dépassé le consensus, mais les profits ont déçu, plombés par des dépenses accrues. Le bénéfice net trimestriel est ressorti en déclin de plus de 30% en glissement annuel à 630 M$, 51 cents par titre, contre 944 M$ un an avant. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 78 cents, à comparer à un consensus de 81 cents. Les revenus ont totalisé quant à eux 6,4 milliards de dollars, en augmentation de près de 2% en glissement annuel, contre 6,3 Mds$ de consensus à Wall Street.

Starbucks (+10%) grimpe à Wall Street, au lendemain de l'annonce de comptes trimestriels rassurants, marqués par des ventes et une rentabilité supérieures aux attentes. La chaîne américaine de cafés a donc annoncé, pour son quatrième trimestre fiscal 2018, un bénéfice net de 756 millions de dollars et 56 cents par action, contre 789 millions de dollars et 54 cents par titre un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 62 cents, contre 55 cents un an avant. Les revenus se sont appréciés de 11% à 6,3 milliards de dollars. Le consensus se situait à 60 cents de bpa GAAP ou ajusté, pour des revenus légèrement inférieurs à 6,3 Mds$. La croissance à comparable n'a pas déçu, à 3% dans le monde et 4% aux USA.

CBS (-1%) a dépassé le consensus de profits et de revenus pour le troisième trimestre. Le groupe média américain a ainsi réalisé un bénéfice net de 488 M$ et 1,29$ par titre, contre 592 M$ et 1,46$ par action un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé à 1,24$, contre 1,11$ un an avant et 1,22$ de consensus. Les revenus ont augmenté de 3% à 3,26 Mds$, contre 3,25 Mds$ de consensus.

Fluor (+4%) a manqué le consensus T3 de bénéfice. Sur la période, le groupe a réalisé un bénéfice net de 77 M$ soit 55 cents par titre, contre 58 cents de consensus de place. Le groupe d'ingénierie et de construction a affiché des revenus totaux de 4,7 Mds$, contre 4,6 Mds$ de consensus. Le bpa annuel est désormais attendu entre 1,80 et 1,90$.

Western Union (stable) a battu le consensus de profit. Sur le trimestre clos, le bénéfice net s'est élevé à 209 M$ soit 46 cents par titre, pour un bpa ajusté de 52 cents à comparer à un consensus de 48 cents. Le géant du transfert de fonds a publié toutefois des revenus logés à seulement 1,39 Md$, alors que le consensus s'établissait à 1,42 Md$. Le bpa annuel est attendu entre 1,88 et 1,95$.

Weight Watchers (-27%) s'effondre ce jour à Wall Street, le groupe ayant manqué le consensus en termes de revenus et de profits. Le groupe new-yorkais a réalisé pour son troisième trimestre un bénéfice net de 70 M$ et 1$ par titre (45 M$ l'an dernier), pour des recettes de 366 M$ (+13%). Le bpa ajusté a représenté 96 cents. Le consensus était de 1$ de bpa ajusté et 380 M$ de revenus. Le groupe a terminé le trimestre avec 4,2 millions d'abonnés, en croissance de 25% en glissement annuel. Le bpa annuel est anticipé entre 3,15 et 3,25$.

Symantec (+6%) flambe à Wall Street ce jour. Le groupe de cybersécurité a dépassé les attentes de marché pour le second trimestre fiscal 2019. La perte trimestrielle a été réduite à 8 M$ soit 1 cent par titre, contre 12 M$ un an avant. Le bénéfice ajusté par action a atteint 42 cents, contre 33 cents de consensus. Les revenus se sont tassés à 1,18 Md$ contre 1,24 Md$ un an plus tôt, mais ils battent le consensus (1,15 Md$).

Shake Shack (-11%) décroche à Wall Street. La chaîne américaine de restauration rapide a affiché un déclin inattendu de ses ventes à comparable. Sur le troisième trimestre, le bénéfice net est ressorti à 5 M$ soit 17 cents par titre, stable en glissement annuel. Le bpa ajusté a atteint 21 cents, contre 13 cents de consensus. Les revenus ont totalisé 120 M$, contre 95 M$ un an plus tôt et 117 M$ de consensus. L'activité a néanmoins régressé de 0,7% à magasins comparables ! Pour l'exercice, le groupe envisage des revenus allant de 450 à 452 M$.

Metlife (+5%) a dépassé les attentes en matière de profits. Sur le troisième trimestre, l'assureur américain a affiché un bénéfice de 912 M$ et 88 cents par titre, ainsi qu'un bpa ajusté de 1,38$ à comparer à un consensus de 1,25$. Les revenus ont totalisé 16,3 Mds$.

GoPro (-21%) dévisse. Le concepteur californien de caméras d'action a déploré une perte nette de 27 M$ soit 19 cents par titre sur le trimestre clos fin septembre, contre un profit de 15 M$ un an avant. La perte ajustée par action se situe à 4 cents, pour des revenus de 286 M$ (-13%). Le consensus était de 6 cents de perte par action et 272 M$ de recettes. Les revenus du quatrième trimestre sont attendus entre 360 et 380 M$, contre 393 M$ de consensus.

Newell Brands (+15%) grimpe à Wall Street ce jour. Le fournisseur de produits de consommation a relevé ses prévisions financières, après un 3ème trimestre meilleur que prévu. Le groupe a enregistré 8,1 Mds$ de dépréciations sur le trimestre clos, ce qui fait couler le bénéfice dans le rouge à hauteur de 7,1 Mds$ et 15,1$ par titre, mais le bénéfice ajusté par action est lui positif de 81 cents, contre 65 cents de consensus. Les revenus ont régressé de 11% à 2,28 Mds$, contre 2,35 Mds$ de consensus. Le groupe s'est donc concentré sur les marges et le cash flow. La guidance 2018 de bpa ajusté est relevée entre 2,55 et 2,75$, alors que les revenus sont toujours espérés entre 8,7 et 9 Mds$.

Alibaba (-1%), le colosse chinois du e-commerce, s'affiche en hausse à Wall Street. Le groupe a pourtant annoncé des revenus un peu courts pour le trimestre clos. Les recettes trimestrielles sont ressorties en forte progression de 55% à 85,15 milliards de yuans, mais le consensus se situait à 86,5 milliards. Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires a augmenté de 13% à 20 milliards de yuans, 6,78 yuans par titre. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé à 9,6 yuans, contre 7,4 yuans de consensus. Le titre avait déjà corrigé de plus de 10% cette année, plombé par la perspective du départ du fondateur Jack Ma, le recul des marges et les inquiétudes relatives à la guerre commerciale.

Duke Energy (+1%) a publié pour son troisième trimestre un bénéfice net de 1,1 Md$, 1,51$ par titre, ainsi qu'un bénéfice ajusté par action de 1,65$ à comparer à un consensus de 1,53$. Le groupe énergétique de Caroline du Nord a affiché des revenus de 6,63 Mds$ sur le trimestre. Le bpa annuel est maintenant anticipé entre 4,65 et 4,85$.

AbbVie (+3%) a dopé ce jour ses prévisions de profits, après un troisième trimestre solide. Imbruvica, blockbuster du groupe commercialisé avec Johnson & Johnson, a engrangé 972 M$ au troisième trimestre, en croissance de 41%. Humira a généré 5,12 Mds$, dépassant également le consensus. Les revenus totaux ont grimpé de 18% à 8,2 Mds$, pour un bénéfice amélioré de 68% à 2,75 Mds$ et un bpa ajusté de 2,14$ (consensus 2,02$). Le groupe pharmaceutique de Chicago table sur un bpa ajusté 2018 allant de 7,90 à 7,92$.

Seagate (+2%) a annoncé une nouvelle autorisation de rachats d'actions de 2 Mds$. Les comptes du premier trimestre fiscal 2019 ont fait ressortir des revenus de 3 Mds$ en hausse de 14% en glissement annuel, un bpa GAAP dilué de 1,54$ en forte augmentation de 148% et un bpa ajusté de 1,70$ également en vive hausse de 77%.

ExxonMobil (+1%) a battu le consensus à Wall Street. Le colosse pétrolier américain a réalisé un bénéfice trimestriel par action de 1,46$, contre 1,26$ de consensus de place. Les revenus ont totalisé 76,6 Mds$, contre 73,3 Mds$ de consensus. Le géant texan a dégagé un bénéfice net GAAP de 6,24 milliards de dollars en forte progression de 57%, contre 3,97 milliards de dollars un an auparavant. Les dépenses de capitaux et d'exploration ont totalisé 6,59 Mds$ sur ce troisième trimestre 2018, contre 5,99 Mds$ un an plus tôt. Le cash flow des opérations et des cessions d'actifs a représenté 12,6 milliards (1,5 Md$ pour les produits de cessions).

Chevron (+4%) a annoncé pour le trimestre clos un bénéfice de 4,05 Mds$ soit 2,13$ par titre, plus que doublé en glissement annuel. Les revenus ont grimpé à 44 Mds$, contre 36,2 Mds$ un an plus tôt. Le consensus se situait à 2,06$ de bénéfice par titre pour 46,6 Mds$ de facturations. Le groupe estime que ces résultats solides reflètent la croissance de la production et des cours du brut, ainsi que la concentration sur l'efficience et la productivité.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com